avril 2018

Du travail dans la chimie

Un secteur qui recrute, qui est en évolution et qui veut améliorer son image en insistant sur le développement durable.
Photo Laurent Cheviet
Du travail dans la chimie Du travail dans la chimie

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
En sortant d’école d’ingénieur, Raphaël Blot a commencé par travailler dans le domaine du pétrole avant de poursuivre sa carrière dans le béton (voir article). C’est l’un des avantages de la chimie : les diplômes ouvrent des perspectives polyvalentes. «La chimie reste un créneau porteur dit-il, avec notamment de nouveaux métiers dans la dépollution, les énergies renouvelables». 
On comprend que la science qui étudie la composition de la matière et utilise ses éléments pour opérer des transformations ait une place répandue. Mais on ne soupçonne pas toujours à quel point. En France, environ 200 000 personnes travaillent dans l’industrie chimique. «La chimie est présente partout, en amont de tous les secteurs industriels résume Patrick Zanini, délégué général de l’UIC Bourgogne-Franche-Comté. Dans la santé, le sport, l’habitat, etc., la chimie intervient. Par exemple, il y du gaz dans les portables. Or quand on parle smartphone, on pense électronique mais pas chimie. Pourtant, sans elle, pas de smartphone». Il reconnaît que «l’image n’est pas toujours très bonne» mais qu’il ne faut pas seulement s'en tenir aux idées toutes faites. «La chimie met au point des innovations que l’on vend aux industriels pour qu’ils l’intègrent dans leurs process». Le but est d’améliorer les produits. «Nous sommes au service du développement durable» assure-t-il.

   Attirer les jeunes talents

Le site de l’UIC (1) évoque l’avenir parmi les priorités de la profession : faciliter le passage à une économie circulaire, en s’appuyant notamment sur la chimie du végétal ou le recyclage des matières premières ; promouvoir la chimie durable auprès des industriels pour diminuer l’empreinte environnementale de l’industrie chimique et des industries clientes ; utiliser de nouvelles matières premières et concevoir des produits à faible impact environnemental. L’UIC ne s’en cache pas : elle veut améliorer l’image en restaurer la confiance du public ainsi qu’attirer les jeunes talents.
«A l’heure actuelle, nous avons besoin d’opérateurs motivés précise Patrick Zanini. Le niveau d’embauche est le bac pro». La chimie n’est pas seulement le domaine des chercheurs et des ingénieurs. La profession est constituée à parts égales de cadres, d’agents de maîtrise et d’ouvriers. «La répartition est un peu différente dans la région en raison de la présence de la plateforme industrielle de Tavaux. Ici, nous avons plutôt 50 % d’ouvriers et employés, 26 % d’agents de maîtrise et 24 % d’encadrants».
En plus d'un diplôme quelles qualités sont primordiales dans ce secteur ? «Notre maître-mot, c’est la sécurité. Il faut des gens absolument rigoureux. Avec ça, comme c’est un domaine où le travail en équipe est important, il faut du "savoir être". Et puis, pour les embauches à partir de bac+2, il est indispensable de parler anglais. Toutes les entreprises le disent». Il pointe une autre caractéristique en ce qui concerne les opérateurs : beaucoup d’emplois du temps en 5x8 sur l’ensemble de l’année. «Donc du travail de nuit, ce qui explique en partie que la répartition nationale du secteur soit constituée de 60 % d’hommes. Mais il y a une forte montée des femmes dans la pyramide. Au niveau de l’encadrement, on approche de la parité».
Ses arguments pour convaincre les jeunes de s’orienter vers la chimie : des rémunérations plutôt attractives, des perspectives d’évolution généralement importante au sein des entreprises et une grande possibilité de travailler à l’international.

S.P.
Se former dans la région
Lycée Duhamel à Dole
Lycée De Gennes à Cosne-sur-Loire
IUT de chimie à Besançon
2 BTS au lycée Niepce à Chalon-sur-Saône (métiers de la chimie et pilotage de procédés),
Licence pro industries chimiques et pharmaceutiques à Dijon
Master chimie à l’UFR sciences et techniques de Besançon
Master qualité, environnement et sécurité dans l’industrie et les services à l’UFR sciences et techniques de Dijon.

Lire aussi
Je suis responsable qualité et industrialisation

(1)
Union des industries chimiques

Retour

Réactions sur la news

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Métiers et bien-être


mars 2018
La Dares (service études et statistiques du ministère dyu Travail) vient de publier une enquête "travail et bien-être psychologique" où les professions sont évaluées à partir de 34 variables comme la pénibilité mais aussi l'autonomie, le soutien, la reconnaissance, les conflits éthiques... Bilan : ingénieurs informatique, cadres des transports et de la logistique, employé des services, cadres des services administratifs, personnels d'études et de recherche seraient les 5 métiers les plus favorable au bien-être psychologique. Cuisiniers, employés de l'hôtellerie et de la restauration, aides-soignants, bouchers et boulangers, employés de la banque et de l'assurance sont les moins favorables. L'étude détaillée est à consulter ici.

Aspirations professionnelles


décembre 2017
Le cabinet d'études et de conseils Universum a mené une enquête carrière auprès de 2096 étudiants et 6004 expérimentés issus des filières BTS, DUT et licence professionnels entre octobre 2016 et mai 2017. Pour les étudiants, les employeurs rêvés sont Disneyland, Airbus, Coca-Cola, H&M et la Fnac tandis que les jeunes professionnels privilégient des grands groupes français comme la SNCF ou EDF qui offrent des conditions de travail privilégiées, devant Airbus, Disneyland et Thalè. Leurs critères d'attractivité : ambiance de travail / perpspectives de revenus / diversité des missions pour les étudiants ; ambiance de travail / respect des employés / diversité des missions pour les jeunes professionnels. Dans les deux catégories, sécurité de l'emploi et principes éthiques sont parmi les items les moins retenus. Les étudiants ont également été interrogés sur leurs secteurs favoris : médias et communication arrivent en tête (19,2 %) devant art, divertissements et centres de loisirs (14,7 %) puis tourisme (13,7 %) et services à la santé (13 %).

Europan


mars 2017
Ce concours organisé dans une vingtaine de pays européens est ouvert aux jeunes architectes et urbanistes (moins de 40 ans). Il est relayé et soutenu par la Ville de Besançon et le Grand Besançon qui proposent aux candidats de travailler sur les sites de la Bouloie, de Témis et de Montrapon. Les résultats seront connus en décembre 2017 et seront suivis d’expérimentations sur le site. Informations et inscription : Laurence Fabre, chef de projet aménagement urbain, 0381878035

L'industrie recrute


février 2017
Découvrez tous les métiers de l’industrie lors des journées portes ouvertes de l’apprentissage le 11mars dans les CFAI à Besançon, Dole,  Gevingey, Belfort, Exincourt et Vesoul et lors de la semaine de l’industrie du 20 au 26 mars. Recherche d’emploi : les-industries-technologiques.fr

Devenir surveillant de prison


février 2017
L'administration pénitentiaire recrute en ouvrant 2500 postes en 2017. Pour tout savoir, se préparer au concours et s'inscrire, c'est ici.
Voir tout