mars 2017

ISIFC : le biomédical facilité

L’Institut supérieur d’ingénieurs de Franche-Comté propose des formations au croisement de la technologie et de la santé. Deux domaines porteurs qui expliquent un taux d’insertion élevé.
Photo Laurent Cheviet
ISIFC : le biomédical facilité ISIFC : le biomédical facilité

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Les élèves de l’ISIFC ont une chance rare : ils ne connaissent pas l’une des principales préoccupations de la majorité des jeunes. «On sait que l’on va trouver facilement du travail, c’est quand même sécurisant !» estime Vicky, actuellement en 2e année à l’école d’ingénieurs de l’Université de Franche-Comté. «Notre problème est plutôt d’expliquer aux entreprises pourquoi elles n’arrivent pas à recruter confirme Vincent Armbruster, le directeur de l’institut. Le cursus comporte beaucoup de stages en entreprise. Cette année, nous avons 160 demandes pour 150 étudiants. C’est peut-être un peu trop confortable pour eux : ils n’ont qu’à se baisser pour ramasser».
Ceci explique en partie la bonne ambiance qui se dégage d’une école où les études sont pourtant intenses, pointues, de haut niveau. Autre raison, qui plaît elle aussi aux étudiants : la taille de l’établissement. Avec 50 élèves par promotion, ils sont 150 à suivre l’une des 3 années d’études. Les relations, le dialogue avec les enseignants sont facilités. «Tout le monde se connaît, les élèves n’ont pas peur de discuter avec les enseignants et nous sommes plus proches d’eux, nous pouvons plus facilement trouver des solutions personnalisées par rapport à ce qu’ils ont envie de faire».

   Trois grands domaines

Les élèves sont destinés à devenir ingénieurs du dispositif médical. Définition de l’école : «le génie biomédical est l’art d’appliquer les sciences et les techniques à la conception d’appareils de diagnostic, de traitement et d’assistance au patient dans le but d’améliorer la qualité des soins». Au final, leur travail revient à faciliter celui des médecins et à rendre la vie plus facile aux patients. L’amélioration constante des dispositifs médicaux est une de leurs spécialités.
«Nous insistons pour que nos élèves partent du geste du chirurgien et le comprennent. Cela leur permet de tenir compte des contraintes réelles pour concevoir des dispositifs adaptés au geste médical et à l’environnement du bloc» insiste Vincent Armbruster. Mais le croisement entre la technologie et la santé recouvre plusieurs réalités et donc plusieurs métiers : ceux de la conception, du contrôle, de la qualité, de la recherche, de la gestion des équipements hospitaliers, etc. Avec 3 grands domaines : la biomécanique, l’e-santé et la bioingénierie. Le cumul de compétences est même triple puisque la culture réglementaire, primordiale dans le milieu de la santé, est une spécialité de l’Isi FC. Or le besoin des entreprises dans ce domaine est très important.
Née en 2001, l’ISIFC est jeune. Mais ses domaines en pleine évolution et l’environnement local autour du CHU, de Témis,de l’Université ou du projet Bio-innovation donnent lieu à une émulation qui favorise l’insertion des diplômés. 22 % d’entre eux trouvent du travail dans la région. Certains autres profitent de l’écosystème pour créer leur entreprise.

   Mixité de profils

A cheval sur la technique et la santé, l’école se situe sur le campus de la Bouloie mais dispose également de 2 salles de cours à l’UFR de médecine. On entre à bac+2, soit sur dossier soit par le concours commun "Polytech". Il en résulte une diversité de profils avec des élèves venant de classes prépa scientifiques, de DUT, de BTS, de licence dans les domaines de la biologie comme de la physique ou de la mécanique. «En arrivant, ils n’ont pas tous les mêmes points forts. La première année vise à homogénéiser la promotion, mais la mixité des profils permet de dynamiser les études. Dans l’ensemble, nous avons un enseignement assez pratique. Du coup, ceux qui ont une culture manuelle et technique s’en sortent aussi bien que les autres» détaille Vincent Armbruster. L’intégration sur dossier passe par un entretien, une épreuve d’anglais et une sur ordinateur «où l’on vérifie qu’ils sont capables de rédiger car ils auront beaucoup de rapports à fournir. La sensibilité pour le domaine médical voir une expérience dans ce domaine sont des plus».
 Les 3 années, alliant stages, cours, travaux pratiques et projets, sont conçues pour aller vers une professionnalisation croissante. De nombreux stages au long du cursus permettent aux élèves de s’habituer au monde du travail, jusqu’au stage industriel final de 4 mois minimum. L’école recommande de l’effectuer à l’étranger et 80 % des élèves suivent ce conseil. Et depuis 2006, elle possède une particularité nommée Biotika. A la fois entreprise au statut universitaire et module d’enseignement à l’entreprenariat, elle permet aux élèves qui le souhaitent d’évoluer dans une structure industrielle complète, avec départements ingénierie, projet, marketing…, au sein même de l’école et en situation de coopération  réelle avec des établissements de santé ou des chercheurs. Au terme de leurs études, les élèves sont capables «de discuter à la fois avec des médecins et avec des chefs d’entreprises. Ils ont de grandes capacités d’adaptation».

Stéphane Paris


En photo
- Vincent Armbruster : "notre enseignement marrie cours, stages, travaux pratiques et projets".

- Eléments de prothèses de hanche en métal

En savoir plus
Sept écoles en France se sont regroupées autour de thématiques proches de celles de l’ISIFC. Cette dernière recrute dans toute la France (1/3 des élèves viennent de Bourgogne-Franche-Comté). L’environnement local favorable permet à 22 % des élèves de trouver du travail sur place (même recrutement que pour Rhône-Alpes et la Suisse).
ISIFC, 23 rue Alain Savary, 25000 Besançon
0381666690
isifc.univ-fcomte.fr

Lire aussi
Vicky et Franck, étudiants à l'ISIFC

Retour

Réactions sur la news

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Sécurité informatique


mai 2017
Selon une étude Kaspersky, 71 % des jeunes ne savent pas qu'il existe des formations et des diplômes en cybersécurité. Et si les recruteurs privilégient l'expérience et l'expertise dans le recrutement, les jeunes manquent dans le secteur. Les plus proches de la région : licence pro administration et sécurité des réseaux à l'Université de Haute-Alsace, licence pro réseaux sans fil et sécurité à l'Université de Lorraine, masters security of computer systems / services, sécurité des systèmes et des réseaux / sécurité des systèmes d'information et de communication à l'Université de Lorraine, master sécurité des systèmes d'information à l'Université de technologie de Troyes, master sécurité des systèmes informatiques en finance et en assurance à Lyon 1 et master organisation et protection des systèmes et des réseaux à Lyon 2.

Tout savoir sur l'apprentissage


février 2017
Le 11 mars, 23 centres de formation de la région ouvrent leurs portes de 9 h à 16 h 30. Lieux, dates, infos pratiques sur orientation-apprentissage.com et facebook.

Formations supérieures dans le numérique


novembre 2016
L'UTBM à Sévenans dispose d’une spécialité d’ingénieur en informatique avec 4 options. Infos, utbm.fr 
L’Université de Franche-Comté propose des licences et masters dans l’informatique industrielle, le webdesign, le process numérique, l’administration et maintenance de systèmes et applications, les réseaux et télécommunications, etc. Infos univ-fcomte.fr

Ensmm/Arts et métiers


février 2016
Le 18 février, l’Ecole nationale supérieure de mécanique et des microtechniques (ENSMM) et l’établissement des Arts et métiers, via son campus de Cluny, ont signé une convention de partenariat. Par ce biais, l’école bisontine souhaite apporter des formations pointues et complémentaires à ses élèves mais aussi de développer des coopérations en matière de recherche et d’innovation industrielle.
Cette signature intervient également dans le cadre du regroupement des régions : l’ENSMM a pour objectif de développer ses réseaux et de renforcer la visibilité et l’attractivité de l’ingénierie dans la nouvelle grande région. Grace à ce partenariat, les deux établissements espèrent mieux répondre aux besoins des entreprises en matière d’innovation.

Un centre d'examens agréé Cambridge English en Bourgogne Franche-Comté


septembre 2015
L'école de langues Atraduire de Dijon est devenu en sptembre 2015 le premier centre d'examens agréé Cambridge English en Bourgogne Franche-Comté. 15% des établissements scolaires du secondaire en France préparent leurs élèves au passage des examens d’anglais Cambridge English, conçus par un département de l’Université de Cambridge et reconnus internationalement.
En Bourgogne Franche-Comté, une seule certification de Cambridge English pouvait jusqu’à présent être passée : en seconde section européenne, dans le cadre d'un accord conclu avec le ministère de l’Education nationale. Face à une demande forte et à un potentiel de près de 220 000 élèves inscrits dans le second degré dans les deux académies de Dijon et Besançon, Cambridge English vient d’accréditer son premier centre d'examen dans la région : l'école de langues Atraduire, basée à Dijon. Infos, atraduire.com
Voir tout