juin 2019

Enterrement oui, mais avec le sourire

S’il y a bien une tradition qui perdure depuis quelques dizaines d’années, c’est celle de l’enterrement de vie de célibataire. Que ce soit en France ou à l’autre bout de l’Europe, entre garçons ou entre filles, vous allez en savoir un peu plus sur cette drôle de coutume.
Dessin Christian Maucler

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
A l’origine, les enterrements de vie de célibataires étaient comme un rite de passage entre la vie d’enfant et la vie d’adulte. Depuis, cette tradition a su évoluer pour se mettre au goût du jour.
Selon une étude menée en février 2019(1), 82% des français entre 25 et 35 ans ont déjà participé à un enterrement de vie de célibataire. Et pourtant, en 20 ans le nombre de mariages a quasiment été divisé par deux tandis que le nombre de fête pré-mariage a triplé. Les chiffres augmentent et les organisateurs ne manquent pas d’imagination pour surprendre le roi ou la reine de la soirée. Même si la plupart de ces fêtards d’un soir restent dans l’hexagone, la destination préférée reste Barcelone. La capitale catalane fait rêver par ses plages et ses activités. Elle est suivie par Amsterdam et Budapest pour les enterrements de vie de garçon et Lisbonne, Amsterdam pour les enterrements de vie de jeune fille.
Enterrement de vie de célibataire rustique ou plus sophistiqué, il y en a pour tous les goûts. Même si le budget moyen est de 190 € par personne, il peut varier de moins de 100 € à plus 600. Mais à quoi sert tout cet argent ? Et bien en majorité aux activités de la journée, saut à l’élastique, massage, jet ski, chacun peut y trouver son bonheur. Dans la plupart des cas, les enterrements de vie de jeune de fille  privilégient les activités « détente » comme le spa, les cours de cuisine ou un shooting photo. Et comme le veulent les clichés, les hommes préfèrent les sensations fortes pour leur fête. A la première place des activités favorites on retrouve ex aequo  le karting et le paintball. Mais il ne faut surtout pas négliger la soirée qui représente environ 40% des dépenses. Sans oublier le célèbre strip-tease, présent dans pas moins de 35% des enterrements de vie de célibataire. De quoi bien enterrer sa vie d’adolescent…

Valentin Basset
(1)
Cible interrogée : 1008 Français âgés de 25 à 35 ans, répartis selon la méthode des quotas représentatifs de la population française.
Données recueillies en février 2019 par l’institut CSA.

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Histoire(s) en court : visionner les films


juin 2019
Les courts métrages à base d'archives réalisés par les élèves de la région dans le cadre des Fabriques citoyennes 2018-2019 sont à voir ici.

Maison de l’Europe


avril 2019
Centre d’information et de ressources sur l’Union européenne, la Maison de l’Europe a pour mission de mieux faire connaître l'Union européenne, ses institutions, ses programmes et financements, son actualité. Elle la réalise au moyen de documentation disponible sur ses 2 sites de Besançon et Dijon mais aussi d’actions diverses notamment en milieu éducatif : interventions dans les écoles, expositions, simulations de parlement européen avec les élèves…
Maison de l'Europe en Bourgogne-Franche-Comté : 26 D rue de la République à Besançon (0381212955) et 37 boulevard  de la Trémouille à Dijon (0380306788), bfc-europe.eu.

"Fabriques citoyennes BFC"


avril 2019
Les "Fabriques citoyennes BFC" sont une initiative du réseau information jeunesse de Bourgogne-Franche-Comté qui sensibilise, chaque année sous une forme différente, les élèves de la région aux discriminations. Elles sont soutenues par la DRDJSCS de Bourgogne-Franche-Comté.

Fabriques citoyennes 2019 : 19 films


avril 2019
19 établissements scolaires ont décidé de participer aux "Fabriques ciotyennes" cette année. Leurs élèves ont réalisé 19 documentaires à base d'archives sur les personnalités issues de l’immigration suiantes :
Lycée professionnel des métiers Vauban (Auxerre) : François Solano, footballeur, résistant, potier et maire.
Lycée professionnel Jouffroy d’Abbans (Baume-les-Dames) : Amor Hakkar, cinéaste.
Lycée des métiers Denis Diderot (Bavilliers) : Raymond Forni, homme politique.
Lycée Louis Pergaud (Besançon) : Fatima Demougeot, ouvrière.
Lycée Ledoux (Besançon) : Rassoul Altamirov, lutteur.
Collège Herriot (Chenôve) : Sonia Rolland, miss France.
Lycée agricole Granvelle (Dannemarie-sur-Crête) : Naemon Rahal, musicien.
Collège Maurice Genevois (Decize) : Evariste Hitayezu, prêtre.
Lycée des métiers Hyppolite Fontaine (Dijon) : Yan Pei Ming, peintre.
Lycée Simone Weil (Dijon) : Encarnacion Fuentes, ouvrière.
Collège Carnot (Dijon) : Yan Pei Ming, peintre.
Lycée professionnel Jacques Prévert (Dole) : Carole Desmarais, peintre.
Collège Louis Pergaud (Faverney) : Jean Morossof, immigré russe.
Collège Albert Jacquard (Lure) : Kiffin Yates Rockwell, aviateur.
Lycée Germaine Tillon (Montbéliard) : Dita Parlo, actrice.
Lycée technique Alain Colas (Nevers) : Aspirante Lisette, résistante.
Collège Pasteur (Saint-Rémy) : les tirailleurs algériens.
Lycée Pré Saint Sauveur (Saint-Claude) : Rosine Schiari, résistante.
Lycée les Haberges (Vesoul) : Enzo Franchi, marchand ambulant.
Pour voir les films, des ciné-rencontres sont organisées dans la région. Infos sur lesfabriquescitoyennes-bfc.fr

Habits responsables


février 2019
A Besançon, l'organisme de psychiatrie citoyenne les Invités au festin ont ouvert une nouvelle boutique de vêtements neufs responsables et solidaires : «Fil&Cie, boutique porteuse de sens» rassemble des marques de vêtements engagées et des accessoires upcyclés fabriqués sur place. S'ajoutant aux autres activités d’insertion sociale et citoyenne de personnes en souffrance psychique, elle permet de créer des emplois pour ces personnes en proposant au public des jeans en coton bio, des créations "Made in sens" et des produits textiles issus de récupération. Boutique ouverte 42 rue de Belfort du mardi au samedi. +infos
Voir tout