mai 2018

La culture dans l’agriculture

Les élèves des lycées agricoles ont des cours d’éducation socioculturelle qui passent par la pratique artistique. En avril, certains étaient venus de toute l’académie à Montmorot pour montrer leurs réalisations.
Photo Yves Petit
La culture dans l’agriculture La culture dans l’agriculture La culture dans l’agriculture

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Le projet s’appelle "Cartographier l’intime". Les élèves participant ont dû élaborer un autoportrait au moyen de dessins et de textes, en se basant sur un paysage qui leur plaisait, en se référant à leurs "paysages intérieurs" et en laissant vagabonder leur imagination. Un sujet qu’on peut s’attendre à voir proposer en école d’art. Mais les élèves qui s’en sont emparés cette année viennent des lycées agricoles de Plombières-les-Dijon et de Dannemarie-sur-Crête. Ils ont travaillé sous l’égide de leurs professeurs d’éducation socio-culturelle et de deux artistes lyonnais, Géraldine Trubert et Raphaël Patout. «Nous avons passé 5 jours avec eux relate ce dernier. Nous leur avons imposé le format et le noir et blanc pour qu’ils se concentrent sur le fond. Et nous avons vu des élèves dont on pourrait penser qu’ils ne sont pas forcément à l’aise avec l’art se laisser aller à l’expérimentation et à la radicalité».
Exposé, le résultat formait l’un des quinze projets d’élèves présentés le 24 avril au lycée de Montmorot dans le cadre des Rencontres culture(s) et territoire, regroupant 11 des 21 lycées de l’académie.

   "Initiation, enrichissement, émulation"

Tous les lycéens agricoles ont des profs d’éducation socioculturelle et suivent des cours d’éducation artistique pendant leur cursus. En terminale, ils travaillent avec des artistes et expérimentent une pratique. «C’est une matière propre à l’enseignement agricole depuis 70 ans explique Guillaume Thibault, animateur régional du réseau des professeurs d’éducation socioculturelle ("la Belle FaBriC") et lui-même enseignant de cette discipline. A l’époque, la volonté était d’apporter une ouverture culturelle à des élèves issus en totalité du monde agricole».
Ce cours est aujourd’hui l’occasion pour eux de découvrir le monde artistique, côtoyer des artistes, voir des œuvres, acquérir des connaissances et vivre une expérience de création. Il fait l’objet d’un contrôle continu tenant compte du «chemin parcouru, de l’investissement dans le projet, du regard critique»
«Il faut remercier les précurseurs de l’éducation socioculturelle qui n’avaient pas tort dans leur démarche estime Hubert Martin, chef du service régional de la formation et du développement de la Draf (1). Cela apporte une richesse et un complément aux autres disciplines, cela crée également un lien. C’est une source d’initiation, d’enrichissement, d’émulation pour les élèves».
On ne le sait pas beaucoup. L’enseignement agricole est plutôt connu pour ce que décrit avec une fierté légitime Dominique Roulin, proviseure de l’établissement de Montmorot : «nous possédons une véritable exploitation et les élèves apprennent leur métier dans des ateliers d’application lait, viande, poulet, maraîchage biologique et, c’est plus rare, viticole». La culture n’est pas primordiale mais elle est présente.

   "Châteaux en Espagne"

«Au départ, ils n’ont pas le choix du domaine qu’ils vont découvrir car ce serait compliqué à organiser reprend Guillaume Thibault. Et même si certains peuvent se braquer à l’idée d’aborder la danse, par exemple, en général tout se débloque lors de la rencontre avec l’artiste» souligne-t-il.
Toutes les pratiques sont envisageables. Lors de la journée de Montmorot, les présentations des élèves abordaient le land art, la sculpture musicale, le cirque, la photographie, les arts plastiques, la vidéo, la danse, l’écriture, le théâtre, la musique. Ils regroupaient des élèves fiers de présenter leurs créations. Certains en représentation en public comme ceux du lycée de Valdoie venus exposer leur travail en atelier d’écriture et chant nommé "Inventons le bonheur !". Pas si évident pour des élèves censés se spécialiser dans la vente en animalerie et produits de jardin. Et non préparés à affronter le trac d'une représentation en public. «Au départ on a été surpris, on ne s’attendait pas à devoir chanter» admettent-ils. Non seulement ils l’ont fait, mais en écrivant leurs propres textes avec l’aide de Ludivine Faivre, auteure, compositrice, interprète. Des écrits personnels mais aussi une chanson collective, "Châteaux en Espagne" au refrain en forme de dévoilement intime : «Voici nos châteaux en Espagne / Là où nos rêves sont des montagnes / Que l’on gravit grâce à l’espoir / Tous les rêves arrivent à point / Il faut s’en donner les moyens / C’est à nous d’écrire notre histoire». 
Pour la Drac (2) et le Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté, qui financent également, cette manifestation va au-delà du seul aspect enseignement. «La possibilité de se confronter aux artistes et aux pratiques culturelles est aussi un projet de société» estime Patrick Demange, conseiller d’éducation artistique à la Drac. «La culture dans les lycées n’est pas obligatoire mais nous pensons que c’est important résume Stéphane Guiguet, vice-président du Conseil régional délégué aux lycées. Nous soutenons de nombreux dispositifs permettant d’infuser la culture, car elle permet de développer un esprit critique, d’avoir un regard lucide, d’analyser, de s’ouvrir sur le monde, de mieux le comprendre, d’acquérir des connaissances et des compétences».

Stéphane Paris
En photo
1 - Elèves de l'atelier écriture et chant "Inventons le bonheur !" (bac pro, lycée de Valdoie).

2 - De g. à dr., Emilie Fontaine (lycée agricole de Montmorot), Patrick Demange (Drac), Hubert Martin (Draaf) et Stéphane Guiguet (Conseil régional) découvrent l'expo photo "Portraits de métiers" réalisée par les secondes pro du lycée viticole de Davayé.

3 - Antoine (lycée de Dannemarie-sur-Crête), Camille, Laure et Eduardo (lycée de Plombières-les-Dijon), participants du projet "Cartographier l'intime".

Notes
(1) Direction régionale de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Forêt
(2) Direction régionale des Affaires culturelles

Retour

Réactions sur la news

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Plan santé


septembre 2018
Le gouvernement annonce une réorganisation des formations de santé. Mesure la plus importante, la suppression dès 2020 du numerus clausus qui insituait depuis 1971 un quota d'étudiants autorisés à passer en 2e année. Mais la sélection ne sera pas annulée pour autant : un numerus apertus définira un nombre minimal de places que les universités pourraient faire varier à la hausse en fonction de leurs capacités et des besoins locaux. Des procédures sélectives en fin de 1re, 2e et 3e annéesseront installées dans le cadre de la création de nouvelles licences universitaires pour maintenir «l’excellence de la formation des étudiants». Parmi les autres mesures du plan santé figure la création de 4 000 postes d’assistants médicaux pour aider les médecins à préparer les patients, prendre en charge des actes simples ou assurer le suivi des rendez-vous.

CQP animateur périscolaire


septembre 2018
Le certificat de qualification professionnelle est une qualification de la branche professionnelle de l’animation, inscrit au répertoire national des certifications professionnelles. Le CQP valide une des 4 UC du BPJEPS loisirs tous publics. Ce certificat permet à son titulaire devenir animateur et animatrice dans le cadre d’associations de jeunesse, d’éducation populaire ou de sport, de collectivités publiques, de regroupements inter-communaux, de secteur marchand ou de l’économie solidaire. Dans la région, les Ceméa, proposent une formation pour obtenir ce CQP : 217 heures en centre de formation et 200 heures en structure d'alternance, à partir du 15 octobre à Besançon ou Dijon. Renseignements, Ceméa de Bourgogne Franche-Comté, 18 rue de Cologne, BP 117, 25013 Besançon Cedex, 0381813380.

Ecole de la 2e chance


mars 2018
L’Ecole de la deuxième chance du Territoire de Belfort a pour objectif d'aider les jeunes sortis du système scolaire sans qualification à s'insérer dans la société et à trouver un emploi durable. Chaque jeune bénéficie d'un accompagnement personnalisé pour construire son projet professionnel qui est le fil conducteur d'un programme de formation se déroulant en alternance entre l'école et l'entreprise. L'Ecole accueille des filles et des garçons de 18 à 25 ans sans qualification professionnelle, sortis du système scolaire depuis plus d'un an, motivés pour changer leur situation actuelle. Infos E2C90, 17 bis faubourg de Lyon, 90000 Belfort (03 84 27 58 67, e2c90.org).

Résultats des lycées


mars 2018
L'Education nationale a mis en ligne le classement des lycées en fonction de la réussite au bac mais aussi du parcours scolaire des élèves dans les établissements. L'idée est en effet d'évaluer la capacité d'une école à accompagner les élèves et à leur apporter connaissances, méthodes, etc. Le ministère prend soin de préciser que «si un lycée présente une valeur élevée pour un indicateur, c’est peut-être dû au fait qu'il a reçu de bons élèves, dotés de bonnes méthodes de travail, qui ont pu obtenir le baccalauréat sans effort particulier de sa part». Cela dit, les résultats sont consultables ici.

Recrutement pour la banque


mars 2018
Le CFPB, école supérieure de la banque, annonce 230 postes de formation en alternance à pourvoir dans la région (Besançon, Belfort, Dijon, Mâcon, Auxeerre), et 3000 en France. Ouverts aux moins de 30 ans de niveaux bac à bac+4, ils permettent de préparer BTS, licence pro ou master et de devenir conseillier clientèle, chargé d'affaires, conseiller patrimonial. Infos.
Voir tout