novembre 2018

Formations sanitaires et sociales : soutien de la Région Bourgogne-Franche-Comté

La Région Bourgogne-Franche-Comté assure un rôle de premier plan en matière de parcours sanitaire et social.
Photo David Cesbron - Région Bourgogne-Franche-Comté

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Infirmier(ère), orthophoniste, éducateur(trice) spécialisé(e), opticien(ne) lunettier ou masseur(euse) kiné…, le panel des métiers est vaste et le secteur ne connait pas la crise. Depuis la loi du 13 août 2004, la Région est compétente en matière de formations sanitaires et sociales. De fait, elle finance, organise les  formations et s’assure que l’offre proposée est cohérente et bien répartie sur l’ensemble du territoire.
«C’est une responsabilité majeure» explique Valérie Depierre, 14e vice-présidente de la Région en charge des formations sanitaires et sociales et des personnes handicapées. «Le schéma régional s’articule autour de trois objectifs. Premièrement, répondre aux besoins de personnel qualifié ; deuxièmement, donner une large place à l’innovation et à l’expérimentation de l’offre de formation. Enfin, faire de l’universitarisation des formations une opportunité en termes d’élévation des compétences, d’égalité de traitement des étudiants au profit de tous les territoires».
Vraies opportunités d’emploi et de création d’activité libérale, à l’heure où nombre de jeunes s’interrogent sur leur avenir et les études à poursuivre, les formations sanitaires et sociales regroupent un large éventail de métiers, du diététicien au conseiller en économie sociale et familiale, en passant par le manipulateur radio ou le masseur kinésithérapeute. Des discussions sont en cours avec les universités afin d’accorder à tous les apprenants le statut d’étudiant à part entière.

   Financement des établissements
   et bourses individuelles


Dans le cadre d’un schéma régional, la Région dessine la carte des formations qui conduisent à ces nombreux métiers. Elle dispose du pouvoir d’autoriser l’ouverture d’un institut de formation sur tel ou tel secteur, de définir les capacités d’accueil au regard des besoins et de répartir les quotas d’entrée des apprenants. Elle assure également le financement de ces organismes par le biais de dotations annuelles de fonctionnement.
«Notre compétence s’exerce pour 12 diplômes de l’intervention sociale et 16 métiers de la santé. Ce sont près de 8 600 élèves et/ou étudiants qui entrent en formation chaque année» détaille Valérie Depierre.
En cas de besoin, des programmes de modernisation de locaux de formation sont lancés. Citons pour exemples, le financement récent des installations des Instituts de Formation en Soins Infirmiers (IFSI) de Chalon-sur-Saône et du Creusot dans les lycées Niepce-Balleure et Claudie Haigneré (Blanzy), la participation financière à la construction de l’Institut de formation aux métiers de la santé de l’Hôpital Nord Franche-Comté, ou le financement d’équipements de simulation dans les écoles paramédicales de la région.
Actuellement, 40 établissements agréés en Bourgogne-Franche Comté dispensent des formations paramédicales et médicales. Sur le volet social, 14 établissements sont répertoriés. En partenariat avec Pôle Emploi, la Région assure la prise en charge financière des frais de formation des jeunes en poursuite d’études et des demandeurs d’emploi pour les formations en travail social du niveau V au niveau I. Les bourses, non imposables, sont attribuées sur critères sociaux et sous réserve que le niveau de ressources familiales ou personnelles ne permettent pas les études entreprises.
En formation
Les effectifs des instituts de formation paramédicale et de sages-femmes en Bourgogne-Franche Comté représentent près de 6 500 personnes (jeunes en poursuite d’études, demandeurs d’emploi et salariés).

Les formations sanitaires conduisent aux métiers suivants
• Sage-femme
• Puériculteur(trice)
• Cadre de santé
• Infirmier(ère)
• Infirmier(ère) de bloc opératoire
• Infirmier(ère) anesthésiste
• Masseur kinésithérapeute
• Ergothérapeute
• Psychomotricien(ne)
• Manipulateur(trice) radio
• Orthophoniste
• Diététicien(ne)
• Opticien(ne) lunétier
• Aide-soignant(e)
• Auxiliaire de puériculture
• Ambulancier(ère)

Les formations sociales permettent d’exercer les métiers suivants
• Accompagnant(e) éducatif et social(e)
• Assistant(e) familial(e)
• Technicien(ne) de l’intervention sociale et familiale
• Moniteur(trice) éducateur(trice)
• Educateur(trice) spécialisé(e)
• Educateur(trice) jeune enfant
• Educateur(trice) technique spécialisé(e)
• Assistant(e) de service social
• Conseiller(ère) en économie sociale et familiale
• Médiateur(trice) familial(e)

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

France 3 et jeunes agriculteurs


octobre 2018
Alice Cunchon et Caroline Guignard font partie des 8 étudiants agricoles suivis au long de leur cursus par Isabelle Brunnarius, journaliste de France 3, dans le cadre d’un documentaire programmé pour 2019. Tourné avec des jeunes de Levier et Dannemarie-sur-Crête, il sera accompagné d’un livre et d’une expo photo. Pour Alice, «il est important pour nous de parler d’agriculture et d’agroécologie. Notre génération est à un tournant». «On nous a suivis pendant 2 ans en cours, chez nous, en stage relate Caroline. C’est intéressant pour faire connaître notre métier et nos études».

Plan santé


septembre 2018
Le gouvernement annonce une réorganisation des formations de santé. Mesure la plus importante, la suppression dès 2020 du numerus clausus qui instituait depuis 1971 un quota d'étudiants autorisés à passer en 2e année. Mais la sélection ne sera pas annulée pour autant : un numerus apertus définira un nombre minimal de places que les universités pourraient faire varier à la hausse en fonction de leurs capacités et des besoins locaux. Des procédures sélectives en fin de 1re, 2e et 3e années seront instaurées dans le cadre de la création de nouvelles licences universitaires pour maintenir «l’excellence de la formation des étudiants». Parmi les autres mesures du plan santé figure la création de 4 000 postes d’assistants médicaux pour aider les médecins à préparer les patients, prendre en charge des actes simples ou assurer le suivi des rendez-vous.

Ecole de la 2e chance


mars 2018
L’Ecole de la deuxième chance du Territoire de Belfort a pour objectif d'aider les jeunes sortis du système scolaire sans qualification à s'insérer dans la société et à trouver un emploi durable. Chaque jeune bénéficie d'un accompagnement personnalisé pour construire son projet professionnel qui est le fil conducteur d'un programme de formation se déroulant en alternance entre l'école et l'entreprise. L'Ecole accueille des filles et des garçons de 18 à 25 ans sans qualification professionnelle, sortis du système scolaire depuis plus d'un an, motivés pour changer leur situation actuelle. Infos E2C90, 17 bis faubourg de Lyon, 90000 Belfort (03 84 27 58 67, e2c90.org).

Résultats des lycées


mars 2018
L'Education nationale a mis en ligne le classement des lycées en fonction de la réussite au bac mais aussi du parcours scolaire des élèves dans les établissements. L'idée est en effet d'évaluer la capacité d'une école à accompagner les élèves et à leur apporter connaissances, méthodes, etc. Le ministère prend soin de préciser que «si un lycée présente une valeur élevée pour un indicateur, c’est peut-être dû au fait qu'il a reçu de bons élèves, dotés de bonnes méthodes de travail, qui ont pu obtenir le baccalauréat sans effort particulier de sa part». Cela dit, les résultats sont consultables ici.

Recrutement pour la banque


mars 2018
Le CFPB, école supérieure de la banque, annonce 230 postes de formation en alternance à pourvoir dans la région (Besançon, Belfort, Dijon, Mâcon, Auxeerre), et 3000 en France. Ouverts aux moins de 30 ans de niveaux bac à bac+4, ils permettent de préparer BTS, licence pro ou master et de devenir conseillier clientèle, chargé d'affaires, conseiller patrimonial. Infos.
Voir tout