mars 2017

Je suis rectifieur de profil

A 26 ans, Thomas Esslinger s’est réorienté pour travailler dans l’industrie. Il est chez R.Bourgeois à Besançon.
Photo Laurent Cheviet
Je suis rectifieur de profil

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Parcours
J’ai un bac techno agricole. Pendant 3 ans et demi, j’ai travaillé dans une boîte de forage d’eau, avec parfois de grands déplacements. C’était énormément de contraintes, notamment pour la vie de famille. J’ai quitté cet emploi pour suivre ma copine à Besançon. J’ai fait des tests pour une réorientation professionnelle avec Pôle emploi, ce qui m’a conduit au Geiq industries (Groupement d'employeurs pour l'insertion et la qualification). Je suis entré en formation CGPM technique d’usinage (certificat de qualification paritaire de la métallurgie). Il fallait que je bosse. Je suis ouvert, manuel, l’industrie m’a ouvert ses portes alors je me suis dit pourquoi pas. Plutôt que chercher du travail tout seul, j’ai préféré passer par le Geiq, qui a déjà des contacts avec les entreprises. C’est d’ailleurs le Geiq qui m’a orienté vers R.Bourgeois. Et commencer par une formation est plus sympa car on n’est pas obligé d’avoir un rendement tout de suite. Pour apprendre, c’est vraiment bien.

Métier
J’usine des pièces en carbone qui vont servir à découper, des perceurs, des matrices. Je trouve cela super intéressant.  On travaille sur de la précision à très haut niveau, avec une nécessité de perfection maximale. C’est la difficulté du métier. On piétine pas mal, on est statique devant la machine et rarement assis. Mais c’est une question d’habitude. Je considère que dans l’ensemble, c’est assez confortable. Auparavant, j’étais dans les travaux publics, ce qui implique les intempéries. Ici je travaille à 20 ° toute l’année ! Il n’y a guère que le bruit qui peut déranger, mais on a des bouchons d’oreille. L’industrie a une image tenace, celle de mauvaises conditions de travail : on baigne dans l’huile, on respire des trucs… C’est de moins en moins le cas. J’ajoute qu’ici, l’ambiance est sympa, tout le monde s’entraide. Il y a pas mal de jeunes, mais très peu de filles. S’il pouvait y en avoir plus dans la mécanique, je pense que ce serait bien.

Qualités nécessaires
Avoir envie, mais c’est vrai pour tous les métiers. Ne pas être nul en maths. Avoir une logique mécanique et le souci de la précision. Etre manuel. Etre patient. Actuellement, je suis en 2X8. Cela implique de savoir gérer les changements de rythmes (1). Quand on est de matinée, il faut être capable de se lever tôt, donc de se coucher tôt.



(1)
Alternance d’emploi du temps avec par exemple des semaines 5 h – 13 h puis des semaines 13 h – 21 h.

Lire aussi
Des places dans la métallurgie

Retour

Réactions sur la news

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Métiers et bien-être


mars 2018
La Dares (service études et statistiques du ministère du Travail) vient de publier une enquête "travail et bien-être psychologique" où les professions sont évaluées à partir de 34 variables comme la pénibilité mais aussi l'autonomie, le soutien, la reconnaissance, les conflits éthiques... Bilan : ingénieurs informatique, cadres des transports et de la logistique, employé des services, cadres des services administratifs, personnels d'études et de recherche seraient les 5 métiers les plus favorable au bien-être psychologique. Cuisiniers, employés de l'hôtellerie et de la restauration, aides-soignants, bouchers et boulangers, employés de la banque et de l'assurance sont les moins favorables. L'étude détaillée est à consulter ici.

Aspirations professionnelles


décembre 2017
Le cabinet d'études et de conseils Universum a mené une enquête carrière auprès de 2096 étudiants et 6004 expérimentés issus des filières BTS, DUT et licence professionnels entre octobre 2016 et mai 2017. Pour les étudiants, les employeurs rêvés sont Disneyland, Airbus, Coca-Cola, H&M et la Fnac tandis que les jeunes professionnels privilégient des grands groupes français comme la SNCF ou EDF qui offrent des conditions de travail privilégiées, devant Airbus, Disneyland et Thalè. Leurs critères d'attractivité : ambiance de travail / perpspectives de revenus / diversité des missions pour les étudiants ; ambiance de travail / respect des employés / diversité des missions pour les jeunes professionnels. Dans les deux catégories, sécurité de l'emploi et principes éthiques sont parmi les items les moins retenus. Les étudiants ont également été interrogés sur leurs secteurs favoris : médias et communication arrivent en tête (19,2 %) devant art, divertissements et centres de loisirs (14,7 %) puis tourisme (13,7 %) et services à la santé (13 %).

Europan


mars 2017
Ce concours organisé dans une vingtaine de pays européens est ouvert aux jeunes architectes et urbanistes (moins de 40 ans). Il est relayé et soutenu par la Ville de Besançon et le Grand Besançon qui proposent aux candidats de travailler sur les sites de la Bouloie, de Témis et de Montrapon. Les résultats seront connus en décembre 2017 et seront suivis d’expérimentations sur le site. Informations et inscription : Laurence Fabre, chef de projet aménagement urbain, 0381878035

L'industrie recrute


février 2017
Découvrez tous les métiers de l’industrie lors des journées portes ouvertes de l’apprentissage le 11mars dans les CFAI à Besançon, Dole,  Gevingey, Belfort, Exincourt et Vesoul et lors de la semaine de l’industrie du 20 au 26 mars. Recherche d’emploi : les-industries-technologiques.fr

Devenir surveillant de prison


février 2017
L'administration pénitentiaire recrute en ouvrant 2500 postes en 2017. Pour tout savoir, se préparer au concours et s'inscrire, c'est ici.
Voir tout