avril 2017

Caem : la musique qui crée du lien

Trois cent cinquante usagers dont 120 jeunes. A Besançon, dans le quartier de Planoise, on allie depuis 1992 animation et expression, apprentissage et diversité.
Photo Yves Petit
Caem : la musique qui crée du lien Caem : la musique qui crée du lien Caem : la musique qui crée du lien

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
19 mars à la Rodia. En première partie du concert de Napoleon Maddox, une dizaine de jeunes amateurs ont la chance de se produire sur scène en conditions professionnelles. Une reprise de "Crazy", le tube de Gnarls Barkley, est suivie d’une chorégraphie par 6 danseuses puis de 2 raps enthousiastes avant que 4 jeunes filles ne se lancent dans "Highway to hell" d’AC/DC. A l’évidence, elles s’éclatent. Ces jeunes qui débordent d’énergie viennent des ateliers du Caem. Ils proposent un joyeux mélange d’âges, d’origines, de genres, que l’on retrouve lors des ateliers organisés avec la maison de quartier de Planoise, dans le cadre du contrat de Ville auquel sont associés l’Etat et le Grand Besançon. 
«Nous sommes une école non diplômante souligne Jean-Baptiste Chané, le directeur.  Nous sommes plus dans la transmission que dans l’apprentissage, dans le loisir et le plaisir de la musique». De l’éveil musical à la chorale, mais aussi la danse, 3 à 400 personnes sont concernées par les activités du Carrefour d’animation et d’expression musicales. Parmi eux, environ 120 jeunes de 6 à 18 ans viennent tester leur envie et leur plaisir de jouer, de manière assez libre mais encadrée. Des stages pendant les vacances, des accueils hebdomadaires le reste du temps, aux tarifs les plus bas possibles pour que le coût ne soit pas un frein. «Ce sont des artistes en activité qui encadrent, avec un enseignement basé sur la pratique collective, beaucoup moins traditionnel que dans les écoles de musique». Aucun niveau n’est demandé.

   Sortir des stéréotypes

Surtout, le Caem n’agit pas en vase clos. Des partenariats extérieurs ont été noués, à l’image du rendez-vous annuel à la Rodia. Une fois par trimestre, des prestations publiques sont organisées à la brasserie de l’Espace. «Cela permet aux gens de voir la diversité de ce que l’on fait. On y est pendant 2, 3 h, c’est gratuit, blindé, sympa, intergénérationnel, inter "tout ce qu'on veut"…». Le Caem participe également aux jam sessions du Pixel, ce qui permet, là aussi «de croiser les publics» et de «donner une image moins élitiste du jazz». Certains jeunes ont aussi pris part à une émission de Radio Campus. «Nous avons un rôle d’ouverture d’esprit précise Jean-Baptiste Chané. C’est important pour des gamins de 13 – 14 ans. Quand ils viennent, leur premier réflexe c’est le rap, avec des textes qui sont dans le "je", l’ego trip et les stéréotypes sur lesquels ils pensent qu’on les attend. On ne peut pas leur en vouloir dans la mesure où les médias, la radio sont majoritairement sur ce créneau. Mais nous essayons de leur montrer autre chose. Et même dans le hip-hop, nous passons par la pratique instrumentale, le jeu musical, le geste. Pas de sample».
Jean-Baptiste Chané reconnaît qu’il a fallu du temps pour que les ados identifient le lieu et osent pousser la porte. Aujourd’hui, il y a des assidus aux ateliers du mardi, il y a autant de filles que de garçons qui passent du rap au rock («les gamins se mélangent naturellement, ce sont les pouvoirs publics qui pensent que non»). «Certains sortent du collège à 15 h et viennent directement ici au lieu d’aller traîner. C’est ma plus grande satisfaction».

Stéphane Paris

En savoir plus
caem-besancon.fr

Retour

Réactions sur la news

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Catfish


mars 2016
Catfish, duo jurassien rock, s'active pour sortir son deuxième album "Dohyō" en octobre prochain. Pour le successeur de l'excellent "Muddy shivers", le groupe a opté pour une campagne de financement participatif via la plateforme Ulule. Contributions possibles à partir de 5 euros sur ulule.com/catfishofficiel

La grosse radio


janvier 2016
Une radio web à écouter en permanence qui en regroupe en réalité 3, puisque le site propose une radio rock, une metal et une reggae. Archivées, les émissions et les enregistrements live acoustique peuvent être réécoutées. Il est également possible de faire une recherche par artiste et de voter pour eux. Les musiciens peuvent également proposer leurs oeuvres. Enfin des jeux et des forums viennent agrémenter le site. Rendez-vous sur lagrosseradio.com

Musique à découvrir


octobre 2015
Adecouvrirabsolument.com est un site qui met l’accent sur des artistes émergents et/ou indépendants. Comme dans tous ceux de ce genre, il est composé de chroniques, de coups de pouce, d’interviews et de liens vers des musiciens ou des labels recommandables. Mais le plus d’“ada”, c’est la possibilité de se rendre compte sur pièce des talents mis en avant, par l’intermédiaire de compilations téléchargeables gratuitement. Les responsables en sont à leur 37e, fruit de leur veille musicale. Touche dominante, l’indie pop mélancolique.

Reggae à l'est


octobre 2015
Un site veut regrouper tout ce qui se chante, se dit, se fait autour du reggae dans le grand Est, de Strasbourg à Dijon, de Reims à Besançon. Il fédère les artistes et les programmeurs mais délivre également des infos, des actions et un agenda des concerts. Il y a de la musique et des vidéos mais aussi des articles sur la culture reggae. Objectifs : mieux médiatiser cette scène, renforcer les échanges et “prouver que le reggae dans le grand Est est plus que vivant”. reggae-est.fr

"Happiness" par Clotilde Moulin


octobre 2015
La chanteuse bisontine publie son 3e album qu'elle qualifie "d'histoire polyphonique d’un chagrin d’amour. C’est de la poésie plus que du texte, et du chant plus que de la chanson". Cet album ne sera pressé qu’à 1000 exemplaires, parmi lesquels une édition limitée de 50 exemplaires dont la pochette aura été imprimée en sérigraphie et numérotée à la main. Si vous souhaitez acquérir l’un d’eux, mieux vaut donc se manifester rapidement. La sortie est prévue début décembre, mais il est possible de la commander en prévente (envoyer un chèque de 10 euros par CD souhaité à Ofam productions, 27 rue Alfred Sancey, 25000 Besançon). Infos ici.
Voir tout