novembre 2017

Je suis boucher, charcutier, traiteur

Brice Fera, 25 ans, est salarié depuis 2 ans chez Rémi Delacroix à Pontarlier.
Photo Laurent Cheviet

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Parcours
J’ai effectué ma formation par apprentissage au CFA Hilaire de Chardonnet à Besançon : CAP boucher puis CAP charcutier puis mention complémentaire traiteur. J’ai bien aimé le CFA, c’était bon enfant, on apprenait en rigolant. Comme je n’ai jamais été très "école", le rythme d’une semaine par mois en formation et le reste en entreprise m’allait bien. Au départ, j’ai essayé la mécanique mais ça ne m’a pas plu du tout. J’avais envie de m’orienter vers les métiers de bouche, en évitant la restauration en raison des horaires. Quand j’ai commencé en boucherie, ça m’a plu d’entrée. J’ai continué jusqu’à la mention complémentaire parce que c’était logique et mon patron était d’accord pour que je poursuive. Les profs m’ont encouragé : il vaut mieux avoir 3 diplômes qu’un seul. Mais je n’ai pas eu à chercher du travail. J’étais apprenti chez Rémi Delacroix durant toute ma formation et j’ai été embauché ensuite, il y a 2 ans.

Métier
Comme je suis boucher, charcutier et traiteur, j’alterne les tâches. Etre polyvalent permet de varier, de ne pas faire tout le temps la même chose. Et j’aime bien les trois. Le métier de traiteur consiste à préparer des plats pour des particuliers ou des événements. Il faut avant tout être minutieux et connaître les recettes, même si on travaille en équipe.

Difficultés
Il n’y en a pas spécialement de mon point de vue ! Peut-être parfois les poids à porter, à la limite. Mais les horaires, ça va, même si il y a deux grosses journées les vendredis et samedis. On est tout le temps debout, mais là aussi, ça va. Ici, on est 5 et il y a une bonne ambiance entre nous. Le matin, je suis content de venir travailler. Je viens de Paris, mais je préfère nettement vivre ici. Et pour l’instant être employé me convient donc tout va bien.



Lire aussi
Traiteur, emploi assuré

Retour

Réactions sur la news

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Le service civique ?


octobre 2017
Laura, en service civique au Crous de Besançon : «J’ai développé beaucoup de compétences organisationnelles. J’ai fait passer des entretiens individuels à des étudiants qui cherchaient des emplois. Cela m’a permis de me développer personnellement : j’ai gagné en confiance en moi.»
Rémi, en service civique à la Ville de Besançon : «Mon service civique m’a permis de retrouver le contact humain que je n’avais plus en restant sans activités.Grâce à lui, je fais des rencontres et je me réinsère dans le monde du travail. Je touche à beaucoup de domaines et j’organise des évènements dont je ne connaissais même pas l’existence et auxquels je n’aurais jamais eu l’idée de participer. Je découvre même mieux la ville dans laquelle je vis actuellement.»
Angélique, en service civique au Grand Besançon (service environnement) et étudiante en Master de Psychologie : «Mon service civique me permet de voir un autre domaine que celui dans lequel je suis plongée depuis quatre ans. Même si ce n’est pas en rapport direct avec mes études, je travaille sur l’accompagnement au changement des individus en faveur de l’environnement. Cela m’ouvre d’autres portes et d’autres perspectives auxquelles je n’avais jamais pris le temps de penser.»
Voir tout