décembre 2018

Alizée Agier, une reine du tatami

Originaire de Semur-en-Auxois, Alizée Agier est double championne du monde de karaté (2014 en individuel et 2016 en équipe). Elle s’entraîne aujourd’hui en Île-de-France, avec, en ligne de mire, les JO de Tokyo en 2020. Recalée au concours de la police nationale à cause de son diabète, elle veut faire entendre la voix des personnes dans son cas.
Photo Aurélien Morissard - FFK

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Au Creps d'Île de France, à Châtenay-Malabry (Hauts-de-Seine), le calme détonne avec les rues alentours. Dans un parc de 18 hectares, de jeunes athlètes en tenue de sport se croisent. Parmi eux, Alizée Agier, 24 ans, survêtement Adidas noir et doré, se dirige vers le gymnase pour suivre l’un de ses deux entraînements quotidiens. Elle enfile son kimono, sa ceinture noire, et salue de deux tapes dans la main les jeunes de l'entraînement.
Alizée Agier foule les tatamis depuis dix-neuf ans. «Petite, j’assistais aux entraînements de karaté de mon grand-frère, se souvient-elle. C’était un exemple, je voulais faire comme lui» Elle commence à partir en compétition à l’étranger à l’âge de 11-12 ans et obtient sa ceinture noire à 14 ans. Elle quitte Semur-en-Auxois un an après, pour intégrer le pôle espoir de Talence (Aquitaine), puis celui de Montpellier, à 19 ans.

   Athlète et diabétique

En parallèle à sa carrière sportive, la jeune femme pense à son avenir professionnel. «On ne peut pas vivre seulement du karaté, explique la Semuroise. Il me faut un métier, avec des horaires aménageables, pour continuer mes entraînements et les compétitions. Je voulais intégrer la police nationale, pour servir les gens, me sentir utile, ne pas avoir de routine. Et idéalement, intégrer un jour la Bac»
Elle passe sans difficulté les concours écrits et physiques, mais la visite médicale ne se déroule pas comme prévu. Car Alizée Agier a été diagnostiquée à 19 ans avec un diabète de type 1 (elle ne produit plus d’insuline). Elle se fait quotidiennement 4 à 5 injections d’insuline, dans le ventre, les cuisses ou les bras et vérifie régulièrement son taux de sucre. «Ce sont des gestes tellement naturels pour moi. Au quotidien, cela ne m'handicape pas du tout.» Le verdict du médecin tombe : elle est recalée car déclarée inapte physiquement à l’emploi de gardien de la paix de la police nationale. «Ca a été très dur. Je ne pensais pas que ça me ferait du tort car je gère bien mon diabète. C’est injuste et discriminatoire.» Depuis, elle travaille main dans la main avec la fédération française des diabétiques pour faire entendre sa voix et celle des autres diabétiques.
La jeune femme a donc revu ses plans de carrière et passé un BTS tourisme. D’ailleurs, elle a une idée dans un coin de la tête : partir, avec un sac à dos, faire le tour du monde. «Peut-être après ma carrière sportive. Je voyage souvent, j’ai beaucoup d’aperçus, mais j’aimerais prendre le temps de découvrir.»

   Les JO en ligne de mire

Un an après son diagnostic de diabète, la karatéka a été sacrée championne du monde en 2014, dans la catégorie des seniors kumite -68 kg. Puis, championne du monde par équipe en 2016, et vice-championne d'Europe en 2017. Le titre dont elle est la plus fière ? «Celui de championne du monde, sourit-elle. A l’époque, c’était vraiment le Graal, car il n’y avait pas de karaté aux Jeux olympiques.»
Le karaté fera son entrée aux JO de Tokyo, en 2020. «On était soulagés, heureux de savoir qu'on pourrait peut-être un jour décrocher une médaille olympique, raconte-t-elle. C’est symbolique parce que le Japon est une terre de karaté. Et 2024 à Paris, ça le sera aussi !» Les qualifications pour 2020 ont commencé et chaque compétition compte. Prochaine échéance : l’Open de Paris en janvier, où l’athlète s’est déjà imposée ces deux dernières années.

Chloé Marriault
Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Anouck Clément


août 2018
A 17 ans, la capitaine du club bisontin de Palente a participé en juin au championnat d'europe U18 de beach handball au Monténégro avant d'être l'une des 10 sélectionnées pour le mondial seniors le mois suivant à Kazan (Russie) où l'équipe de France a perdu 3 matches au 1er tour avant d'enchaîner sur 3 victoires en ronde de consolation. Bilan : 11e place lors des deux compétitions.

Nicolas Fleury


octobre 2017
Les premiers championnats du monde urban cycling UCI sont prévus du 8 au 12 novembre à Chengdu (Chine). Au programme, 3 disciplines : le mountain bike Eliminator (XCE), le trial et le BMX freestyle park. Parmi les sélectionnés de l'équipe de France figure le Bisontin Nicolas Fleury, 20 ans, dont nous avons parlé en 2015.

Tir à l'arc


janvier 2017
Encore une victoire pour Jean-Charles Valladont vainqueur de la coupe du monde indoor de tir à l'arc, qui se déroulait le week-end des 21 et 22 janvier à Nîmes.

Escrime


novembre 2016
Sensation pour Eva Lacheray (licenciée à l'Ascap de Montbéliard) lors de la coupe du monde de fleuret dames de St-Maur (4 au 6 novembre). Elle termine 14e, battant au passage la numéro 10 mondiale. Alors qu'elle n'a que 16 ans.

Equipe de France de voile contact 2


septembre 2016
Bravo à Charline Delay et Cindy Collot. Les 2 Franc-Comtoises championnes du monde de parachute (voile contact) en 2014 ont réussi l'exploit de conserver leur titre le 16 septembre 2016 à Chicago.
Voir tout