janvier 2018

Je suis agent logistique

Au lycée, Diane Houpeau ne savait pas trop quelle orientation choisir. En DUT, elle a découvert un domaine qui lui plaît, terminé major de promo avant de trouver du travail à Conflandey industries. A 21 ans, cette jeune femme de Gilley occupe déjà un poste à responsabilités.
Photo Laurent Cheviet

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Parcours
J’ai eu un bac S au lycée Xavier Marmier à Pontarlier avant de m’orienter vers la logistique. En réalité, au lycée, je ne savais pas ce que je voulais faire. Ce n'est pas évident : on ne connaît pas le monde professionnel et on nous demande de faire des choix ! J’avais envie d’un métier qui bouge, mais sans trop d’idée. Finalement c’est ma mère qui m’a orientée vers la logistique et elle a eu raison. Au début, en regardant sur internet, je n’étais pas trop intéressée mais au fil des études, j’y ai pris goût. L’école, c’était le train-train, je n’étais pas vraiment parmi les meilleurs, mais une fois orientée, je suis partie à fond dans les études. J’ai suivi la formation de l’IUT de Besançon-Vesoul en logistique et transport à Vaivre. Comme j’ai terminé major de promo, ça voulait dire que j’étais bien dans ma peau !
La première année se déroulait en formation continue mais la seconde pouvait être en alternance pour certains élèves. J’ai eu cette chance et j’ai trouvé une place en apprentissage à Conflandey industries après avoir envoyé une vingtaine de candidatures. J’ai commencé mes recherches en janvier mais c’est en mai que les entreprises étaient plus réactives. Trouver un apprentissage n’est pas si évident mais cela dit, on a tous fini par se placer. J’ai signé un CDI tout de suite après, en septembre 2016. Dans l’ensemble, tous ceux avec qui je suis resté en contact ont trouvé du travail. Beaucoup sont responsables logistique. C’est une filière où il y a des débouchés même si c’est un peu compliqué au début dans la mesure où les entreprises demandent de l’expérience.

L’alternance
Je conseille cette formule ! J’ai déjà réussi à influencer des personnes de mon entourage. L’alternance permet de savoir vraiment comment les choses se passent dans l’entreprise. C’est un mode de vie avec du relationnel, du savoir-vivre, un quotidien qui est différent de celui que l’on connaît en étant élève. On apprend une réalité qui est parfois différente de ce que l’on nous dit à l’école. On apprend un vocabulaire, on apprend à faire ses preuves.

Métier
Conflancey industries est une tréfilerie basée sur 2 sites en Haute-Saône, Amoncourt et Port d’Atelier, où je suis en poste. On reçoit du fil d'acier que l’on réduit en petits diamètres pour alimenter des entreprises spécialisées dans des domaines tels que les pneumatiques, la fibre optique, les agrafes, etc. Je suis agent logistique, c’est-à-dire que je suis le dernier élément de la chaîne de production. Je m’occupe du conditionnement, du stockage et de l’acheminement des produits finis. J'ai en charge les commandes des clients et l’expédition avec le souci d'optimiser chaque étape, de déterminer les priorités. Nous avons des clients partout, en Europe, au Brésil, au Canada, en Chine... Cela implique de l’administratif, de la communication, du suivi, de la gestion des flux. Il faut également connaître le droit du transport. 
J’ai une équipe dont il faut gérer le planning en fonction de la charge de travail et les absences. Il y a énormément de communication intra et extra entreprise : avec le service commercial, la qualité, l’ordonnancement, avec la production ou encore les transporteurs. Il est par exemple important de parler avec les camionneurs pour les aider à se placer, à faire le plan de chargement, à répartir le poids. Le logisticien est une sorte de chasseur de coûts : on optimise toutes les étapes, on négocie les tarifs (1).
Je travaille principalement dans un bureau, devant l’ordinateur, mais c’est important d’aller sur le terrain, demander comment ça se passe, recueillir suggestions et remarques.
Avec les clients, j’utilise l’anglais et l’espagnol. En classe, j’étais nulle en anglais, mais j’ai la volonté de m’améliorer. L'allemand serait également un plus, mais je ne maîtrise pas ! 

Qualités
Il faut savoir rester agréable et positif même dans les situations compliquées. Il faut être soudé avec son équipe et savoir sensibiliser chacun pour qu’il donne le meilleur. Il faut avoir confiance en soi pour diriger une équipe car on se rend compte de l'impact de la parole, même si on est une gamine de 21 ans ! Au début, le management c’est intimidant mais quand on connaît son métier et le métier des autres, on prend de l’assurance. Il faut arriver à diriger l’équipe de manière à ce que les personnes comprennent par elles-mêmes ce qu'elles ont à faire plutôt que leur dire ce qu’elles ont à faire. Leur faire comprendre qu’elles travaillent pour elles et pas pour moi ! Il faut aussi être organisé, réactif, avoir l'esprit d'équipe, savoir proposer des plans de chargement.
A Conflandey, on n’a pas le poids de notre chef sur le dos. On est responsable de nous-mêmes. Moi, j’adore ce que je fais mais j’ai besoin de plus de défis.  J’ai par exemple demandé d’avoir plus de communication avec les clients au sujet de l’optimisation du retour des emballages vides. Je pense qu’il y a un gros potentiel d’économies là autour. Sans compter l’aspect sensibilisation à l’environnement.

Difficultés
S'il y en a une, c'est le stress. Mais la difficulté, c’est nous qui la créons et il faut la transformer en défi. Personnellement, j’aime bien quand c’est difficile car ça casse la routine. Sinon, revenir de vacances n’est pas toujours évident !

Recueilli par SP

En savoir plus
IUT de Besançon-Vesoul, département gestion logistique et transport

Conflandey industries

(1) Fiche métier
Pour ceux que les métiers de la logistique intéressent, Diane détaille ses missions :
Quotidiennes :
- Établir les listes de colisage en fonction de la commande du client.
- Organiser l’acheminement de la marchandise.
- Etablir la facturation
- Déclarer en douane l’exportation de la marchandise pour les livraisons en dehors de l’Europe.
- Remplir les lettres de voiture ou CMR (convention de Genève de 1956) avec les chauffeurs
Occasionnelles :
- Organiser les retours d’emballage
- Négocier les tarifs de transport
- Traiter les litiges transport
- Faire le planning des opérateurs du magasin
- Remplacer le chef d’atelier du magasin.
- Faire l’inventaire des produits finis




Retour

Réactions sur la news

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Métiers et bien-être


mars 2018
La Dares (service études et statistiques du ministère du Travail) vient de publier une enquête "travail et bien-être psychologique" où les professions sont évaluées à partir de 34 variables comme la pénibilité mais aussi l'autonomie, le soutien, la reconnaissance, les conflits éthiques... Bilan : ingénieurs informatique, cadres des transports et de la logistique, employé des services, cadres des services administratifs, personnels d'études et de recherche seraient les 5 métiers les plus favorable au bien-être psychologique. Cuisiniers, employés de l'hôtellerie et de la restauration, aides-soignants, bouchers et boulangers, employés de la banque et de l'assurance sont les moins favorables. L'étude détaillée est à consulter ici.

Aspirations professionnelles


décembre 2017
Le cabinet d'études et de conseils Universum a mené une enquête carrière auprès de 2096 étudiants et 6004 expérimentés issus des filières BTS, DUT et licence professionnels entre octobre 2016 et mai 2017. Pour les étudiants, les employeurs rêvés sont Disneyland, Airbus, Coca-Cola, H&M et la Fnac tandis que les jeunes professionnels privilégient des grands groupes français comme la SNCF ou EDF qui offrent des conditions de travail privilégiées, devant Airbus, Disneyland et Thalè. Leurs critères d'attractivité : ambiance de travail / perpspectives de revenus / diversité des missions pour les étudiants ; ambiance de travail / respect des employés / diversité des missions pour les jeunes professionnels. Dans les deux catégories, sécurité de l'emploi et principes éthiques sont parmi les items les moins retenus. Les étudiants ont également été interrogés sur leurs secteurs favoris : médias et communication arrivent en tête (19,2 %) devant art, divertissements et centres de loisirs (14,7 %) puis tourisme (13,7 %) et services à la santé (13 %).

Europan


mars 2017
Ce concours organisé dans une vingtaine de pays européens est ouvert aux jeunes architectes et urbanistes (moins de 40 ans). Il est relayé et soutenu par la Ville de Besançon et le Grand Besançon qui proposent aux candidats de travailler sur les sites de la Bouloie, de Témis et de Montrapon. Les résultats seront connus en décembre 2017 et seront suivis d’expérimentations sur le site. Informations et inscription : Laurence Fabre, chef de projet aménagement urbain, 0381878035

L'industrie recrute


février 2017
Découvrez tous les métiers de l’industrie lors des journées portes ouvertes de l’apprentissage le 11mars dans les CFAI à Besançon, Dole,  Gevingey, Belfort, Exincourt et Vesoul et lors de la semaine de l’industrie du 20 au 26 mars. Recherche d’emploi : les-industries-technologiques.fr

Devenir surveillant de prison


février 2017
L'administration pénitentiaire recrute en ouvrant 2500 postes en 2017. Pour tout savoir, se préparer au concours et s'inscrire, c'est ici.
Voir tout