novembre 2018

L'Aledd : des loisirs pour alléger le handicap

C'est l’un des rares organismes de la région à agir dans ce domaine. Mais la baisse des subventions complique la tâche.
Photo Laurent Cheviet
L'Aledd : des loisirs pour alléger le handicap L'Aledd : des loisirs pour alléger le handicap L'Aledd : des loisirs pour alléger le handicap

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
L’Aledd organise des loisirs pour les jeunes en situation de handicap à Besançon, mais un tiers de ses adhérents viennent de loin, Ornans, Vesoul, Montbéliard ou même du Jura. Un rayonnement régional qui révèle la faiblesse de l’offre dans ce domaine : spontanément, Yannick Varin, directeur de l'Aledd, cite le centre Pierre Croppet à Besançon ou Loisirs pluriel à Belfort. Encore plus rare, l’Aledd propose un accueil particulièrement large en termes d’âge et de degré de handicap.
L’Association pour le lien, l’entraide et le droit à la différence fête 20 ans d’activités cette année. Elle a été créée par deux mères d’enfants en situation de handicap moteur. Leur constat de l'époque est toujours vrai : une accessibilité aux loisirs difficile voire inexistante alors que leurs frères et sœurs avaient un choix pléthorique.
Une soixantaine d’enfants (1) accèdent à l’accueil de loisirs agréé Jeunesse et Sports de l’Aledd. A Palente, dans les locaux de l’école Condorcet mis à disposition par la Ville ou aux Jardins familiaux, ils bénéficient d’activités sur place. Mais l’Aledd se targue de les emmener en sorties autant que possible. «Nous avons l’objectif d’ouvrir sur le monde et la cité. Chaque mercredi, 2 ou 3 groupes sortent. Et l’on constate que les lieux culturels ou sportifs s’adaptent, créent des outils, des parcours. Ce n’était pas le cas il y a 15 ans. Par exemple il y a désormais des luges adaptées à la patinoire. Sortir est essentiel pour que nos jeunes acquièrent un maximum d’autonomie, même si l’on sait que ce ne sera jamais à 100 %» insiste Yannick Varin.

   Maintenir
  des tarifs accessibles


Aux activités des mercredis et petites vacances, l’Aledd ajoute des séjours de vacances (dans les Alpes, le sud et dans la région, avec des animateurs formés, utilisant les mêmes outls que les éducateurs d’IME) . Mais le maintien de toutes ces propositions se complique. «Les difficultés s’accentuent avec les baisses de subventions. Là où il y a 4 ans, nous cherchions 5000 euros pour atteindre l’équilibre, aujourd’hui, c’est 25000. Et l’on ne veut pas faire payer aux parents le surcoût lié à la prise en charge du handicap. Dans notre secteur, il faut quasiment un animateur par enfant, mais nous essayons de faire en sorte que le prix soit le même que pour tout autre accueil de loisirs.»
Malgré les baisses de subventions, Yannick Varin espère maintenir les accueils deux samedis par mois. Avec l’organisation de moments conviviaux pour les familles, l’idée rejoint l’autre grand axe de la politique de l’association. «Dès le départ, l’idée était d’offrir une solution de répit aux familles pour se ressourcer, profiter de la fratrie ou maintenir des activités. Notre objectif est de travailler auprès des familles, d’autant que nombre d’entre elles sont monoparentales, isolées socialement». Chronophage, le handicap oblige à des sacrifices. «Les familles se restreignent elles-mêmes dans leurs sorties et leur vie sociale. Nos moments conviviaux leur donnent l’occasion de sortir. Ils s’adressent à elles dans leur globalité, avec les frères et sœurs. Ces derniers voient que l’on peut vivre des moments forts, cela peut resserrer les liens de la cellule familiale en permettant aux familles de se rencontrer et d’échanger. C’est le sens de l’agrément espace de vie sociale que nous a octroyé la CAF en avril : développer des actions pour que les familles reprennent vie dans la cité».
Dernier rôle, et non des moindres, l’Aledd se pose en porte-parole de ces familles auprès des pouvoirs publics. «Elles ont des envies et des demandes qu’elles n’osent pas faire à titre personnel». Un exemple parmi d’autres : la reconnaissance et la prise en compte pour la retraite de la réduction du temps de travail que les parents d’enfants handicapés sont obligés d’adopter.

Stéphane Paris
(1)
Dans le domaine du handicap, le secteur enfance va jusqu’à 20 ans.

En savoir plus
Aledd, 14 rue Violet, 25000 Besançon
0381835369
aledd.org

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Maison de l’Europe


avril 2019
Centre d’information et de ressources sur l’Union européenne, la Maison de l’Europe a pour mission de mieux faire connaître l'Union européenne, ses institutions, ses programmes et financements, son actualité. Elle la réalise au moyen de documentation disponible sur ses 2 sites de Besançon et Dijon mais aussi d’actions diverses notamment en milieu éducatif : interventions dans les écoles, expositions, simulations de parlement européen avec les élèves…
Maison de l'Europe en Bourgogne-Franche-Comté : 26 D rue de la République à Besançon (0381212955) et 37 boulevard  de la Trémouille à Dijon (0380306788), bfc-europe.eu.

"Fabriques citoyennes BFC"


avril 2019
Les "Fabriques citoyennes BFC" sont une initiative du réseau information jeunesse de Bourgogne-Franche-Comté qui sensibilise, chaque année sous une forme différente, les élèves de la région aux discriminations. Elles sont soutenues par la DRDJSCS de Bourgogne-Franche-Comté.

Fabriques citoyennes 2019 : 19 films


avril 2019
19 établissements scolaires ont décidé de participer aux "Fabriques ciotyennes" cette année. Leurs élèves ont réalisé 19 documentaires à base d'archives sur les personnalités issues de l’immigration suiantes :
Lycée professionnel des métiers Vauban (Auxerre) : François Solano, footballeur, résistant, potier et maire.
Lycée professionnel Jouffroy d’Abbans (Baume-les-Dames) : Amor Hakkar, cinéaste.
Lycée des métiers Denis Diderot (Bavilliers) : Raymond Forni, homme politique.
Lycée Louis Pergaud (Besançon) : Fatima Demougeot, ouvrière.
Lycée Ledoux (Besançon) : Rassoul Altamirov, lutteur.
Collège Herriot (Chenôve) : Sonia Rolland, miss France.
Lycée agricole Granvelle (Dannemarie-sur-Crête) : Naemon Rahal, musicien.
Collège Maurice Genevois (Decize) : Evariste Hitayezu, prêtre.
Lycée des métiers Hyppolite Fontaine (Dijon) : Yan Pei Ming, peintre.
Lycée Simone Weil (Dijon) : Encarnacion Fuentes, ouvrière.
Collège Carnot (Dijon) : Yan Pei Ming, peintre.
Lycée professionnel Jacques Prévert (Dole) : Carole Desmarais, peintre.
Collège Louis Pergaud (Faverney) : Jean Morossof, immigré russe.
Collège Albert Jacquard (Lure) : Kiffin Yates Rockwell, aviateur.
Lycée Germaine Tillon (Montbéliard) : Dita Parlo, actrice.
Lycée technique Alain Colas (Nevers) : Aspirante Lisette, résistante.
Collège Pasteur (Saint-Rémy) : les tirailleurs algériens.
Lycée Pré Saint Sauveur (Saint-Claude) : Rosine Schiari, résistante.
Lycée les Haberges (Vesoul) : Enzo Franchi, marchand ambulant.
Pour voir les films, des ciné-rencontres sont organisées dans la région. Infos sur lesfabriquescitoyennes-bfc.fr

Habits responsables


février 2019
A Besançon, l'organisme de psychiatrie citoyenne les Invités au festin ont ouvert une nouvelle boutique de vêtements neufs responsables et solidaires : «Fil&Cie, boutique porteuse de sens» rassemble des marques de vêtements engagées et des accessoires upcyclés fabriqués sur place. S'ajoutant aux autres activités d’insertion sociale et citoyenne de personnes en souffrance psychique, elle permet de créer des emplois pour ces personnes en proposant au public des jeans en coton bio, des créations "Made in sens" et des produits textiles issus de récupération. Boutique ouverte 42 rue de Belfort du mardi au samedi. +infos

Restos du coeur


janvier 2019
Jusqu'au 31 mars, la carte Avantages jeunes invite ses détenteurs à aider les plus démunis en faisant un don matériel aux Restos du coeur. Un double geste puisque ce don (jeu, jouet, equipement pour bébé, soin du corps, vêtement enfant) sera accompagné de repas financés par le Crédit Mutuel et la Région Bourgogne-Franche-Comté.
Voir tout