janvier 2015

Apologie du terrorisme, racisme, antisémitisme : «réactivité et vigueur»

Suite aux événements liés à "Charlie bedo", par une circulaire du 12 janvier, la garde des Sceaux rappelle les principes de la loi et demande la fermeté aux procureurs de la République.
Dessin Christian Maucler

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
En quelques jours après les attentats, une cinquantaine de comparutions immédiates ont été prononcées dans toute la France. L’apologie du terrorisme, le racisme, l’antisémitisme, l’islamophobie font suite au traumatisme subi. Attaques et dégradations de lieux de culte, atteintes aux biens et aux personnes, violences ou menaces envers les forces de l’ordre, propos racistes, anstisémites, islamophobes, discriminatoires ou faisant l’apologie du terrorisme se multiplient. Dans ce climat prévisible, la garde des Sceaux a tenu à rappeler que les propos ou agissements de nature raciste ou antisémite, ou tendant à provoquer des comportements haineux, violents, discriminatoires, ou faisant l’apologie du terrorisme, ou encore visant les forces de sécurité doivent être combattus et poursuivis avec la plus grande vigueur.
Sa circulaire en date du 12 janvier 2015 demande aux procureurs de la République de faire preuve d’une extrême réactivité dans la conduite de l’action publique envers les auteurs de ce type d’infractions.
«Une réponse pénale systématique, adaptée et individualisée devra être apportée à chacun de ces actes, y compris quand ils sont accomplis en détention».

     Jusqu'à 7 ans de prison

La circulaire fait aussi figure de rappel à l’ordre envers les fauteurs de troubles. Les principales qualifications susceptibles d’être retenues sont :
- Le racisme sanctionné en tant que circonstance aggravante de certaines infractions.
- La répression des propos à caractère raciste prévue par la loi sur la liberté de la presse : provocation publique à la haine, la violence ou la discrimination (un an d’emprisonnement et 45 000 euros d’amende), diffamation publique (un an d’emprisonnement et 45 000 euros d’amende), injure publique (6 mois de prison, 22 500 euros d’amende), contestation de crime contre l’humanité (un an d’emprisonnement et 45 000 euros d’amende).
Il faut noter que l’absence de publicité de ces actes ne les rend pas moins répréhensibles. La provocation non publique, la diffamation non publique, l’injure non publique sont susceptibles d’être poursuivis (dans un délai de 3 mois).
- La répression de la provocation au terrorisme et de l’apologie du terrorisme. La peine de 5 ans d’emprisonnement est portée à 7 ans lorsque les faits sont commis sur internet.
Autre rappel, «la Convention européenne des droits de l’homme et la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen proclament les principes de liberté d’opinion et d’expression qui ne peuvent être limités que dans les cas déterminés par la loi. Les propos ou agissements répréhensibles, haineux ou méprisants, proférés ou commis en raison de l’appartenance à une religion doivent être combattus et poursuivis avec la plus grande vigueur. Quelle que soit cette religion, ils portent atteinte à la cohésion nationale et justifient donc une attention particulière et une grande fermeté».


En savoir plus
Circulaire
Annexe

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Jobs, stages et déclaration d'impôts


avril 2019
Les revenus tirés d'une activité salariée exercée en parallèle des études ne sont pas imposables sous réserve de remplir certaines conditions : avoir 25 ans ou moins au 1er janvier de l'année d'imposition avec un total de revenus qui ne doit pas dépasser la limite annuelle de 3 fois le montant mensuel du Smic, soit 4 495 € au titre des revenus perçus en 2018. La fraction des revenus excédant cette limite doit être déclarée.
Les revenus tirés d'un stage sont normalement imposables. Toutefois, le Code de l'éducation prévoit que les gratifications versées aux stagiaires pour un stage ou une période de formation en milieu professionnel sont exonérées de déclaration s'ils ne dépassent pas le montant annuel du Smic, soit 17 982 € pour les revenus 2018.

Première déclaration de revenus


avril 2019
Quand et comment remplir sa première déclaration de revenus ? La date dépend de l'âge, de la résidence fiscale et de la situation professionnelle. De 18 ans à 20 ans : il est possible de rester rattaché au foyer fiscal de ses parents ou décider de déclarer ses revenus perçus en souscrivant sa propre déclaration. De 20 à 22 ans : obligation de souscrire à une déclaration de revenus personnelle mais avec possibilité de demander à rester rattaché au foyer fiscal des parents. De 23 à 26 ans : obligation de réaliser une déclaration à titre personnel. Les étudiants peuvent néanmoins rester rattaché au foyer fiscal des parents. A partir de 26 ans : obligation de souscrire à une déclaration de revenus individuelle même en cas de non-imposition.
Dans tous les cas, ceux qui ont 18 ans et plus en année N et ne sont plus rattaché au foyer fiscal de vos parents, doivent réaliser leur propre déclaration en N+1 sur les revenus de l’année N, même non-imposable. Cela permet de recevoir le document Asdir, pour bénéficier d'aides et d'avantages éventuels (par exemple l'exonération de taxe d'habitation). Comment faire sa première déclaration ? En ligne en créant son espace particulier sur le site impots.gouv.fr.

La sécu pour les jeunes


avril 2017
A partir de 16 ans, on devient assuré social. Pour bien informer les jeunes à son sujet, la sécurité sociale a créé un site spécifique, clair et didactique : secu-jeunes.fr qui rappelle les fondamentaux de la sécurité sociale en France, indique les droits et démarches, propose des outils et un dico pour mieux comprendre. Il permet de répondre aux questions concernant la première Carte vitale, le premier logement, les études, le premier emploi... 

Majorité


mars 2017
Atteindre l'âge de 18 ans donne des droits et des devoirs :
- le droit de vote : possibilité de participer aux électins au suffrage universel direct. A savoir la présidentielle, les législatives pour élire les députés, les municipales pour élire les conseillers municipaux, les départementales, les régionales et les européennes pour élire les députés de l'UE.
- le droit de vote est un droit civique au même titre que l'éligibilité, le droit d'exercer une fonction juridictionnelle, le droit de témoigner et de représenter en justice...
- la majorité civile : on est juridiquement considéré comme pleinement capable et responsable, libre de conclure des contrats, de gérer ses ressources ; on est seul responsable vis-à-vis d'autrui (professeurs, employeurs...)
- la majorité matrimoniale : droit de se marier sans autorisation des parents
- la majorité pénale : soumission aux peines "adultes" en cas d'infraction, délit, crime...

Prélèvement d'organes


janvier 2017
A partir du 1er janvier 2017, chaque citoyen est présumé donneur d'organes. En cas de refus, il doit le signaler. Pour tout savoir, dondorganes.fr
Voir tout