juillet 2018

Hooyah

Hôpital, Thaïlande, Seattle, Pologne
Dessin Christian Maucler
Hooyah Hooyah Hooyah

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
1 - Hôpital, silence. Grèves, conflits, personnel à bout, suicides se multiplient. Les établissements s’épuisent dans la crise, médecins, infirmiers et aides-soignants attendent une réforme  de l’hôpital public qui tarde.

2 - Hooyah. En Thaïlande, 12 enfants de 11 à 16 ans et leur entraîneur de football ont été retrouvés dans une grotte immergée. Aucun d’eux ne sachant nager, les militaires aidés de spéléologues étrangers ont décidé de leur apprendre les rudiments de la plongée avant de les aider à sortir, après les avoir nourri puisqu’ils sont très affaiblis. Le chemin du retour : 3 km de galeries inondées avec passages sont si étroits que les enfants ne peuvent pas bénéficier de l’assistance des secouristes et doivent se débrouiller eux-mêmes avec l’équipement. Mais les Anglais très déterminés et les autorités thaïlandaises dépassées ne s’entendent pas toujours. Un policier a même demandé aux secouristes s’ils avaient un permis pour utiliser des drones et élargir les crevasses ! Finalement, les enfants réussissent à sortir indemnes quelques jours après le début du sauvetage, aidés par treize plongeurs étrangers et les commandos thaïlandais, chaque sortie étant ponctuée par l'exclamation "Hooyah" sur la page Facebook de la marine thaïlandaise.

3 - Paille. Seattle est la plus grande ville américaine a interdire les pailles en plastique, instruments d’une utilisation ultra courte qui se retrouve surtout ingéré par les animaux marins.

4 - Etat de droit. Acclamée par ses partisans, la présidente de la Cour suprême polonaise Malgorzata Gersdorf est arrivée à son bureau, confirmant son refus de partir à la retraite et d'accepter une réforme controversée, critiquée aussi par Bruxelles. "Je ne m'engage pas en politique. Je le fais pour défendre l'Etat de droit et marquer la limite entre la Constitution et la violation de la Constitution" a-t-elle dit aux sympathisants rassemblés devant le siège de la Cour suprême. "J'espère que l'ordre légal sera rétabli en Pologne." Une réaction aux propos du premier ministre affirmant que son pays avait le droit d’organiser un système judiciaire selon ses propres traditions. Selon ses adversaires et Bruxelles, ces réformes du parti Droit et Justice vont à l’encontre de la séparation des pouvoirs et de l’indépendance de la justice.
Retour

Réactions sur la news

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire