juin 2017

Adrien Mary, médaillé d'or aux Olympiades des métiers

Agé de 19 ans, il est cette année l'un des quatre champions issus de la région. Spécialité : DAO.
Photo Laurent Cheviet

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
En 4e, il était en échec scolaire. Aujourd’hui, il s’apprête à entrer à l’Ensmm pour devenir ingénieur. Adrien Mary est l’un des 4 médaillés d’or (1)  de la région aux Olympiades des métiers de 2017. Autrement dit, il est un peu le numéro 1 national des moins de 23 ans dans sa spécialité, le dessin assisté par ordinateur, secteur industrie. Il représentera la France aux prochaines épreuves européennes, prévues à Budapest.
Que de chemin parcouru depuis le collège ! «J’ai été réorienté en 3e découverte professionnelle à Montjoux raconte le jeune bisontin. On avait 6 h par semaine pour voir des métiers. Il y avait usinage et comme ça me plaisait on m’a proposé un bac pro outillage. A partir de là,j’ai commencé à vraiment apprécier, je travaillais à côté des cours, j’avais plein d’idées qui me venaient en tête. J’ai travaillé l’été chez DCM précision à Voray, là où j’étais en apprentissage et j’ai pu m’acheter une imprimante 3D. J’ai commencé à développer mes propres projets à partir de tutos en ligne et quand je suis arrivé en BTS à Jules Haag, je savais déjà dessiner ».
Une vocation née par hasard, et qui l’amène désormais à entrer en 3e année d’école d’ingénieur dans le domaine luxe et précision et toujours en apprentissage. Il a déjà trouvé une entreprise, NovoParts à Sancey-le-Grand. «Je suis jeune, j’ai la possibilité de continuer donc j’essaie».

   
Les Olympiades :
   une semaine intense


C'est cette motivation qui l’a incité à participer aux Olympiades, pour lesquelles il a reçu l’appui éclairé de François Jurain. Le professeur de conception à Jules Haag avait déjà accompagné deux jeunes dans cette compétition. A chaque fois, il y a eu une médaille à la fin. «Au départ, je pensais y aller comme ça, pour essayer relate Adrien. Mais François Jurain m’a proposé de m’entraîner et j’en ai fait de plus en plus pendant un an, avec lui et au sein du fablab French Makers à Besançon». Le vocable "Olympiades" n’est pas inapproprié. A Bordeaux pendant une semaine en mars, Adrien se souvient avoir peu dormi et beaucoup travaillé. «Le plus difficile est de se concentrer pendant les épreuves. Il y a du public, il y a tous les métiers en même temps, il y a du stress, il ne faut pas se laisser distraire. Le soir on se retrouve avec toute l’équipe et pendant une semaine, le seul sujet de conversation, c’est les Olympiades !».
Mais il ne regrette rien. Au bout du compte, c’est une médaille d’or et une confirmation de plus qu’il a trouvé sa voie.

S.P.


(1)
Les 3 autres  médaillés d’or : Mélissa Brun en maroquinerie, Maxime Besnard en métallerie, Anthony Charron en plomberie et chauffage. L’équipe régionale a remporté 26 médailles lors des finales à Bordeaux, en mars.
Infos 

Retour

Réactions sur la news

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Le service civique ?


octobre 2017
Laura, en service civique au Crous de Besançon : «J’ai développé beaucoup de compétences organisationnelles. J’ai fait passer des entretiens individuels à des étudiants qui cherchaient des emplois. Cela m’a permis de me développer personnellement : j’ai gagné en confiance en moi.»
Rémi, en service civique à la Ville de Besançon : «Mon service civique m’a permis de retrouver le contact humain que je n’avais plus en restant sans activités.Grâce à lui, je fais des rencontres et je me réinsère dans le monde du travail. Je touche à beaucoup de domaines et j’organise des évènements dont je ne connaissais même pas l’existence et auxquels je n’aurais jamais eu l’idée de participer. Je découvre même mieux la ville dans laquelle je vis actuellement.»
Angélique, en service civique au Grand Besançon (service environnement) et étudiante en Master de Psychologie : «Mon service civique me permet de voir un autre domaine que celui dans lequel je suis plongée depuis quatre ans. Même si ce n’est pas en rapport direct avec mes études, je travaille sur l’accompagnement au changement des individus en faveur de l’environnement. Cela m’ouvre d’autres portes et d’autres perspectives auxquelles je n’avais jamais pris le temps de penser.»
Voir tout