avril 2018

Je suis responsable qualité et industrialisation

Raphaël Blot, 29 ans, est ingénieur en chimie et travaille depuis 4 ans dans l’entreprise GCP produits de constructions, spécialisée dans le béton décoratif, à Larnaud (Jura).
Photo Laurent Cheviet

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Etudes
J’ai passé un bac S option chimie avant d’entrer en classe prépa physique-chimie. Ensuite, j’ai intégré l’Ecole nationale supérieure d’ingénieurs de Caen. Puis j’ai travaillé dans une compagnie pétrolière et chez des sous-traitants dans ce domaine avant de venir à GCP en 2014. En termes d’orientation, la chimie m’a intéressé très tôt. Le côté expérimental me parlait.
La classe prépa, c’est intense, il faut travailler. C’est fait pour sélectionner et apprendre à réfléchir. Cela aide aussi à être rigoureux, une qualité primordiale dans la chimie. Du point de vue de la quantité de travail, j’ai trouvé l’école d’ingénieurs un peu plus abordable.

Emploi
Le secteur est dans une période de reprise et c’est plus facile qu’il y a 4 ou 5 ans. Aujourd’hui, on trouve beaucoup plus  d’offres sur le site de l’Apec qu’à l’époque. Moi j’avais eu la chance de faire un stage dans une grande entreprise qui m’a proposé un CDD à la suite. Dans ma promo, la plupart ont trouvé du travail dans les 2 mois. D’autres ont continué  leurs études. J’ai été embauché à GCP en répondant à une annonce sur un poste dans les domaines de la qualité et du management, deux aspects qui correspondaient à ce que je cherchais.

Métier
Notre entreprise est leader en France sur les produits de décoration du béton. Le béton désactivé a été inventé ici. Quand je suis venu, je ne savais pas que ça existait, mais la chimie permet de changer facilement de secteur. Le diplôme d’ingénieur donne une grande polyvalence. Aujourd’hui, je suis responsable qualité et industrialisation. Mon rôle est d’encadrer le labo de contrôle qualité, qui regroupe 5 personnes chargées d’analyser les produits développés par le labo recherche et développement, en fonction des critères et normes de fabrication. Nous sommes garants du process de fabrication.

Qualités et compétences
Comme je l’ai dit, il faut de la rigueur car les métiers de la chimie nécessitent un respect absolu des procédures. Il faut être curieux, savoir chercher ce qui se passe quand il y a un problème. Il faut aussi vraiment maîtriser l’anglais et, en France, on n’est pas très bons dans ce domaine. En ce qui concerne le labo qualité, comme on travaille en interaction avec plusieurs services (R&D, production, commercial), il faut être capable de bien communiquer avec les uns et les autres. Enfin, il y a des qualités comportementales à avoir, mais c’est général au monde de l’entreprise.

Le Jura
Je suis d’Orléans, j’ai fait des études en Normandie mais avant de venir, je connaissais déjà le Jura. J’aime bien, c’est calme et reposant. Il y a une qualité de vie que j’apprécie et si on veut bouger le week-end, c’est simple. On est dans la nature mais pas loin de Lyon par exemple.
Parcours
Ensi Caen

GCP produits de construction

Lire aussi
Du travail dans la chimie

Retour

Réactions sur la news

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Le service civique ?


octobre 2017
Laura, en service civique au Crous de Besançon : «J’ai développé beaucoup de compétences organisationnelles. J’ai fait passer des entretiens individuels à des étudiants qui cherchaient des emplois. Cela m’a permis de me développer personnellement : j’ai gagné en confiance en moi.»
Rémi, en service civique à la Ville de Besançon : «Mon service civique m’a permis de retrouver le contact humain que je n’avais plus en restant sans activités.Grâce à lui, je fais des rencontres et je me réinsère dans le monde du travail. Je touche à beaucoup de domaines et j’organise des évènements dont je ne connaissais même pas l’existence et auxquels je n’aurais jamais eu l’idée de participer. Je découvre même mieux la ville dans laquelle je vis actuellement.»
Angélique, en service civique au Grand Besançon (service environnement) et étudiante en Master de Psychologie : «Mon service civique me permet de voir un autre domaine que celui dans lequel je suis plongée depuis quatre ans. Même si ce n’est pas en rapport direct avec mes études, je travaille sur l’accompagnement au changement des individus en faveur de l’environnement. Cela m’ouvre d’autres portes et d’autres perspectives auxquelles je n’avais jamais pris le temps de penser.»
Voir tout