janvier 2018

Je suis agent logistique

Au lycée, Diane Houpeau ne savait pas trop quelle orientation choisir. En DUT, elle a découvert un domaine qui lui plaît, terminé major de promo avant de trouver du travail à Conflandey industries. A 21 ans, cette jeune femme de Gilley occupe déjà un poste à responsabilités.
Photo Laurent Cheviet

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Parcours
J’ai eu un bac S au lycée Xavier Marmier à Pontarlier avant de m’orienter vers la logistique. En réalité, au lycée, je ne savais pas ce que je voulais faire. Ce n'est pas évident : on ne connaît pas le monde professionnel et on nous demande de faire des choix ! J’avais envie d’un métier qui bouge, mais sans trop d’idée. Finalement c’est ma mère qui m’a orientée vers la logistique et elle a eu raison. Au début, en regardant sur internet, je n’étais pas trop intéressée mais au fil des études, j’y ai pris goût. L’école, c’était le train-train, je n’étais pas vraiment parmi les meilleurs, mais une fois orientée, je suis partie à fond dans les études. J’ai suivi la formation de l’IUT de Besançon-Vesoul en logistique et transport à Vaivre. Comme j’ai terminé major de promo, ça voulait dire que j’étais bien dans ma peau !
La première année se déroulait en formation continue mais la seconde pouvait être en alternance pour certains élèves. J’ai eu cette chance et j’ai trouvé une place en apprentissage à Conflandey industries après avoir envoyé une vingtaine de candidatures. J’ai commencé mes recherches en janvier mais c’est en mai que les entreprises étaient plus réactives. Trouver un apprentissage n’est pas si évident mais cela dit, on a tous fini par se placer. J’ai signé un CDI tout de suite après, en septembre 2016. Dans l’ensemble, tous ceux avec qui je suis resté en contact ont trouvé du travail. Beaucoup sont responsables logistique. C’est une filière où il y a des débouchés même si c’est un peu compliqué au début dans la mesure où les entreprises demandent de l’expérience.

L’alternance
Je conseille cette formule ! J’ai déjà réussi à influencer des personnes de mon entourage. L’alternance permet de savoir vraiment comment les choses se passent dans l’entreprise. C’est un mode de vie avec du relationnel, du savoir-vivre, un quotidien qui est différent de celui que l’on connaît en étant élève. On apprend une réalité qui est parfois différente de ce que l’on nous dit à l’école. On apprend un vocabulaire, on apprend à faire ses preuves.

Métier
Conflancey industries est une tréfilerie basée sur 2 sites en Haute-Saône, Amoncourt et Port d’Atelier, où je suis en poste. On reçoit du fil d'acier que l’on réduit en petits diamètres pour alimenter des entreprises spécialisées dans des domaines tels que les pneumatiques, la fibre optique, les agrafes, etc. Je suis agent logistique, c’est-à-dire que je suis le dernier élément de la chaîne de production. Je m’occupe du conditionnement, du stockage et de l’acheminement des produits finis. J'ai en charge les commandes des clients et l’expédition avec le souci d'optimiser chaque étape, de déterminer les priorités. Nous avons des clients partout, en Europe, au Brésil, au Canada, en Chine... Cela implique de l’administratif, de la communication, du suivi, de la gestion des flux. Il faut également connaître le droit du transport. 
J’ai une équipe dont il faut gérer le planning en fonction de la charge de travail et les absences. Il y a énormément de communication intra et extra entreprise : avec le service commercial, la qualité, l’ordonnancement, avec la production ou encore les transporteurs. Il est par exemple important de parler avec les camionneurs pour les aider à se placer, à faire le plan de chargement, à répartir le poids. Le logisticien est une sorte de chasseur de coûts : on optimise toutes les étapes, on négocie les tarifs (1).
Je travaille principalement dans un bureau, devant l’ordinateur, mais c’est important d’aller sur le terrain, demander comment ça se passe, recueillir suggestions et remarques.
Avec les clients, j’utilise l’anglais et l’espagnol. En classe, j’étais nulle en anglais, mais j’ai la volonté de m’améliorer. L'allemand serait également un plus, mais je ne maîtrise pas ! 

Qualités
Il faut savoir rester agréable et positif même dans les situations compliquées. Il faut être soudé avec son équipe et savoir sensibiliser chacun pour qu’il donne le meilleur. Il faut avoir confiance en soi pour diriger une équipe car on se rend compte de l'impact de la parole, même si on est une gamine de 21 ans ! Au début, le management c’est intimidant mais quand on connaît son métier et le métier des autres, on prend de l’assurance. Il faut arriver à diriger l’équipe de manière à ce que les personnes comprennent par elles-mêmes ce qu'elles ont à faire plutôt que leur dire ce qu’elles ont à faire. Leur faire comprendre qu’elles travaillent pour elles et pas pour moi ! Il faut aussi être organisé, réactif, avoir l'esprit d'équipe, savoir proposer des plans de chargement.
A Conflandey, on n’a pas le poids de notre chef sur le dos. On est responsable de nous-mêmes. Moi, j’adore ce que je fais mais j’ai besoin de plus de défis.  J’ai par exemple demandé d’avoir plus de communication avec les clients au sujet de l’optimisation du retour des emballages vides. Je pense qu’il y a un gros potentiel d’économies là autour. Sans compter l’aspect sensibilisation à l’environnement.

Difficultés
S'il y en a une, c'est le stress. Mais la difficulté, c’est nous qui la créons et il faut la transformer en défi. Personnellement, j’aime bien quand c’est difficile car ça casse la routine. Sinon, revenir de vacances n’est pas toujours évident !

Recueilli par SP

En savoir plus
IUT de Besançon-Vesoul, département gestion logistique et transport

Conflandey industries

(1) Fiche métier
Pour ceux que les métiers de la logistique intéressent, Diane détaille ses missions :
Quotidiennes :
- Établir les listes de colisage en fonction de la commande du client.
- Organiser l’acheminement de la marchandise.
- Etablir la facturation
- Déclarer en douane l’exportation de la marchandise pour les livraisons en dehors de l’Europe.
- Remplir les lettres de voiture ou CMR (convention de Genève de 1956) avec les chauffeurs
Occasionnelles :
- Organiser les retours d’emballage
- Négocier les tarifs de transport
- Traiter les litiges transport
- Faire le planning des opérateurs du magasin
- Remplacer le chef d’atelier du magasin.
- Faire l’inventaire des produits finis




Retour

Réactions sur la news

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Le service civique ?


octobre 2017
Laura, en service civique au Crous de Besançon : «J’ai développé beaucoup de compétences organisationnelles. J’ai fait passer des entretiens individuels à des étudiants qui cherchaient des emplois. Cela m’a permis de me développer personnellement : j’ai gagné en confiance en moi.»
Rémi, en service civique à la Ville de Besançon : «Mon service civique m’a permis de retrouver le contact humain que je n’avais plus en restant sans activités.Grâce à lui, je fais des rencontres et je me réinsère dans le monde du travail. Je touche à beaucoup de domaines et j’organise des évènements dont je ne connaissais même pas l’existence et auxquels je n’aurais jamais eu l’idée de participer. Je découvre même mieux la ville dans laquelle je vis actuellement.»
Angélique, en service civique au Grand Besançon (service environnement) et étudiante en Master de Psychologie : «Mon service civique me permet de voir un autre domaine que celui dans lequel je suis plongée depuis quatre ans. Même si ce n’est pas en rapport direct avec mes études, je travaille sur l’accompagnement au changement des individus en faveur de l’environnement. Cela m’ouvre d’autres portes et d’autres perspectives auxquelles je n’avais jamais pris le temps de penser.»
Voir tout