septembre 2016

Insectes prometteurs d’avenir

On en parle de plus en plus comme solution nutritionnelle et ils ont d’autres atouts. Luc Herrmann est l’un des premiers français à créer une entreprise d’élevage, basée à Rioz.
Photo Laurent Cheviet
Insectes prometteurs d’avenir

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Parler d’avenir lorsqu’on évoque la nourriture à base d’insectes n’est pas tout à fait exact. «C’est une habitude traditionnelle partout dans le monde sauf dans le mode de vie occidental. Mais à une époque, c’était aussi le cas en Europe». Luc Herrmann s’intéresse de près au sujet depuis une dizaine d’années. Il est sur le point d’inaugurer Agri bug’z à Rioz, accueilli par l’hôtel d’entreprises de la communauté de communes. «Il s’agit d’élever et reproduire des insectes de manière autonome et intelligente». Son entreprise est dédiée à l’élevage du ténébrion meunier, un coléoptère commun.
Un exemple rare en France. Parmi les raisons, une législation qui tarde à adopter les normes nécessaires. «Pour l’instant, et au moins jusqu’à début 2017, le fait de manger des insectes n’est pas légiféré en Europe. On se trouve dans un domaine flou, ni légal, ni illégal, avec une tolérance dans certains pays». La nourriture pour humains est la plus spectaculaire des perspectives liées à l’élevage d’insectes. Les solutions qu’elle apporte sont de plus en plus évoquées : nourriture abondante, riche, de qualité et moins polluante que la production de viande animale, élevage qui demande moins d’espace, meilleur rendement. «C’est même plus digeste que la viande traditionnel et le goût est bon signale Luc Herrmann. Quant à l’effet répulsif, il peut être contourné par la fabrication de farines, de galettes, de nuggets ou par l’insertion dans des préparations culinaires».

 
 Recyclage
   des déchets 


Si Luc Herrmann est prêt à lancer Agri bug'z, ce n’est pour l’instant pas dans le domaine de la nourriture humaine - en attendant l’évolution de la législation : il va commencer par produire pour la consommation animale, pour les éleveurs, les zoos ou encore les propriétaires de nouveaux animaux de compagnie. Il a fait d’une passion («toute ma passion pour l’observation des insectes découle de la pêche  à la mouche que je pratiquais tout petit») une reconversion professionnelle, passant par un bac pro gestion des installations agricoles, un hébergement à l’incubateur d’entreprises de Besançon entre juin 2014 et juin 2016, un tour d’Europe à la rencontre de spécialistes, des stages à la Citadelle de Besançon . Il a obtenu un certificat de capacité à l’élevage d’animaux non domestiques pour le ténébrion meunier mais aussi le criquet migrateur, le ver géant et le grillon domestique, quatre insectes aux intérêts nutritifs avérés. «Je préfère les insectes locaux pour éviter de polluer la biodiversité». Pour évaluer les perspectives de développement, il suit de près les pratiques, les évolutions technologiques et législatives.
Mais tout est à inventer. Son mode d’élevage, Luc Herrmann l’a conçu en s’installant dans un hangar et en utilisant des containers hermétiques de la marine. Il a déposé 2 brevets, dont un système de tri des insectes logique mais auquel personne n’avait semble-t-il pensé (secret de production). L’autre est un système qui permet à chacun de constituer sa propre ferme d’élevage. Mais l'insecte-nourriture n'est peut-être pas la perspective la plus révolutionnaire. Comme d'autres, Luc Herrmann s’est aussi lancé dans la recherche : une collaboration avec le labo chronoenvironnement de l’Université au sujet de la valorisation des déchets par les insectes. «Certains insectes auraient des propriétés étonnantes comme celle de consommer le plastique…»

 
 Une filière
   à créer


En tenant compte du respect des normes, le nombre d’éleveurs en France serait de moins d’une dizaine. «Il existe une demande croissante pour laquelle il reste à organiser une filière en France. D’autres pays comme la Hollande sont plus avancés». La nouveauté rend les gens «frileux, y compris les agriculteurs» estime-t-il. «Il nous faut communiquer,  montrer que l’on est sérieux et que l’on construit une filière propre».
Pour cette raison, il prend son temps et commence son élevage avec un seul type d’insecte, estimant pouvoir atteindre une production de 40 tonnes d’ici 5 ans. Du côté des institutions, la conviction semble plus avancée. Outre l’aide à l’installation de jeune agriculteur, Agri bug’z a reçu des appuis des collectivités. Indice significatif : «je n’ai pas eu à prospecter du côté des banques. Ce sont elles qui m’appelaient avec des offres avantageuses».

Stéphane Paris



En savoir plus
Agri bug’z
2 rue Alfred Nobel
zone Technova
70190 Rioz
0630920899
biobugz.fr

ffpidi.org

Législation
En France, la consommation d’insectes est pour l’instant illégale. Début 2015, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) a émis un rapport soulignant le manque d’études scientifiques concernant les risques sanitaires liés à leur élevage, leur transformation et leur consommation. Risques évoqués : les allergies, les substances toxiques fabriquées par certains insectes (venin) ou emmagasinées dans les organismes (pesticides, métaux lourds…), leurs parasites. Cependant, 2,5 milliards d’humains se nourrissent régulièrement d’insectes. Environ 1500 espèces sont directement consommables par l’homme.



Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Berger bénévole


janvier 2019
A Besançon, l'association Terrasses des collines bisontines et d'ailleurs propose à ceux qui aiment les animaux et la nature, qui ont envie de participer à un projet collectif de restauration, de valorisation et de protection du patrimoine, de devenir berger une heure par semaine ou par mois, en fonction des possibilités. Contact, 0610526065 ; mail : terrasses.bisontines@gmail.com

Qu’est-ce que l’empreinte carbone ?


décembre 2018
L’équivalent carbone est une unité de mesure permettant de quantifier l’impact d’une activité ou d’un objet sur le climat. Le dioxyde de carbone a été choisi comme étalon parce qu’il est le principal gaz à effet de serre. Cet indicateur a été adopté dans le monde entier. La mesure de l’empreinte carbone d’un objet inclut les matières premières utilisées, la fabrication, l’acheminement, la distribution, l’utilisation les déchets générés. Exemples (approximatifs car l’empreinte dépend aussi de l’utilisation, de la durée, du conditionnement…) : Smartphone : environ 20 kg de CO2. Micro-onde : 15 kg. Réfrigérateur 250 l : environ 35 kg. Ecran d’ordinateur : environ 40 kg. Ordinateur fixe : de 29 à 66 kg. Télévision: 47 à 55 kg. 1 m3 d’eau utilisée : 0,04 tonne de CO2 10 kg de déchet : 0,01 tonne. 1 kg de poulet 3,6 kg de CO2. 1 kg de porc 11,2 kg. 1 kg de viande bœuf 28,1 kg. 1 kg de fruits et légumes 650 g.

Transports et empreinte carbone


décembre 2018
De manière générale, le logement, le transport et l’alimentation génèrent les ¾ de l’empreinte carbone des particuliers. Le cas du transport est compliqué. Difficile de donner des chiffres tant ils varient d’une source à l’autre et d'un mode de calcul à l'autre. Ce dernier dépend de nombreux paramètres tels que le carburant, la distance (une voiture consomme beaucoup plus au démarrage), le nombre de passagers, la spécificité du véhicule. Mais tous sont unanimes en ce qui concerne le classement qui placent le ferry, l’avion et la voiture (avec la palme aux 4x4) comme de très gros producteurs de CO2. A l’opposé, le train et notamment le TGV sont de très loin les moins responsables d’émissions. A la limite peu importe. La question est désormais moins celle du choix des moyens de transport que de leur diminution.

Développement durable : l'exemple du smartphone


décembre 2018
Cet objet est devenu un symbole de consommation mais aussi de la question du développement durable. Parce qu’il pose question à toutes les étapes, l'extraction des matières premières, la fabrication des composants, les transports étant les plus polluantes. Et parce que la tendance est de les renouveler souvent, sans autre raison que l’attrait de l’objet plus neuf. Pour réduire les impacts de ces appareils sur l'environnement, il faut allonger leur durée de vie, en s'en servant plus longtemps, en choisissant des smartphones réparables, qui peuvent être utilisés plusieurs années, en achetant d’occasion, en revendant ou donnant plutôt qu’en jetant.

Qu’est-ce qu’un insecte ?


juin 2015
De façon courante (et abusive en zoologie), on appelle insecte tout animal très petit. En réalité, il faut plutôt parler d’arthropodes dont la définition correspond à ce que l’on entend en général par insecte. A titre d’exemple, les araignées ne sont pas des insectes mais des arachnides et les tiques des acariens. Les arthropodes représentent 80 % de toutes les espèces animales.
Les insectes sont une partie des arthropodes : des invertébrés dont le corps est constitué de 3 segments, une tête, un thorax avec 3 paires de pattes et un abdomen. 
Voir tout