mars 2017

ISIFC : le biomédical facilité

L’Institut supérieur d’ingénieurs de Franche-Comté propose des formations au croisement de la technologie et de la santé. Deux domaines porteurs qui expliquent un taux d’insertion élevé.
Photo Laurent Cheviet
ISIFC : le biomédical facilité ISIFC : le biomédical facilité

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Les élèves de l’ISIFC ont une chance rare : ils ne connaissent pas l’une des principales préoccupations de la majorité des jeunes. «On sait que l’on va trouver facilement du travail, c’est quand même sécurisant !» estime Vicky, actuellement en 2e année à l’école d’ingénieurs de l’Université de Franche-Comté. «Notre problème est plutôt d’expliquer aux entreprises pourquoi elles n’arrivent pas à recruter confirme Vincent Armbruster, le directeur de l’institut. Le cursus comporte beaucoup de stages en entreprise. Cette année, nous avons 160 demandes pour 150 étudiants. C’est peut-être un peu trop confortable pour eux : ils n’ont qu’à se baisser pour ramasser».
Ceci explique en partie la bonne ambiance qui se dégage d’une école où les études sont pourtant intenses, pointues, de haut niveau. Autre raison, qui plaît elle aussi aux étudiants : la taille de l’établissement. Avec 50 élèves par promotion, ils sont 150 à suivre l’une des 3 années d’études. Les relations, le dialogue avec les enseignants sont facilités. «Tout le monde se connaît, les élèves n’ont pas peur de discuter avec les enseignants et nous sommes plus proches d’eux, nous pouvons plus facilement trouver des solutions personnalisées par rapport à ce qu’ils ont envie de faire».

   Trois grands domaines

Les élèves sont destinés à devenir ingénieurs du dispositif médical. Définition de l’école : «le génie biomédical est l’art d’appliquer les sciences et les techniques à la conception d’appareils de diagnostic, de traitement et d’assistance au patient dans le but d’améliorer la qualité des soins». Au final, leur travail revient à faciliter celui des médecins et à rendre la vie plus facile aux patients. L’amélioration constante des dispositifs médicaux est une de leurs spécialités.
«Nous insistons pour que nos élèves partent du geste du chirurgien et le comprennent. Cela leur permet de tenir compte des contraintes réelles pour concevoir des dispositifs adaptés au geste médical et à l’environnement du bloc» insiste Vincent Armbruster. Mais le croisement entre la technologie et la santé recouvre plusieurs réalités et donc plusieurs métiers : ceux de la conception, du contrôle, de la qualité, de la recherche, de la gestion des équipements hospitaliers, etc. Avec 3 grands domaines : la biomécanique, l’e-santé et la bioingénierie. Le cumul de compétences est même triple puisque la culture réglementaire, primordiale dans le milieu de la santé, est une spécialité de l’Isi FC. Or le besoin des entreprises dans ce domaine est très important.
Née en 2001, l’ISIFC est jeune. Mais ses domaines en pleine évolution et l’environnement local autour du CHU, de Témis,de l’Université ou du projet Bio-innovation donnent lieu à une émulation qui favorise l’insertion des diplômés. 22 % d’entre eux trouvent du travail dans la région. Certains autres profitent de l’écosystème pour créer leur entreprise.

   Mixité de profils

A cheval sur la technique et la santé, l’école se situe sur le campus de la Bouloie mais dispose également de 2 salles de cours à l’UFR de médecine. On entre à bac+2, soit sur dossier soit par le concours commun "Polytech". Il en résulte une diversité de profils avec des élèves venant de classes prépa scientifiques, de DUT, de BTS, de licence dans les domaines de la biologie comme de la physique ou de la mécanique. «En arrivant, ils n’ont pas tous les mêmes points forts. La première année vise à homogénéiser la promotion, mais la mixité des profils permet de dynamiser les études. Dans l’ensemble, nous avons un enseignement assez pratique. Du coup, ceux qui ont une culture manuelle et technique s’en sortent aussi bien que les autres» détaille Vincent Armbruster. L’intégration sur dossier passe par un entretien, une épreuve d’anglais et une sur ordinateur «où l’on vérifie qu’ils sont capables de rédiger car ils auront beaucoup de rapports à fournir. La sensibilité pour le domaine médical voir une expérience dans ce domaine sont des plus».
 Les 3 années, alliant stages, cours, travaux pratiques et projets, sont conçues pour aller vers une professionnalisation croissante. De nombreux stages au long du cursus permettent aux élèves de s’habituer au monde du travail, jusqu’au stage industriel final de 4 mois minimum. L’école recommande de l’effectuer à l’étranger et 80 % des élèves suivent ce conseil. Et depuis 2006, elle possède une particularité nommée Biotika. A la fois entreprise au statut universitaire et module d’enseignement à l’entreprenariat, elle permet aux élèves qui le souhaitent d’évoluer dans une structure industrielle complète, avec départements ingénierie, projet, marketing…, au sein même de l’école et en situation de coopération  réelle avec des établissements de santé ou des chercheurs. Au terme de leurs études, les élèves sont capables «de discuter à la fois avec des médecins et avec des chefs d’entreprises. Ils ont de grandes capacités d’adaptation».

Stéphane Paris


En photo
- Vincent Armbruster : "notre enseignement marrie cours, stages, travaux pratiques et projets".

- Eléments de prothèses de hanche en métal

En savoir plus
Sept écoles en France se sont regroupées autour de thématiques proches de celles de l’ISIFC. Cette dernière recrute dans toute la France (1/3 des élèves viennent de Bourgogne-Franche-Comté). L’environnement local favorable permet à 22 % des élèves de trouver du travail sur place (même recrutement que pour Rhône-Alpes et la Suisse).
ISIFC, 23 rue Alain Savary, 25000 Besançon
0381666690
isifc.univ-fcomte.fr

Lire aussi
Vicky et Franck, étudiants à l'ISIFC

Retour

Réactions sur la news

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Ecole de la 2e chance


mars 2018
L’Ecole de la deuxième chance du Territoire de Belfort a pour objectif d'aider les jeunes sortis du système scolaire sans qualification à s'insérer dans la société et à trouver un emploi durable. Chaque jeune bénéficie d'un accompagnement personnalisé pour construire son projet professionnel qui est le fil conducteur d'un programme de formation se déroulant en alternance entre l'école et l'entreprise. L'Ecole accueille des filles et des garçons de 18 à 25 ans sans qualification professionnelle, sortis du système scolaire depuis plus d'un an, motivés pour changer leur situation actuelle. Infos E2C90, 17 bis faubourg de Lyon, 90000 Belfort (03 84 27 58 67, e2c90.org).

Résultats des lycées


mars 2018
L'Education nationale a mis en ligne le classement des lycées en fonction de la réussite au bac mais aussi du parcours scolaire des élèves dans les établissements. L'idée est en effet d'évaluer la capacité d'une école à accompagner les élèves et à leur apporter connaissances, méthodes, etc. Le ministère prend soin de préciser que «si un lycée présente une valeur élevée pour un indicateur, c’est peut-être dû au fait qu'il a reçu de bons élèves, dotés de bonnes méthodes de travail, qui ont pu obtenir le baccalauréat sans effort particulier de sa part». Cela dit, les résultats sont consultables ici.

Recrutement pour la banque


mars 2018
Le CFPB, école supérieure de la banque, annonce 230 postes de formation en alternance à pourvoir dans la région (Besançon, Belfort, Dijon, Mâcon, Auxeerre), et 3000 en France. Ouverts aux moins de 30 ans de niveaux bac à bac+4, ils permettent de préparer BTS, licence pro ou master et de devenir conseillier clientèle, chargé d'affaires, conseiller patrimonial. Infos.

JPO apprentissage


février 2018
Le 3 mars, les centres de formation d'apprentis ouvrent leurs portes. Retrouvez les adresses, spécialités, infos pratiques sur apprentissage.
bourgognefranchecomte.f
r.

Services civiques polaires


février 2018
L’Institut Polaire français Paul-Emile Victor lance une campagne de recrutement d'une quarantaine de jeunes diplômés, à partir de 18 ans, dans le cadre de volontariats de service civique (VSC) dans les terres australes et antarctiques françaises. Une expérience unique d’un an, dans des conditions extrêmes, pour mieux comprendre la planète. Le recrutement s’effectue sur des critères stricts imposés par la spécificité des postes à pourvoir, ainsi que par le contexte spécial (examen médical approfondi, examen psychologique). 38 postes sont à pourvoir autour de 2 rôles : assurer le suivi des programmes scientifiques et participer au fonctionnement et à l’entretien des bases sur le plan technique. Le niveau requis est de bac + 2 minimum à l’exception de catégories spécifiques telles que boulanger-pâtissier, menuisier. Les VSC perçoivent mensuellement une indemnité de 1012 euros net non imposable. Mise en route au cours de l’été austral (entre octobre et décembre).
En savoir plus sur les postes : institut-polaire.fr ; sur le VSC spécifique dans les terres australes et antarctiques françaises : taaf.fr
Voir tout