février 2019

Création d'étudiantes en mode professionnel

Marguerite, Rachel et Camille, élèves à l'ESM Bourgogne-Franche-Comté, se sont lancées dans un projet de spectacle d'envergure. Le théâtre d'Auxerre le programme le 31 mars.
Photo Yves Petit

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Avec «A la lueur de leurs mains», Camille Desseauves, Marguerite Dehors et Rachel Davergne ont conscience de s’être lancé un vrai défi. Faire de leur projet d’études un spectacle à part entière associant musique, cirque et danse, réalisé et joué dans des conditions professionnelles. «On a déjà joué deux concerts le midi au théâtre d’Auxerre. Y créer notre spectacle est un tremplin et un rêve» se réjouit Marguerite.
Elles viennent de Montluçon, Rouen et Abbeville. Leurs trajectoires se sont croisées à l’Ecole supérieure de musique de Dijon. Leur entente amicale et musicale les a conduites à créer un trio, nommé Cousu main. Une clarinettiste, une  violoniste,  une percussionniste : le répertoire associant leurs instruments est mince. Elles citent «And legions will rise» de Kevin Puts, mais leurs concerts proposent également des adaptations de Bach, Debussy ou Ravel ainsi que du jazz ou des musiques traditionnelles. A Dijon, toutes 3 préparent DNSPM (diplôme d’interprète) et DE (diplôme d’enseignement). Marguerite y ajoute une licence de musicologie. «Préparer ces diplômes demande un travail intense, de tous les jours. L’ESM offre des opportunités réelles, des rencontres intéressantes, m’ais c’est beaucoup de boulot, beaucoup de pratique». Leurs parcours montrent que le travail ne leur fait pas peur. Avec «A la lueur de leurs mains», elles s’en sont ajouté, même si elles ne mesuraient pas trop où elles s’engageaient. «Aujourd’hui, on se rend compte que c’est une grosse charge mentale» disaient-elles 3 mois avant la représentation publique.

  "L'aide du théâtre d'Auxerre,
   un tapis rouge"


Il s’agit de leur projet «carte blanche» que l’Ecole supérieure de musique de Bourgogne-Franche-Comté demande de piloter de A à Z. Elles en ont profité pour répondre à un appel à projets. «Un gros délire, mais l’idée a plu, notamment au directeur du théâtre d’Auxerre. Pour nous c’est vraiment top : on a un théâtre avec une équipe technique sous la main, c’est un tapis rouge».
Leur création est née d’envies communes : associer la musique à d’autres pratiques artistiques et raconter une histoire avec leurs instruments. Elles l’ont écrit, ont monté le dossier et le budget. Elles ont réuni une équipe pluridisciplinaire : la danseuse Mathilde Jacob, la chorégraphe Marie Maurice, les circassiennes  Maud Guirault et Elodie Laaziz, le créateur lumière Léo Dole («très compliqué à trouver»), le metteur en scène Jonas Burgunter. Ces artistes venant du Mans, de Besançon ou de Dijon, répéter n’a pas été évident. Le théâtre d’Auxerre a vraiment joué le jeu en accueillant l’équipe en résidence à deux reprises «en nous considérant comme des artistes pro, mais avec la conscience qu’on est encore étudiantes et qu’on a encore des choses à apprendre. Ils nous ont aidées autant que possible, notamment pour les dossiers de subvention qui a représenté un gros moment de stress».
Alors que la représentation approche, avoir mené une création «le plus proche du professionnel possible» sera de toute façon une expérience positive. «On avait l’intention de faire un truc badass, mais on n’imaginait pas que ça allait être aussi éparpillé ! Au départ, on se demandait si on pouvait les faire venir à Dijon pour un week-end, si on pouvait donner des directives et on nous a dit : «mais c’est vous les créatrices, vous pouvez être exigeantes !» Mais c’est surtout une aventure humaine. Avec l’équipe, on a l’impression d’être une famille».

S.P.
En savoir plus
«A la lueur de leurs mains», 31 mars, 16 h au théâtre d’Auxerre.
auxerreletheatre.com

Trio Cousu main

Ecole supérieure de musique de Bourgogne-Franche-Comté
36-38 rue Chabot-Charny
21000 Dijon
0380589890




Parcours
En photo de g. à dr.
Marguerite
 (22 ans) a commencé à jouer en maternelle, est entrée au conservatoire en même temps qu’au CP, commencé le clavecin en 5e et fait du violon depuis une quinzaine d’années. Elle a une licence histoire de l’art. Parallèlement à l’ESM elle suit une licence de musicologie et envisage un master. «Je découvre l’enseignement avec le DE et ça me plaît. Si je peux vivre comme intermittente du spectacle, cela me plairait».

Rachel (25 ans) ne se souvient plus quand elle a commencé la musique. Comme sa mère était prof, elle la suivait à l’école de musique où «la salle de percussions était ma salle de jeu». Après 10 ans de pratique, elle jouait dans le brass band du conservatoire d’Amiens, sans être au conservatoire. «On est allé en Australie et je me suis dit, c’est trop bien, je veux faire ce métier». Elle est entrée au conservatoire et en licence de musicologie à Rouen. «J’ai donné des cours dans une école de musique et je trouvais génial de pouvoir transmettre. J’ai eu la chance de toujours rencontrer des gens passionnés. A un moment, j’avais l’impression d’être dans la musique pour faire de la compétition et me surpasser. Mais un prof a su me dire que dans la musique, le plus important reste la musique».

Camille (26 ans)vient de Montluçon. Elle a débuté la musique à 8 ans par le violon avant de passer à la clarinette un an plus tard. Elle a eu «envie d’en faire son métier» en 1re, en arrivant au conservatoire. Depuis, elle a obtenu une licence de musicologie à Lyon, suivi les cours de l’Ecole nationale de musique de Villeurbanne et participé à l’académie des juniors de l’Orchestre national de Lyon. «Je me destine à l’enseignement».


Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Jury jeune du Fica


novembre 2018
Les candidatures pour être membre du Jury jeune au 25e Festival international des cinémas d’Asie de Vesoul (5 - 12 février 2019) sont ouvertes. Cela consiste à venir voir et juger les 8 films documentaires  en compétition et rencontrer les réalisateurs. La carte de membre du jury permet d’accéder gratuitement à 4 séances de cinéma et  d’assister à la cérémonie de clôture. Elle donne droit à une invitation pour vos parents à la cérémonie de clôture du mardi 12 février au Théâtre Edwige Feuillère. Pour candidater : festival.vesoul@wanadoo.fr ou 0684848746 ou Fica, 25 rue du docteur Doillon, 70000 Vesoul. +Infos

Great hat persévère


novembre 2018
Après "Namantius", l’association de cinéma bisontine a poursuivi ses activités, en tournant notamment "Clair obscur", un court métrage sur Gustave Courbet lors de son retour à Ornans pour peindre son tableau "Enterrement à Ornans". Originalité du projet, il a été mené en partenariat avec l'école de musique Amuso qui joue la musique en direct lors des projections."Clair obscur" est passé par un financement participatif sur ulule.

"#Quiproquo"


octobre 2018
Un film d'action de 26 mn tourné à Besançon à partir d'une histoire vraie. Le 3e court métrage de Liil Serge Mbeutcha est dans son genre une réussite : scènes d'action très pros, images et montage soigné. Armé de l'enthousiasme et du dynamisme permettant de franchir les obstacles compliqués qui émaillent toute réalisation cinéma, le jeune homme est près pour se lancer dans le long. Trailer ici.

Kreshendo


septembre 2015
Le rappeur bisontin vient de publier son premier album "Je suis qu'un homme". En vente 10 euros au Forum, en écoute sur deezer. Pour en savoir plus, facebook. A voir, son dernier clip, "Sale trip".

MyTremplin


juillet 2014
Ce dispositif du Conseil général du Jura vise à promouvoir et à aider les formations musicales du département en leur offrant la possibilité de monter sur scène et/ou de disposer d’un accompagnement artistique réalisé par le Moulin de
Brainans. Cette année, 5 lauréats ont été désignés par le jury et bénéficient de ce dispositif : Célia (folk rock), L’Homme s’Entête (chanson), Max Gulliver (pop), The Donuts Machine Band (chanson blues) et Gunther Tarp (rock).
Voir tout