avril 2014

Kévin Carminati : «Soigneur animalier, un rêve»

Ce jeune homme de Jougne vient de signer un CDD de 3 ans au parc polaire, à Chaux-Neuve. Il concrétise une aspiration d'enfance.
Photo Laurent Cheviet

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Le parc polaire a une caractéristique rare : il propose des visites au public en «immersion». Au lieu d’observer les animaux de l’extérieur des enclos, il est avec eux. «C’est bien, mais il faut toujours surveiller, être constamment vigilant, surtout avec le public ! On a beau répéter de ne pas caresser les animaux, il y en a toujours qui veulent le faire»
Kévin Carminati est l’un des trois soigneurs animaliers et guides, pour des groupes pouvant aller jusqu’à 50 personnes. «Etre tout le temps avec les animaux, c’est ce qui me plaît vraiment. Avec le public, j’avais plus d’appréhension au début car je ne me sens pas orateur. Mais je me suis dépassé pour y arriver et maintenant ça va». Clairement, c’est d’abord le contact avec les animaux et le travail en extérieur qui lui plaît.
«Je ne pensais pas être embauché alors c’est plutôt un rêve qui date d’il y a longtemps et que je ne pensais pas réaliser» dit ce jeune homme de 24 ans. Il semble que sa passion ressemble à une vocation ou un don.
«Trouver des soigneurs capables n’est pas facile précise Gilles Malloire, le créateur et directeur du parc. Le travail n’est pas seulement nettoyer et donner à manger. Il faut aussi savoir approcher les animaux, être au milieu d’eux sans les déranger, parfois les manipuler. A ce niveau, j’ai senti qu’il y avait quelque chose chez lui». Il existe des formations, des certificats à passer pour pouvoir exercer, mais sur le terrain, c’est avant tout une affaire de sensibilité. Celle qui a permis à Kévin de signer un contrat après 2 mois de stage alors qu’il n’avait aucune expérience préalable. Son CDD va lui permettre de se former complètement et de passer les certificats de capacité appropriés.
Pas besoin de chercher loin pour mesurer sa motivation : «Avant je travaillais dans la plasturgie en Suisse. J’avais un bon salaire mais c’était le seul intérêt. J’ai démissionné pour venir en stage ici».
Le parc compte une centaine d’animaux, les chiens du Groenland du début ayant été rejoints par des yaks, aurochs, daims, rennes, cerfs, chevaux, chamois, mouflons et deux bisons venus dans le cadre d’un programme européen de conservation d’espèces menacées. «Le contact avec les animaux m’a tout de suite plu. Le plus difficile est de retenir le nom individuel de chacun d’eux». 
Son travail commence vers 8 h 30 : nourriture, contrôle de l’état de santé des animaux, nettoyage des enclos. L’après-midi s’y ajoutent les visites. Une partie de l’emploi du temps est consacrée aux extérieurs (pelouse, neige quand il y en a), à l’entretien du matériel.
«C’est physique, mais je le savais. A la fin de la journée, on est fatigué, mais c’est une bonne fatigue. De toute façon, pour faire ça, il faut être passionné. C’est ce qui permet de faire passer des inconvénients comme les intempéries». Et pour ceux qui ont envie de suivre sa voie, l’appréhension n’est pas recommandée. «Dans les bagarres de chiens, il faut y aller. Personnellement, je ne ressens pas de peur, c’est plutôt de l’adrénaline. Si on est craintif, il ne faut pas exercer ce métier, car les animaux le sentent».

Stéphane Paris

Lire aussi
- Article "C'est un parc où vont les bêtes".

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Métiers et bien-être


mars 2018
La Dares (service études et statistiques du ministère du Travail) vient de publier une enquête "travail et bien-être psychologique" où les professions sont évaluées à partir de 34 variables comme la pénibilité mais aussi l'autonomie, le soutien, la reconnaissance, les conflits éthiques... Bilan : ingénieurs informatique, cadres des transports et de la logistique, employé des services, cadres des services administratifs, personnels d'études et de recherche seraient les 5 métiers les plus favorable au bien-être psychologique. Cuisiniers, employés de l'hôtellerie et de la restauration, aides-soignants, bouchers et boulangers, employés de la banque et de l'assurance sont les moins favorables. L'étude détaillée est à consulter ici.

Aspirations professionnelles


décembre 2017
Le cabinet d'études et de conseils Universum a mené une enquête carrière auprès de 2096 étudiants et 6004 expérimentés issus des filières BTS, DUT et licence professionnels entre octobre 2016 et mai 2017. Pour les étudiants, les employeurs rêvés sont Disneyland, Airbus, Coca-Cola, H&M et la Fnac tandis que les jeunes professionnels privilégient des grands groupes français comme la SNCF ou EDF qui offrent des conditions de travail privilégiées, devant Airbus, Disneyland et Thalè. Leurs critères d'attractivité : ambiance de travail / perpspectives de revenus / diversité des missions pour les étudiants ; ambiance de travail / respect des employés / diversité des missions pour les jeunes professionnels. Dans les deux catégories, sécurité de l'emploi et principes éthiques sont parmi les items les moins retenus. Les étudiants ont également été interrogés sur leurs secteurs favoris : médias et communication arrivent en tête (19,2 %) devant art, divertissements et centres de loisirs (14,7 %) puis tourisme (13,7 %) et services à la santé (13 %).

Europan


mars 2017
Ce concours organisé dans une vingtaine de pays européens est ouvert aux jeunes architectes et urbanistes (moins de 40 ans). Il est relayé et soutenu par la Ville de Besançon et le Grand Besançon qui proposent aux candidats de travailler sur les sites de la Bouloie, de Témis et de Montrapon. Les résultats seront connus en décembre 2017 et seront suivis d’expérimentations sur le site. Informations et inscription : Laurence Fabre, chef de projet aménagement urbain, 0381878035

L'industrie recrute


février 2017
Découvrez tous les métiers de l’industrie lors des journées portes ouvertes de l’apprentissage le 11mars dans les CFAI à Besançon, Dole,  Gevingey, Belfort, Exincourt et Vesoul et lors de la semaine de l’industrie du 20 au 26 mars. Recherche d’emploi : les-industries-technologiques.fr

Devenir surveillant de prison


février 2017
L'administration pénitentiaire recrute en ouvrant 2500 postes en 2017. Pour tout savoir, se préparer au concours et s'inscrire, c'est ici.
Voir tout