février 2017

«Donner des repères aux élèves»

Le réseau IJ de Haute-Saône a mis en place une action de sensibilisation aux discriminations auprès des élèves de la région. En janvier, elle avait lieu au collège Jacques Brel, à Vesoul.
Photo Yves Petit
«Donner des repères aux élèves» «Donner des repères aux élèves»

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Ils sont 11 élèves debout dans une salle et  se rangent d’un côté ou de l’autre en fonction de leur avis sur une question. Première assertion : «les hommes sont plus forts que les femmes». Quatre disent oui, 6 non et l’une des 5 filles présentes ne sait pas. Propositions suivantes : «à fonction et diplôme égaux, les femmes sont moins payées que les hommes», «les handicapés ne sont pas capables de travailler», «les jeunes sont irresponsables», «les Roms sont des voleurs», «les Noirs ont beaucoup d’enfants». Autant d’assertions prétextes à débattre des discriminations. Et à douter : certains élèves se déplacent avec leur point de vue en cours de discussion. Ils sont en 4e Segpa (1) au collège Jacques Brel, à Vesoul. Leur section participe à l’action de lutte contre les discriminations mise en place par le réseau information jeunesse de Haute-Saône. C’est la première séance, préalable à un travail autour de la BD avec le dessinateur François Roussel (voir article). Au cours de cette première partie, les intervenants du réseau IJ organisent des débats, des jeux, des rappels de la loi. Cette dernière retient 22 critères de discriminations. Certaines apparaissent évidentes, d’autres moins. Considérer qu’on ne peut faire confiance à un jeune parce qu’il est jeune est moins décelable que les critères de l’origine ou de l’orientation sexuelle. L’action a le mérite de faire réfléchir les élèves. Mais le sujet n’est pas facile, les préjugés engendrent des contradictions : «il y a des hommes qui ont un caractère fort mais des femmes aussi, si elles ont celui de leur père». L’idée que les femmes puissent être payées moins à travail égal ne semble pas à tous d’une évidente injustice. Au fil des discussions, les élèves sont confrontés aux fragilités des raisonnements. Le plus difficile est de ne pas généraliser à partir des cas particuliers que l’on constate : ce n’est pas parce que je connais un jeune irresponsable que tous le sont. Pas évident non plus de ne pas considérer les déterminants culturels comme des lois naturelles.

   "Leur donner
   une estime de soi"


«Ce genre d’initiative doit leur laisser des points de repère dans la construction de leur personnalité» espère Franck Vigneron, directeur de la Segpa (photo 3). «Ce sont des élèves mais aussi des citoyens et des futurs professionnels qui devront savoir coopérer et tenir compte de la différence des autres». Le concret est présent : «nous travaillons beaucoup sur la prévention du harcèlement.  La lutte contre les discriminations en relève. Ici, nous accueillons des jeunes de secteurs urbain et rural, nous en avons en situation de handicap. L’une de nos missions est de leur apprendre à vivre ensemble et à se respecter». Le directeur est un convaincu. «Tout ce que je peux faire dans l’éducation à la citoyenneté, je le fais ! Au-delà des apprentissages scolaires, les questions de règles sociales, de respect des autres, de solidarité sont une priorité car elles favorisent la vie ensemble. Participer à ce projet de lutte contre les discriminations s’inscrit dans cette optique. Il rejoint notre façon de travailler basée sur la pédagogie de projet et l’interdisciplinarité».
Ses élèves ne font pas partie de ceux pour qui l’accès à la culture est le plus évident. Participer au dispositif "collégiens au cinéma", faire venir des auteurs, travailler avec des artistes du festival Jacques Brel est une manière de compenser cette absence. Et de «favoriser l’ouverture culturelle sur le monde, levier puissant d’accès aux savoirs et à la citoyenneté dans le cadre de parcours d’éducation artistique et culturelle». Après la première séance de sensibilisation, les élèves vont aborder les discriminations par le biais de la BD avec l’aide du dessinateur François Roussel. «C’est aussi une façon de les aider à se valoriser estime Franck Vigneron. Nous les avons pendant 4 ans au collège et l’une de nos volontés est de leur donner l’estime de soi, ce qui passe autant par ce genre d’initiatives que par la personnalisation des parcours, l’accompagnement, les appréciations positives».

S.P.



(1)
Section d’enseignement général et professionnel adapté

En savoir plus
L’action de lutte contre les discriminations se terminera par une restitution en mai à Ronchamp. Infos, Cij de Haute-Saône, 1 rue de Franche-Comté, 70000 Vesoul (0384970090).

Lire aussi
La BD pour lutter contre les discriminations

Retour

Réactions sur la news

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Les élections de 2017


mars 2017
Election présidentielle : 1er tour le 23 avril, 2nd tour le 7 mai
Elections législatives : 1er tour le 11 juin, 2nd tour le 18 juin
Elections sénatoriales : 24 septembre (les sénateurs ne sont pas élus par les électeurs mais par un collège de députés et d’élus locaux). Les votes des citoyens : les électeurs français vont choisir le président de la République et les députés pour 5 ans (sauf en cas de dissolution de l’assemblée pour ces derniers). Déroulement : les 2 scrutins sont semblables, des scrutins majoritaires à 2 tours. Si un candidat recueille plus de 50 % des suffrages exprimés (et pour les députés, au moins 25 % des électeurs inscrits) au premier tour, il est élu. Sinon, les 2 candidats arrivés en tête peuvent se maintenir (pour les députés, à condition d’obtenir au moins 12,5 % des électeurs inscrits)

Discriminations


mars 2017
Le gouvernement vient de présenter le guide interministériel de lutte contre les discriminations et le livret "Discriminations, c’est non !". Deux outils pour identifier, prévenir et lutter contre toutes les discriminations (elles se manifestent par une différence de traitement entre des personnes, fondée sur 23 critères prohibés dont âge, sexe, origine, adresse, handicap, religion, santé, activités politiques ou syndicales… C’est un délit qui peut être puni jusqu’à 5 ans d’emprisonnement et 75 000 € d’amende). Le guide s’adresse aux services de l’État, aux opérateurs de service public, aux associations et aux élus locaux. Le livret "Discriminations, c’est non !" s'adresse au public. Il sera disponibles dans les structures d’accueil et les services publics de proximité. Principalement composé d’exemples de discriminations tirés du quotidien, il doit pouvoir aider chaque citoyen à identifier une situation discriminante et à saisir les autorités compétentes.


Le service civique


novembre 2015
A quoi ça sert ?
Il s’adresse aux jeunes de 16 à 25 ans sans conditions de diplômes. Il permet d’enrichir son expérience en s’engageant pendant 6 à 12 mois comme volontaire dans une association, une collectivité locale ou une entreprise publique. Un accompagnement est mis en place : aide à la réalisation de la mission, formation civique et citoyenne, appui à la réflexion sur le projet d’avenir. Il compte pour le calcul des droits à a retraite, ouvre droit à un régime complet de protection sociale, mais pas à l’allocation chômage. Les missions proposées ont une durée hebdomadaire de 24 à 35 h par semaine. Une indemnité de 467,34 euros par mois est versée par l’Etat au volontaire, quelle que soit la durée hebdomadaire de la mission. La structure d’accueil verse une prestation de 106,31 euros minimum correspondant à la prise en charge des frais d’alimentation ou de transports. Il est possible également de percevoir une bourse de 106,38 euros (si vous êtes bénéficiaire du RSA avant la signature du contrat). Il n’est pas possible de toucher en même temps le RSA, suspendu pendant la mission. Les boursiers qui poursuivent des études en parallèle à leur mission perçoivent leur bourse.

Comment postuler ?
Les missions sont publiées sur le site service-civique.gouv.fr. Vous pouvez aussi vous adresser aux missions locales ou au réseau information jeunesse.

Qui peut postuler ?
Seule la motivation à s'engager au bénéfice d'une cause de l’intérêt général est requise. Les jeunes en situation de handicap, sans formation ou n'ayant pas de projet professionnel peuvent y accéder de plein droit.

Service civique international


novembre 2015
Il est possible de faire un service civique dans une association l’étranger. Depuis sa création en 2010, plus de 1000 volontaire se sont engagés dans différents pays. Au total 89 pays d’accueil dont les principaux : Allemagne, Haïti, Canada, Tunisie, Pérou, Equateur, Maroc, Madagascar, Sénégal. Renseignements, service-civique.gouv.fr

citoyendedemain.net


novembre 2015
Ce site citoyendedemain.net se présente comme centre de ressources dédié à l’éducation citoyenne, pour montrer que ce mot n’est pas seulement une coquille vide qu’il est de bon ton de citer à tout bout de champ. Fiches pratiques et témoignages permettent de mieux comprendre comment il peut se traduire, avec des rappels sur les droits de l’enfant, les droits de l’homme, la solidarité, le statut de la femme ou le racisme. 
Voir tout