avril 2017

Arts et métiers

Des professionnels qui travaillent la matière «à la croisée du beau et de l’utile». Etre à son compte n’est pas facile, c’est le prix de la passion et de la liberté. Cinq créatrices témoignent.
Photo Yves Petit
Arts et métiers Arts et métiers Arts et métiers

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Est-il facile d’exercer un métier d’art ? «Non, ce n’est pas évident». La réponse, immédiate, émane de 5 créatrices réunies à Arc-et-Senans à l’occasion des journées européennes des métiers d’art, début avril. «Si vous voulez gagner de l’argent, ce n’est pas la peine» résume Meïka, conceptrice de luminaires depuis un an. Echo de ses collègues : «Oubliez la piscine dans le jardin. Et le jardin aussi d’ailleurs».
«Ce n’est pas facile, il faut s’accrocher» confirme Marie, qui tient l’atelier de bijouterie "Domaine des songes" avec deux associés. Parmi les principaux inconvénients : vies de famille et professionnelle pas évidentes à concilier, horaires conséquents et variables, absences compliquées à gérer, congés difficiles à prendre. «Quand on est seule, on est au champ, au moulin, au comptoir» sourit Anaïs Vincent, créatrice d’un atelier de cuir à Arc-et-Senans. «Il faut être à la fois artisan, commercial et comptable» acquiesce Anna Parot, céramiste dans la même commune ("Entre sel et terre").
Mais toutes s’accrochent, aucune ne regrette son choix. Même celles qui viennent d’un autre secteur, à l’image de Marie qui a auparavant travaillé dans le tourisme. «Salarié, on est payé tous les mois. Alors que là on ne peut jamais prévoir». Et même si «en France, quand on veut se mettre à son compte, on n’est pas vraiment encouragé. C’est quand même un parcours du combattant» souligne Anna.

   Une vingtaine de domaines

Malgré tout, ils sont environ 900 à exercer en Bourgogne-Franche-Comté. Leur point commun ? Selon l’Institut national des métiers d’art, ce sont des «professionnels qui  façonnent, restaurent, imaginent des pièces d’exception à la croisée du beau et de l’utile. Un métier d’art peut être défini par l’association de trois critères : des savoir-faire complexes pour transformer la matière, la production d’objets uniques ou des petites séries qui présentent un caractère artistique, la maîtrise d’un métier dans sa globalité». Une vingtaine de domaine sont concernés, de l’art floral au verre en passant par le bois et la pierre.
Anaïs Vincent s’est installée après avoir été formée et travaillé dans les grandes entreprises de luxe. «C’était une forme de sécurité de l’emploi mais c’était monotone. J’avais envie d’exprimer ma créativité. Quand on est créatif et que l’on a besoin de développer cet aspect, il vaut mieux se lancer. La liberté a un prix mais c’est une belle aventure. Même si on se lève plus tôt et on se couche plus tard». Le faire en autoentreprise permet de se libérer de certaines charges administratives et de démarrer sans prendre de risques. Pour mettre tous les atouts de son côté, un conseil principal : connaître tous les aspects de son métier, de A à Z. «On est son propre patron, on gère son temps, on travaille chez soi, on est en recherche constante, on ne s’ennuie pas» sourit Virginie Blanchard, qui ne voulait plus être «architecte, tout le temps devant un ordi» avant de devenir céramiste à La Chapelle-sur-Furieuse ("l’Atelier des furieux").
Surtout, toutes 5 travaillent dans un domaine qui les passionne. Anaïs et Marie estiment également que l’environnement régional est propice, dynamique, notamment en termes de marchés. «On sent que l’on revient au savoir-faire local. Il y a eu une période "made in China" mais aujourd’hui, il y a une sensibilité du public à consommer autrement».

Stéphane Paris




Artisanes
Domaine des songes, 33 Grande rue, 25610 Arc-et-Senans

Anaïs Vincent, maroquinerie

Entre sel et terre, 33 Grande rue, 25610 Arc-et-Senans

L'Atelier des furieux à La Chapelle-sur-Furieuse

Luminaires Meïka



En savoir plus
institut-metiersdart.org

journeesdesmetiersdart.fr


Métiers d'art
L’article 22 de la loi n° 2014-626 du 18 juin 2014 donne une définition légale : «relèvent des métiers d'art, les personnes physiques ainsi que les dirigeants sociaux des personnes morales qui exercent, à titre principal ou secondaire, une activité indépendante de production, de création, de transformation ou de reconstitution, de réparation et de restauration du patrimoine, caractérisée par la maîtrise de gestes et de techniques en vue du travail de la matière et nécessitant un apport artistique».

Retour

Réactions sur la news

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Europan


mars 2017
Ce concours organisé dans une vingtaine de pays européens est ouvert aux jeunes architectes et urbanistes (moins de 40 ans). Il est relayé et soutenu par la Ville de Besançon et le Grand Besançon qui proposent aux candidats de travailler sur les sites de la Bouloie, de Témis et de Montrapon. Les résultats seront connus en décembre 2017 et seront suivis d’expérimentations sur le site. Informations et inscription : Laurence Fabre, chef de projet aménagement urbain, 0381878035

L'industrie recrute


février 2017
Découvrez tous les métiers de l’industrie lors des journées portes ouvertes de l’apprentissage le 11mars dans les CFAI à Besançon, Dole,  Gevingey, Belfort, Exincourt et Vesoul et lors de la semaine de l’industrie du 20 au 26 mars. Recherche d’emploi : les-industries-technologiques.fr

Devenir surveillant de prison


février 2017
L'administration pénitentiaire recrute en ouvrant 2500 postes en 2017. Pour tout savoir, se préparer au concours et s'inscrire, c'est ici.

Métiers du chiffre


novembre 2014
Ce sont les professionnels eux-mêmes qui le disent : les métiers d’expert-comptable et de commissaire aux comptes ont de nombreux atouts (besoins en recrutement, rémunération, perspectives de carrières...) qui restent méconnus.
Les "métiers du chiffre" représentent 250 000 emplois en France et pour les 10 prochaines années, la profession a recensé un besoin de 10 000 nouveaux commissaires aux comptes et experts-comptables.
Chaque année, plus de la moitié des cabinets français recrutent dans le cadre d’une création de poste, principalement des profils «junior» (0 à 2 ans d’expérience).
Le niveau de rémunération est plutôt attractif : un expert-comptable ayant moins d’un an d’expérience gagne en moyenne 29 000 euros brut par an (hors primes) et un commissaire aux comptes 35 000.
L'accès  ? Il passe par le diplôme supérieur de comptabilité et de gestion (DSCG / niveau bac+5) puis le diplôme d’expertise comptable (DEC / niveau bac+8) après un stage de 3 ans en cabinet. Il est désormais également possible aux candidats de niveau master issus de toutes filières autres que la comptabilité, l’audit et la finance d’exercer le métier de commissaire aux comptes via le certificat d’aptitude aux fonctions de commissaire aux comptes.

Economiste de la construction


octobre 2013
Un métier méconnu qui offre des perspectives d’emploi. Pour mieux le présenter, l’Union nationale des économistes de la construction a créé un e-mag destiné aux lycéens et étudiants : le métier, les conditions d’emploi, les lieux où se former sont présentés. Un métier du bâtiment en lien avec la maîtrise des coûts et le développement durable. A lire sur www.untec.com
Voir tout