octobre 2017

EOTD, le crew qui ambiance l'Aire urbaine !

Du camping des Eurockéennes à la Noizegate du Moloco en passant par les plages du Malsaucy et de Brognard, Eye Of The Dead a animé l’été et la rentrée dans le nord Franche-Comté. Qui se cache derrière cette association indépendante, organisatrice d'événements musicaux ?
Photo Simon Daval
EOTD, le crew qui ambiance l'Aire urbaine !

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Pour découvrir qui se trouve derrière les initiales EOTD, nous avons rendez-vous à la scène de musiques actuelles d’Audincourt. Quelques heures avant la Noizegate, LA soirée electro de l’Aire urbaine, c’est l’effervescence. Alors que des méduses flottent dans les airs (l’univers est toujours soigné dans les soirées EOTD), artistes et techniciens se pressent pour effectuer leurs balances. La bande d’Eye Of The Dead ne donne pas beaucoup d’interviews. Pas besoin. Cette petite dizaine de trentenaires passionnés sait communiquer pour remplir les salles et les bars de la région. Un bon bouche-à-oreille, de la promotion de leurs événements sur les réseaux sociaux et l’association indépendante fait son bonhomme de chemin depuis déjà 11 ans. Le public est même de plus en plus nombreux.
Cette bande de potes, fan de metal et de l’esthétique des films d’horreur, se connaît depuis longtemps. «Quand on a lancé EOTD, si tu ne voulais pas aller en boîte de nuit, il n’y avait pas grand-chose pour sortir, se rappellent les quatre membres fondateurs. On a toujours voulu combler un manque, être acteurs». Dans les petits bars du coin, "l’asso" a programmé et accompagné des petits groupes locaux de metal, death, hardcore.

   Du metal à l’electro

Aujourd’hui, les "métalleux" ont un peu vieilli et ont ouvert petit à petit leur "crew" à d’autres membres (des potes, toujours !) et à d’autres esthétiques. Ils ont pris le virage de l’electro, au bon moment. «C’est vrai qu’aujourd’hui l’entité Noizegate a pris le pas sur le reste, confient-ils, on a toujours une volonté de programmer du metal, mais actuellement, le public est moins présent sur ce style musical». Il est aussi plus difficile qu’auparavant de "toucher" ces artistes dont les cachets ont bien augmenté et qui jouent plus régulièrement en Suisse, en Allemagne…
Pas de quoi pour autant saper le moral des troupes. «Le leitmotiv de l’asso est toujours resté le même : on programme uniquement des groupes que l’on aime, il faut que l’équipe soit unanime sur l’envie de les faire jouer». La "marque" Noizegate a pris de l’essor et s’est même diversifiée avec le "Noizegate Klub" (à l’Axone de Montbéliard et à l’Antonnoir de Besançon). Chaque été, il y a désormais le "Noizegate Krew" où Antoine et Damien, deux DJs de EOTD, animent des sets de rap, house, techno dans l’ambiance lounge des plages de Brognard et du Malsaucy.
Avec le succès de leurs soirées (une trentaine d’événements organisés en deux ans !), la facilité pourrait être de programmer des têtes d’affiche et de faire grimper le prix des places. «On veut toujours proposer des soirées gratuites ou à des prix abordables. On sait d’où l’on vient, on a toujours galéré pour se payer des concerts, alors on tient à ce que ce soit accessible à tout le monde», explique le groupe. Pourtant, la dernière Noizegate en date, n’a pas fait le plein de spectateurs. «Les lives étaient très bons, les meilleurs qu’on ait eus». Alors pour quelle raison ? «Une programmation un peu plus pointue que d’habitude». Mais qu’importe, EOTD le revendique : «on veut inviter notre public à la découverte».

Simon Daval - simondaval.fr
Contact
facebook

eyeofthedead@gmail.com

Retour

Réactions sur la news

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Catfish


mars 2016
Catfish, duo jurassien rock, s'active pour sortir son deuxième album "Dohyō" en octobre prochain. Pour le successeur de l'excellent "Muddy shivers", le groupe a opté pour une campagne de financement participatif via la plateforme Ulule. Contributions possibles à partir de 5 euros sur ulule.com/catfishofficiel

La grosse radio


janvier 2016
Une radio web à écouter en permanence qui en regroupe en réalité 3, puisque le site propose une radio rock, une metal et une reggae. Archivées, les émissions et les enregistrements live acoustique peuvent être réécoutées. Il est également possible de faire une recherche par artiste et de voter pour eux. Les musiciens peuvent également proposer leurs oeuvres. Enfin des jeux et des forums viennent agrémenter le site. Rendez-vous sur lagrosseradio.com

Musique à découvrir


octobre 2015
Adecouvrirabsolument.com est un site qui met l’accent sur des artistes émergents et/ou indépendants. Comme dans tous ceux de ce genre, il est composé de chroniques, de coups de pouce, d’interviews et de liens vers des musiciens ou des labels recommandables. Mais le plus d’“ada”, c’est la possibilité de se rendre compte sur pièce des talents mis en avant, par l’intermédiaire de compilations téléchargeables gratuitement. Les responsables en sont à leur 37e, fruit de leur veille musicale. Touche dominante, l’indie pop mélancolique.

Reggae à l'est


octobre 2015
Un site veut regrouper tout ce qui se chante, se dit, se fait autour du reggae dans le grand Est, de Strasbourg à Dijon, de Reims à Besançon. Il fédère les artistes et les programmeurs mais délivre également des infos, des actions et un agenda des concerts. Il y a de la musique et des vidéos mais aussi des articles sur la culture reggae. Objectifs : mieux médiatiser cette scène, renforcer les échanges et “prouver que le reggae dans le grand Est est plus que vivant”. reggae-est.fr

"Happiness" par Clotilde Moulin


octobre 2015
La chanteuse bisontine publie son 3e album qu'elle qualifie "d'histoire polyphonique d’un chagrin d’amour. C’est de la poésie plus que du texte, et du chant plus que de la chanson". Cet album ne sera pressé qu’à 1000 exemplaires, parmi lesquels une édition limitée de 50 exemplaires dont la pochette aura été imprimée en sérigraphie et numérotée à la main. Si vous souhaitez acquérir l’un d’eux, mieux vaut donc se manifester rapidement. La sortie est prévue début décembre, mais il est possible de la commander en prévente (envoyer un chèque de 10 euros par CD souhaité à Ofam productions, 27 rue Alfred Sancey, 25000 Besançon). Infos ici.
Voir tout