mai 2016

Coopilote, appui à la création d’activité

Cette coopérative regroupe environ 150 entrepreneurs. Particularité : ils ont le statut de salarié.
Photo Yves Petit

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Ils sont menuisier, architecte, fabricant de décors, enseignant d’espagnol, conseillère en recherche de financement, graphistes. Des professions très différentes, mais un point commun : ils font tous partie de Coopilote, coopérative d’entrepreneurs dont ils sont salariés (1). Soit un double statut, qui permet de cumuler certains atouts : en tant qu’entrepreneur, l’autonomie ; comme salarié, un contrat de travail et une couverture sociale. Le salaire dépend de l’activité et chacun doit céder une partie de sa marge, mais ils sont unanimes : «On garde les avantages de l’indépendance, mais on est très accompagné.  Je m’étais renseigné sur d’autres aides pour entreprendre mais je pense qu’ici on est moins livré à nous-mêmes» résume Gabriel Martinez, créateur de Construisons logique à Lons. «Beaucoup d’éléments sont pris en charge : assurance, compta, gestion, ce qui nous laisse plus de temps pour nous consacrer à notre activité proprement dite» complète Jean-Yves Bouchet, créateur de "l’Atelier la Chignole" à Cressia pour fabriquer des décors pour le spectacle vivant.
Ils sont arrivés à Coopilote entre 2012 et 2015. Tous ont  commencé par une période d’accompagnement assorti de formations. «On est vraiment bien suivis et conseillés» soulignent-ils. «Nous avons notre propre siège mais aussi une adresse à Coopilote où l’on vient quand on veut. Il y a même un espace de coworking. C’est un peu particulier quand il faut expliquer aux fournisseurs que l’adresse de livraison diffère de celle de la facturation. Mais c’est un inconvénient léger par rapport aux avantages»
Indice que le concept plaît : Coopilote suit environ 150 entrepreneurs sur tout le territoire régional. Après Montbéliard et Besançon, la structure va ouvrir prochainement une antenne à Lons-le-Saunier. «Ca marche plutôt bien confirme Vincent Girard, le gérant. En 2015, nous avons connu une évolution positive du chiffre d’affaires de 30 à 40 %».
Effet concomittant, les entrepreneurs, loin d’être en concurrence, vivent  la situation dans une logique d’entraide  voire de mutualisation. «Au fil du temps, et à mesure que le nombre d'entrepreneur augmentait, la création de filières et de filiales s'est peu à peu imposée» lit-on sur le site de Coopilote qui annonce vouloir «favoriser les groupements, coopérations, alliances , etc…». Un pas qu’ont franchi Dorianne Noriega et Emmanuel Bertron, créateurs de  l’agence de graphisme "le Labo" à Avanne, en se regroupant également avec d’autres dans l’agence "la Ruche". «Elle regroupe plusieurs professionnels de la communication. On s'est tous rencontré à Coopilote». Une dizaine d’autres entrepreneurs ont monté un bureau d’études ingénierie du bâtiment afin de répondre plus facilement aux appels à projets. «Entre créateurs d’activités, on se côtoie ici et on se connaît plus facilement. On discute, on se fait travailler les uns les autres. Cela fait gagner du temps pour trouver des prestataires ou même des clients» ajoute Magali Vuillemin, architecte bisontine.
Tous signalent que le démarrage semble plus facile que pour une création d’entreprise type. «On peut rapidement démarrer l’activité, mais la nécessité d’avoir des résultats n’est pas si immédiate. On peut tester, changer. Et comme on l’a dit, l’aide administrative de Coopilote nous donne plus de temps pour nous consacrer à l’activité, à la prospection». Assez précieux quand on crée une activité d’aide aux associations à la recherche de financement comme l’a fait Céline Fleury avec "Lunaria". «Comme on est salarié, on cotise, de telle sorte que si l’activité s’arrête on a droit aux allocations chômage. Cela contribue également à nous rendre plus serein» complète Elsa Pignot, professeur d’espagnol à St-Claude (entreprise "Jeuparlespagnol").
Au terme de l’accompagnement, plusieurs choix s’offrent : poursuivre l’entreprise (ou non) et dans ce cas soit en devenant totalement  indépendant, soit en optant pour le statut d’entrepreneur associé de Coopilote.

S.P.
(1)
Coopilote accueille des créateurs d’activité dans les domaines suivants : bâtiment, espaces verts, formation, service aux personnes, communication, service aux entreprises.

En savoir plus
coopilote.com
0381954891

Retour

Réactions sur la news

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

La Fabrique à projets


juin 2017
Depuis le mois de mai, ce nouveau service s'adresse aux porteurs de projets pour leur faciliter l'accès aux fonds européens. Domaines de prédilection : énergies "renouvelables", biodiversité, recherche et développement, investissement des PME, accès aux TIC, agriculture, services en milieu rural, accompagnement des demandeurs d'emploi, apprentissage, formation professionnelle... Plus d'infos.

Entreprendre dans le Doubs


octobre 2014
Développement 25 organise des ateliers pour entreprendre dans tous les domaines : marketing, management, gestion, finance, web, communication….  Ils permettent de s'informer, de recueillir des conseils et d'échanger avec des pros et des experts. Ces ateliers thématiques gratuits se déroulent matin et/ou après-midi, sur une 1/2 journée, 1 jour ou 2 jours. Renseignements 03 81 65 10 20 (Besançon), 03 81 65 10 21 (Montbéliard, Baume-les-Dames, Clerval, Rougemont), 03 81 65 10 18 (Pontarlier, Valdahon). Voir également le blog doubs.org.

Entreprendre


février 2014
Quelles sont les meilleures villes pour entreprendre ? L'Entreprise-L'Expansion et Coface Services ont établi le palmarès des villes françaises les plus favorables à l'entreprise à partir des critères d'infrastructures, d'écosystème et d'éducation. Deux villes franc-comtoises arrivent en tête de leur catégorie : Besançon est première devant Poitiers et La Rochelle pour les villes de 100 000 à 200 000 habitants, tandis que Belfort occupe la même position (devant Quimper et Labège) pour les agglomérations de 70 000 à 100 000 habitants. Palmarès ici.

Guide création d'entreprise


décembre 2013
De l'idée à l'entreprise, que ce soit pour une création ou une reprise : ce guide de la Maison de l'emploi du Pays de Montbéliard trace les étapes, dénombre les partenaires et recense les prestations, souvent gratuites, disponibles dans l'aire urbaine. Un rappel du parcours pour éviter les erreurs, ne rien oublier et ne pas perdre de temps. Disponible ici.

Crowdfunding entreprise


octobre 2013
BGE et MyMajorCompany se sont associés pour créer une plateforme de cowdfunding dédiée à l'entrepreneuriat. Pour rappel, le crowdfunding est un système de financement de projets par les internautes. Les projets sont exposés sur le site et celui qui pense que l'un d'eux est intéressant peut contribuer à sa mise en oeuvre, selon ses moyens. Rendez-vous sur la plateforme www.notrepetiteentreprise.com

Voir tout