janvier 2019

«Ado, je ne savais pas trop ce que je voulais faire»

Chaque semaine, Guillaume Meurice présente des chroniques caustiques au micro de France Inter. Il sera de passage dans sa ville natale, Chenôve, en avril, avec The Disruptives, son groupe de rock parodique.
Photo Fanchon Bilbille

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
En septembre dernier, tu as lancé ton groupe The Disruptives. Quel est le concept ?
C’est un spectacle musical dans lequel quatre anciens étudiants d’HEC, membres fondateurs du collectif "Les jeunes avec Jean-Pierre Raffarin”, se reforment pour créer le premier groupe de rock macroniste de l’histoire ! Le flow de la start-up nation, to make the rigolade great again !

D’où t’est venue cette idée ?
Pendant l’été 2017, quand j’étais en tournée de mon spectacle (Que demande le peuple ?, ndlr). Au départ, je voulais faire une chanson. Puis, un clip. Un mec nous a dit “venez pour 3 chansons ; pour une chanson, vous allez payer cher”, donc on a fait quatre chansons. On s’est dit que ce serait marrant de faire les premières parties de mon propre spectacle avec ça. Il fallait composer une petite trame narrative quand même, une fois qu’on avait ça, on avait une demi-heure de spectacle. On s’est dit que ça, multiplié par deux, on aurait un spectacle. Ce qui est marrant là c’est de se mettre en danger. Enfin, on n’opère pas à coeur ouvert, mais là je t’avoue que chanter et jouer de la guitare, je n’avais jamais fait. Je le faisais chez moi, tout seul et mal. Je connais peut-être une dizaine d’accords, c’est pas mal, ça me place direct dans le haut du panier (rires). Les autres ont de vrais niveaux.

Tu mets un point d’honneur à te produire en province, pourquoi ?
J’ai grandi au fin fond de la Haute-Saône et j’allais voir des spectacles à Vesoul. En décembre, j’ai terminé ma tournée de "Que demande le peuple ?" à Villefranche-sur-Saône. Un copain m’a demandé : “Mais tu ne préfères pas finir sur une grosse date à Paris ?”. Mais en fait, j’en ai rien à faire ! On a fait la fête jusqu’à 2 h du matin dans un troquet quand tout le monde était couché et on a fini chez des gens qu’on ne connaissait pas. Je préfère ça plutôt que de sortir de la Cigale à 23 h, viré par un vigile parce que la salle avait été réservée jusqu’à cette heure, et me retrouver comme un con en plein milieu de Paris, à aller boire des pintes à 8 euros et mauvaises. Et on rigole mieux !

As-tu toujours voulu faire de l’humour ?
Ado, je ne savais pas trop ce que je voulais faire. J’ai passé un diplôme de gestion à Besançon. En 2002, je suis allé à Paris, où j’ai commencé le théâtre. Je me suis inscrit au cours Florent car je ne connaissais que ça. Je prenais des cours de théâtre le soir et je faisais des petits boulots la journée. Mon premier boulot était "street acteur". Tu vois un peu la start-up nation ? C'était être dans la rue avec un chasuble WWF et dire aux gens "vous voulez sauver les pandas ?". Ensuite, j'ai bossé au Relay de la gare St-Lazare, puis en tant que vendeur dans un magasin d'ameublement. J'ai bossé longtemps dans un centre de réception d'appels pour les coursiers, j'ai fait de la réception d'appels dans un truc de réparation d'appareils photos de garantie...

Comment as-tu commencé à monter sur scène ?
J'ai écrit mon premier spectacle en 2007. Et je faisais des scènes ouvertes à Paris, où tu peux jouer 5-10 minutes. Je faisais des sketches avec des costumes, je faisais la mort, je faisais Marianne en perruque avec une robe bleu blanc rouge. Il y a pas mal d'entraide, c'est un milieu assez cool. Chacun avait son univers, ses obsessions, on ne se marchait pas sur les pieds. L'humour, c'est assez méritocratique. J'en ai pris, des bides, mais je ne l'ai jamais mal vécu, ça t'apprend l'humilité. Puis j’ai commencé sur France Inter en 2012.

Qui te fait rire, toi ?
Beaucoup Monsieur Fraize. J'aime bien Arnaud Aymard, il était dans la matinale, il est de l'équipe d'Edouard Baer. Il a un personnage complètement cinglé qui s'appelle l'Oiseau bleu. En fait, c'est des trucs qui me surprennent. J'aime bien Alexandre Astier aussi.

Où as-tu acquis ta répartie bienveillante ?
Je trainais toujours dans le magasin de mes parents, qui étaient marchands de journaux. C’était un peu l’endroit où tout le monde venait parler. Certains restaient 1 h 30 à discuter. L’avantage comparé au bistrot, c’était qu’il n’y avait pas d’alcool, les gens ne finissaient pas par se taper sur la gueule à la fin de la soirée (rires). Mon père est assez déconneur et taquin ; comme j’étais petit, il fallait se défendre. On n’avait pas de télé, donc à table on discutait tout le temps, on débattait, on parlait société, je posais plein de questions… Je pense que ma répartie vient un peu de là.

Il y a un an, tu as sorti un livre, Cosme, sur un de tes amis qui a découvert le sens caché du poème "Voyelles" de Rimbaud. Ce n’était pas trop stressant de passer à un registre sérieux ?
Je ne suis pas très flippé (rires). On l’a écrit à deux. Notre deal de départ était d’écrire un livre qui nous plaise et qu’on assume. Le reste… Quoi que tu fasses dans la vie, des gens te diront que c’est génial, d’autres pas. Plus t’es exposé, plus c’est volumineux. Je n’ai jamais dit que je ferais un bouquin qui allait révolutionner la littérature. À partir du moment où tu sais que tu n’es ni le nouveau Desproges ni une grosse merde, mais un gars normal qui essaie de faire des micro-trucs qui lui plaisent, ça va.

Ce n’est pas trop compliqué de gérer ton emploi du temps ?
Je ne considère pas ça comme du boulot. Je ne me dis jamais “ohlala merde il faut que je fasse ça”. Evidemment, il y a des matins où quand j’ai bu la veille, c’est plus dur, mais franchement je m’amuse avec des copains à faire des blagues…

Tu es très engagé sur l’écologie. Qu’est-ce que tu penses de l’abandon de la hausse de la taxe carbone ?
Je suis pour faire payer les gros et les riches. Si on se dit que l’écologie est l’affaire de tous et qu’on va commencer par faire payer les gens qui n’arrivent pas à boucler leurs fins de mois, alors ils n’ont pas le sens du symbole. Je me demande à quel point ils n’arrivent pas à comprendre le niveau de cynisme, de déconnexion. Je ne comprends pas non plus la politique énergétique : on a du soleil, du vent, la géothermie, mais on va aller péter des atomes d'uranium ou chercher dans des mines.

Quel est ton idéal social ?
Je pense qu’on doit commencer par la redistribution des richesses. Ce n’est vraiment pas compliqué. Le deuxième truc à faire : arrêter de corréler la santé d’un pays à la croissance. C’est est un non-sens. Je ne vois pas pourquoi l’indicateur de la bonne santé d’un pays c’est le PIB. ça tient sur rien. Les assoces forment un tissu incroyable, il faut s’appuyer dessus. Si les gens qui créent de la richesse gratuitement dans ce pays arrêtent, se mettent en grève, il n’y a plus de pays en 15 jours. Si on enlève ceux qui travaillent aux Restos du coeur, qui emmènent les gamins au foot, qui s’occupent des vieux… Tout ce qui fait que les gens vivent, se rencontrent, discutent ! C’est la principale richesse du pays dont on ne parle jamais car il n’y a pas d’échange pécuniaire. Dans l'idéal, il faudrait arrêter de baser notre société sur la compétition mais sur la coopération.

Quels sont tes projets ?
Avec, Charline (Vanhoenacker) on écrit un cahier de vacances de la macronie pour le Secours populaire. C’est chouette, on travaille avec une dessinatrice. On se dit qu’en écrivant des blagues, on emmènera des gamins en vacances. Je m’amuse bien, je savoure la chance que j’ai. J’ai écrit un escape game avec une copine, sur un scandale d’Etat. Et je voudrais faire un docu sur le Café de la Gare, là où j’ai longtemps joué à Paris. C’est les 50 ans cette année. Ils ont quasiment créé le café-théâtre en France.

Au moment où ressort leur "Graphique de Boscop" en version restaurée, penses-tu que l'humour de Romain Bouteille est toujours d'actualité ? Ressens-tu une "filiation" ?
L’humour de Romain Bouteille est plus que jamais d’actualité vu que la période est à la com’ et au marketing, y compris dans le domaine artistique ! Lui faisait exploser les codes. Je ne sais pas si je sens une filiation mais sa quête de liberté m’inspire !

Recueilli par Chloé Marriault
En concert
Guillaume Meurice dans the Disruptives,
le 13 avril à 20 h 30 à Chenôve (Cèdre).
+ d'infos

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

La justice recrute


janvier 2019
La direction de la protection judiciaire de la jeunesse (PJJ) recrute des éducateurs et des éducatrices par concours interne et externe sur épreuves. Information et inscriptions jusqu'au 4 mars sur lajusticerecrute.fr. Le concours d’éducateur est ouvert à tout candidat titulaire d’un bac+2 minimum (concours externe) et aux fonctionnaires ou agents publics depuis au moins trois ans (concours interne). Epreuves écrites en mai, oral en décembre.

Métiers et bien-être


mars 2018
La Dares (service études et statistiques du ministère du Travail) vient de publier une enquête "travail et bien-être psychologique" où les professions sont évaluées à partir de 34 variables comme la pénibilité mais aussi l'autonomie, le soutien, la reconnaissance, les conflits éthiques... Bilan : ingénieurs informatique, cadres des transports et de la logistique, employé des services, cadres des services administratifs, personnels d'études et de recherche seraient les 5 métiers les plus favorable au bien-être psychologique. Cuisiniers, employés de l'hôtellerie et de la restauration, aides-soignants, bouchers et boulangers, employés de la banque et de l'assurance sont les moins favorables. L'étude détaillée est à consulter ici.

Aspirations professionnelles


décembre 2017
Le cabinet d'études et de conseils Universum a mené une enquête carrière auprès de 2096 étudiants et 6004 expérimentés issus des filières BTS, DUT et licence professionnels entre octobre 2016 et mai 2017. Pour les étudiants, les employeurs rêvés sont Disneyland, Airbus, Coca-Cola, H&M et la Fnac tandis que les jeunes professionnels privilégient des grands groupes français comme la SNCF ou EDF qui offrent des conditions de travail privilégiées, devant Airbus, Disneyland et Thalè. Leurs critères d'attractivité : ambiance de travail / perpspectives de revenus / diversité des missions pour les étudiants ; ambiance de travail / respect des employés / diversité des missions pour les jeunes professionnels. Dans les deux catégories, sécurité de l'emploi et principes éthiques sont parmi les items les moins retenus. Les étudiants ont également été interrogés sur leurs secteurs favoris : médias et communication arrivent en tête (19,2 %) devant art, divertissements et centres de loisirs (14,7 %) puis tourisme (13,7 %) et services à la santé (13 %).

Europan


mars 2017
Ce concours organisé dans une vingtaine de pays européens est ouvert aux jeunes architectes et urbanistes (moins de 40 ans). Il est relayé et soutenu par la Ville de Besançon et le Grand Besançon qui proposent aux candidats de travailler sur les sites de la Bouloie, de Témis et de Montrapon. Les résultats seront connus en décembre 2017 et seront suivis d’expérimentations sur le site. Informations et inscription : Laurence Fabre, chef de projet aménagement urbain, 0381878035

L'industrie recrute


février 2017
Découvrez tous les métiers de l’industrie lors des journées portes ouvertes de l’apprentissage le 11mars dans les CFAI à Besançon, Dole,  Gevingey, Belfort, Exincourt et Vesoul et lors de la semaine de l’industrie du 20 au 26 mars. Recherche d’emploi : les-industries-technologiques.fr
Voir tout