août 2018

De Lumières d’Afrique au festival de Cannes

Participer au jury-jeunes du festival de cinéma bisontin peut ouvrir des portes. Rémi Ubeda a vécu une expérience unique l’an dernier.

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Ce jeune homme de Montenois va avoir à peine 19 ans et il a déjà vécu le festival de Cannes, avec un court métrage à présenter. Flashback sur 2018.

Comment es-tu arrivé à Lumières d’Afrique ?
J’ai vu l’annonce de recherche de jeunes pour le jury, j’ai envoyé ma lettre de motivation et j’ai été sélectionné, pas tout de suite, mais après désistement.

Comment l’as-tu vécu ?
C’est une sacrée expérience, pendant une semaine. On rencontre les organisateurs, on voit une dizaine de films, on discute cinéma au sein du jury. J’ai ben aimé parce que tout le monde prend la parole et donne ses arguments. Entendre ce que pensent les autres m'a beaucoup apporté. Et pour moi, ça a été une autre façon de vivre un festival et de voir le cinéma. Il s’agit de cinéma africain et s’il contient des codes inhérents à tout cinéma, il y a aussi des spécificités. C’est une autre culture. Personnellement, j’ai été marqué par la violence qui émanait de nombreux films. Ca m’a influencé pour le court métrage que j’ai fait ensuite.

Avant d’y revenir, Lumières d’Afrique a donc été une expérience positive. Conseillerais-tu à d’autres de postuler au jury-jeunes ?
Sans hésitation. On voit l’organisation d’un festival, on rencontre les autres membres du jury, le public et des professionnels, on découvre une autre culture cinéma et on donne des prix (1). Et ça se passe le soir donc ça n’empiétait pas sur mon emploi du temps d’étudiant. Malheureusement on ne peut pas participer deux fois, mais je suis quand même devenu programmateur du festival !

En quoi est-ce que cela consiste ?
Solliciter des candidatures de courts métrages pour le prochain festival, visionner ceux que l’on reçoit, participer à la sélection. On a fait ça entre février et juin, avec 75 films à voir.

Généralement, tu vois beaucoup de films ?
Je dirais que je vais environ 2 fois par mois au cinéma. Je suis plus art et essai que grosses productions. J’emprunte également des DVD à la Médiathèque et je vais aux cycles du Kursaal pour faire ma culture cinématographique.

Et ce court métrage ?
Il s’appelle "Entre tabou et réalité". Je l’ai réalisé en participant aux "24 h de réalisation" organisées par les MJC. Je n’ai pas eu le premier prix mais il a été apprécié et Gérard Marion, directeur de Lumières d’Afrique, m’a incité à le présenter au short film corner, à Cannes. J’ai pris 2 semaines pour l’améliorer et je me suis retrouvé au festival de Cannes, pendant 3 jours !

Un beau souvenir ?
Oui. J’y allais avant tout pour découvrir parce qu’il s’agit d’un monde particulier : qu’y faire ? Comment parler aux gens ? A qui présenter son film ? Une expérience très satisfaisante. J’ai pu participer à une réception sur un bateau, monter les marches… J’ai d’ailleurs relaté ce séjour dans un article.

Tu envisages de poursuivre dans le cinéma ?
Pour l'instant, je me concentre sur mes études. Je suis en 2e année à l’IUT info-com de Besançon. Après l’IUT, j’envisage de passer les concours des écoles de cinéma ou de m’orienter vers la communication événementielle.

Recueilli par Stéphane Paris
(1)
L’an dernier, le jury-jeunes a récompensé "Razzia" de Nabil Ayouch et "la Belle et la meute" de Kaouther Ben Hania.

En savoir plus
lumieresdafrique.com
facebook

Les 24 h de réalisation

Voir son film "Entre tabou et réalité"

Compte-rendu de Cannes



Postuler au jury-jeunes
L'association Apaca recherche, pour le festival Lumières d'Afrique qui aura lieu du 10 au 18 novembre à Besançon, 7 jeunes entre 16 et 20 ans aimant le cinéma et désireux de vivre une expérience unique pour composer le Jury jeunes. Ces 7 jurés devront assister à la projection des 10 films long métrage de fiction en compétition et attribuer le Prix du Jury jeunes. Renseignements au 0677946648 ou sur le site.

Retour

Réactions sur la news

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

"Clair obscur"


juillet 2017
Après "Namantius", Great hat production lance un crowdfunding pour un nouveau projet cinéma ("Clair obscur") au sujet de Courbet. Pour les aider, c'est ici.

Kreshendo


septembre 2015
Le rappeur bisontin vient de publier son premier album "Je suis qu'un homme". En vente 10 euros au Forum, en écoute sur deezer. Pour en savoir plus, facebook. A voir, son dernier clip, "Sale trip".

MyTremplin


juillet 2014
Ce dispositif du Conseil général du Jura vise à promouvoir et à aider les formations musicales du département en leur offrant la possibilité de monter sur scène et/ou de disposer d’un accompagnement artistique réalisé par le Moulin de
Brainans. Cette année, 5 lauréats ont été désignés par le jury et bénéficient de ce dispositif : Célia (folk rock), L’Homme s’Entête (chanson), Max Gulliver (pop), The Donuts Machine Band (chanson blues) et Gunther Tarp (rock).

The Wan


juin 2014
Ils étaient à Rolling Saône et on va les retrouver à Saônorités (14 juin), à la fête de la musique à Baume-les-Dames et au festival de la Paille (2 août). En attendant, voyez le dernier clip de ce bon groupe rock d'ici, réalisé par Bertrand Vinsu, sur Besançon.tv.

"Furie" par Clara Yucatan


mai 2014
Le nouveau clip du groupe haut-saônois, réalisé par Vincent Vernier est en ligne ici.
Voir tout