mars 2018

Football en liberté

Clément Sapolin et Matthieu Bardey pratiquent le freestyle football. Les deux jeunes doubiens préparent le championnat de France.
Football en liberté Football en liberté Football en liberté

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Acrobatie, sens artistique et technique footballistique réunis dans une même discipline : Clément Sapolin et Matthieu Bardey décrivent ainsi une pratique qu’ils ont découverts il y a une demi-douzaine d’années. Tous deux sont d’anciens footeux qui ont laissé tomber le sport d’équipe pour se consacrer au freestyle. «A part le fait de manier un ballon avec les pieds, cela n’a rien à voir. On peut très bien être bon dans l’un et pas dans l’autre. Même si ça aide un peu». Et encore : les freestylers peuvent toucher le ballon avec les mains. La base, c’est le jonglage et l’équilibre.
Cette pratique de rue a été développée en compétitions, dans lesquelles brillent des Français comme Gautier Fayolle, 7 fois champion du monde. Le but : faire une démonstration devant 3 juges lors de battles en un contre un, parfois à deux. Clément et Matthieu se préparent pour les prochains championnats de France dont la date n’est pas encore connue. Ils ont déjà obtenu une aide du Comité local d’aide à projets pour financer leur déplacement. Sinon, ils ont l’air prêts.  Certains "tricks" (gestes freestyle) leur semblent aisés : jonglages ambidextres du coup de pied ou du talon, "tour du monde", maîtrise de la balle en extension, arrêt le ballon en équilibre sur n’importe quelle partie du corps (tête, nuque, doigt, épaule et même semelle de la chaussure le corps allongé par terre).

   Artistique avant tout

Ce n’est pas du foot, mais c’est du sport. Clément, 20 ans, originaire de Naisey-les-Granges, a même décidé de lancer "Freestyle show", une autoentreprise pour proposer, démonstrations, initiations, événementiel.  «J’ai toujours aimé jongler et dès que je suis tombé sur des vidéos sur you tube, je me suis mis au freestyle».
Pour Matthieu (19 ans, de St-Vit), c’est un peu plus compliqué : il est en 2e année de prépa scientifique, il a peu de temps à consacrer à son hobby. «Comme le soir tombe vite en hiver, ill m’arrive de m’entraîner en sortant de cours dans un parking souterrain». Il a déjà participé deux fois aux championnats de France et compte un top 16. Il a lui aussi une autoentreprise nommée "Matthieu Bardey freestyle". «J’ai commencé il y a 6 ou 7 ans après avoir vu un freestyler dans l’émission "Incroyable talent". Ca m’a donné envie et j’ai commencé à faire les gestes que je voyais sur you tube. On y prend vite goût. Pourtant, je n’étais pas trop technique sur un terrain !»
Tous deux insistent sur le côté artistique. Et sur la créativité : «chacun cherche son propre style, ses propres gestes. Et en compétition, il faut être dynamique car les passages durent 30 secondes».
Mais la compétition, c’est surtout une ambiance. «On est une communauté, c’est sympa de se retrouver» dit Matthieu. Ils pensent être les deux seuls de la région à en faire partie et évaluent à 100 à 200 le nombre de pratiquants en France.
Que faut-il pour en faire partie ? «Enormément d’entraînement et de persévérance. Mais l’avantage, c’est que l’on peut s’exercer facilement, comme on veut, quand on veut, dans la rue, sur un terrain, dans un skate-park».

Stéphane Paris
Les suivre
Clément
clemendu25.wixsite.com/freestyle
Facebook 
You tube 

Matthieu
Facebook 
Instagram
You tube

Freestyle football
En tant que discipline, le freestyle foot est peut-être aussi ancien que le foot, puisque certains font remonter son origine à Enrico Rastrelli, artiste de cirque de la fin du XIXe siècle qui proposait entre autres des figures avec un ballon. Mais le vrai coup d’envoi est plus récent et serait lié à des pubs dans lesquelles le joueur brésilien Ronaldinho exposait des gestes techniques inimitables. Depuis, le freestyle s’est développé en tant que sport de rue. Puis en compétitions lorsque Red Bull a commencé à organiser un championnat du monde. Aujourd’hui, il commence à prendre de l’ampleur. De plus en plus d’événements sont organisés, des sponsors s’y intéressent et certains pratiquants arrivent à vivre de leur chaîne you tube. Principaux pays : Norvège, France, Japon, Brésil, Argentine, pays de l’Est.

Retour

Réactions sur la news

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Anouck Clément


août 2018
A 17 ans, la capitaine du club bisontin de Palente a participé en juin au championnat d'europe U18 de beach handball au Monténégro avant d'être l'une des 10 sélectionnées pour le mondial seniors le mois suivant à Kazan (Russie) où l'équipe de France a perdu 3 matches au 1er tour avant d'enchaîner sur 3 victoires en ronde de consolation. Bilan : 11e place lors des deux compétitions.

Nicolas Fleury


octobre 2017
Les premiers championnats du monde urban cycling UCI sont prévus du 8 au 12 novembre à Chengdu (Chine). Au programme, 3 disciplines : le mountain bike Eliminator (XCE), le trial et le BMX freestyle park. Parmi les sélectionnés de l'équipe de France figure le Bisontin Nicolas Fleury, 20 ans, dont nous avons parlé en 2015.

Tir à l'arc


janvier 2017
Encore une victoire pour Jean-Charles Valladont vainqueur de la coupe du monde indoor de tir à l'arc, qui se déroulait le week-end des 21 et 22 janvier à Nîmes.

Escrime


novembre 2016
Sensation pour Eva Lacheray (licenciée à l'Ascap de Montbéliard) lors de la coupe du monde de fleuret dames de St-Maur (4 au 6 novembre). Elle termine 14e, battant au passage la numéro 10 mondiale. Alors qu'elle n'a que 16 ans.

Equipe de France de voile contact 2


septembre 2016
Bravo à Charline Delay et Cindy Collot. Les 2 Franc-Comtoises championnes du monde de parachute (voile contact) en 2014 ont réussi l'exploit de conserver leur titre le 16 septembre 2016 à Chicago.
Voir tout