janvier 2015

Aurèle Daubargues, passion skateboard

Elle a ouvert Skate ‘n’ roll à Besançon. Mais elle ne se contente pas de vendre planches, accessoires, vêtements et disques. Son magasin contribue à animer le milieu du skate à Besançon.
Photo Yves Petit

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Aurèle Daubargues n’a pas choisi un chemin facile. Les obstacles étaient nombreux sur la voie qui l’a menée à ouvrir la boutique Skate ‘n’ roll à Besançon. Le simple fait de lancer un commerce. Le faire pendant les travaux du tram bisontin, dans une période de crise. Sans expérience. Et dans un domaine traditionnellement masculin. Mais transformer une passion en profession lui a donné l’envie nécessaire pour passer outre. Son magasin est ouvert depuis décembre 2013.  Et la passion lui permet justement d’ajouter une réelle plus-value à la vente. A deux adolescents venus acquérir une planche en cette fin décembre, elle prend le temps d’expliquer, de détailler les différences d’utilisation selon le matériel et la pratique, de donner de multiples conseils précis sur la manière d’utiliser et d’entretenir un skate.
«Cela fait 12 ans que je pratique. Et 7 ans que j’ai envie de faire ce magasin précise la jeune femme de 27 ans. Depuis que je suis entrée, à Nice, dans une boutique spécialisée qui était un repaire de passionnés. J’ai tellement apprécié l’ambiance que je me suis dit que c’est ce que je voulais faire, que c’était vraiment un rêve. A l’époque, j’étais en hypokhâgne» (1).
Du rêve à la réalité : 3 ans en LEA, un master management à Strasbourg puis un an à Barcelone en spécialisation administration des entreprises. Elle a également suivi une formation de 2 mois à Initiative Doubs pour se familiariser à la création d’entreprise, vérifier la viabilité du projet et obtenir un prêt d’honneur, son «seul appui financier avec celui de ses proches».
«J’avais tellement envie que je me suis lancée tête baissée. L’aspect financier a été difficile. J’ai eu aussi du mal à trouver un emplacement. Mais le plus dur, c’est tenir, le temps que le magasin acquière une clientèle. Le lancement na pas été évident».

      Créer de l'animation

Au bout d’un an, elle est plutôt satisfaite du résultat. «Ca marche plus que j’espérais, il y a même une vie autour du magasin à laquelle je ne m’attendais pas - d’ailleurs, je tiens à dire merci à tous ceux qui me soutiennent. Du coup ça fait naître des projets cool».
Par exemple, la création d’un t-shirt, fruit de la collaboration avec une marque de vêtements et l’un de ses amis tatoueur qui a créé le dessin. Depuis l’ouverture du magasin, elle ne manque pas d’idées. Elle a commencé par ouvrir un rayon disques vinyl rock, punk, rap, pour aider les associations locales, elle-même faisant partie de Mighty Worm. «Je ne fais que du neuf et ça amène des gens de 7 à 77 ans !».
Prochainement, elle envisage de mettre en place avec l’Asep des cours de skate, voire des stages découverte. Elle apprécie visiblement ces coopérations qui lui permettent de ne pas travailler uniquement dans son coin. Après tout, le skate est un sport individuel qui se pratique en collectif. «Et ce n'est pas que pour les jeunes. J'ai des clients qui s'y mettent à 40 ans».
Commercialement, elle a su trouver sa place en ville où il n’y a qu’un seul concurrent, Slide box. «Mais on s’entend bien, on travaille même ensemble, on a les mêmes fournisseurs, on se répartit les produits. La différence est que je ne fais que du skate et je travaille avec plus de marques françaises».
Bref, elle a su se faire accepter comme lorsqu’elle a commencé le skate.
«A l’époque, il devait y avoir 3 skateuses à Besançon raconte celle qui fait aujourd’hui partie Sirocco skate club. Mais les mentalités évoluent. Aujourd’hui c’est moins "macho"».

Stéphane Paris

(1) Ou lettres supérieures, classe préparatoire littéraire.
Contact
Skate ‘n’ roll, 27 quai Veil Picard, 25000 Besançon
09 84 13 60 28
facebook.com/sk8nrollskateshop

Retour

Réactions sur la news

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Romain Laroche et Jonathan Troppy récompensés par Pepite


juillet 2014
En 2013, ils ont créé le projet Saac, entreprise qui propose un outil organisationnel de recrutement pour l'animation périscolaire. Le premier était étudiant en BTS commerce à l'IMT d'Etupes, le second bachelier et tous deux figurent parmi les 50 lauréats nationaux du concours "Pepite tremplin entrepreneuriat étudiant" organisé par le ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche. Leur projet, comme 4 autres retenus au niveau régional, bénéficiera d'un appui spécifique du Pôle étudiant ITE Bourgogne Franche-Comté.

LimpidMarket, gagnant du concours Numérica 2013


décembre 2013
Limpidmarket, start-up basée à Montbéliard, a remporté le premier prix de l’édition 2013 du concours Numérica. Ce concours valorise la création d'entreprises innovantes dans le domaine des TIC en Franche-Comté. LimpidMarket a reçu 20000€. L'entreprise propose un comparateur de solutions de paiement aux commerçants, qui peuvent choisir celle des solutions d’encaissement par carte bancaire qui correspond le mieux à ses besoins tout en réduisant ce poste de dépense. Infos, limpidmarket.fr

Hassan Belhadj, lauréat Talent des cités


septembre 2013
Entrepreneur en catégorie "émergence", il a été récompensé par le jury régional. Son projet, concrétisé depuis avril 2013 : l'ouverture dans le quartier de Planoise, à Besançon, du salon Coiffure Ino. A 25 ans, il s'agit de son 3e salon après ceux ouverts à Vesoul et Besançon. Son idée : permettre aux habitants du quartier de disposer d'un salon de coiffure de proximité où il propose des coupes hommes originales.
Voir tout