décembre 2017

L’Amérique à portée de clic

Depuis le mois de juin, "la Maison de l’oncle Sam" importe et vend des produits des Etats-Unis. Uniquement par internet.
Photo Laurent Cheviet
L’Amérique à portée de clic

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Pour lancer leur commerce, Anne et Vincent Charles ont choisi la vente en ligne, exclusivement. Pour une simple raison : c’est plus facile que d’ouvrir une boutique "en dur". «L’e-commerce est pratique, modulable, permet de travailler chez soi résume Vincent. C’est plus simple pour débuter. On n’a pas besoin de chercher un bon emplacement pour un local avec vitrine, ni d’un gros investissement. La clientèle est potentiellement plus vaste. Ouvrir un magasin dans le bassin de Besançon serait beaucoup moins évident». Seule nécessité, la location d’un box pour le stockage des marchandises. Mais attention, s’il constate des commandes venant d’endroits très divers, France comme Belgique, Vincent a bien conscience que tout n’est pas rose dans le monde de l’e-commerce. Cela reste une entreprise (SARL en l’occurrence) avec tous les impératifs que cela induit. «La com, c’est compliqué et cher, beaucoup plus que ce que l’on pensait. Le référencement, Google, Facebook, ce sont des batailles. Pour se faire connaître et décoller, ce n’est pas évident. On dit que 40 % des achats se font sur internet, mais ce sont les grosses enseignes qui en profitent. On est en concurrence avec des gros sites qui peuvent se permettre d’offrir les frais de port. On retrouve un peu le même problème que celui des petits commerçants par rapport à la grande distribution».

   Passion pour les Etats-Unis

S’ils découvrent le "numérique", ils ont l’expérience de l’entreprise, après avoir tenu une franchise Subway à Besançon pendant 7 ans. «Mais nous ne voulions pas repartir sur une franchise. Nous voulions vraiment quelque chose qui nous appartienne et nous permette d’allier travail et passion».
Leur passion commune, c’est les Etats-Unis. Au cours de plusieurs voyages, ils les ont sillonnés en long et en large. «Nous avons été élevés avec le culte de la culture américaine, alors nous voulions voir de nos propres yeux. On n’est pas fans des grandes villes mais on aime cette culture foisonnante, les paysages incroyables et diversifiés et notamment les grands parcs, que nous adorons. La dernière fois, en rentrant, on s’est posé la question de faire quelque chose là autour et l’idée est venue de créer ce site de vente de objets des Etats-Unis». 
C’est l’autre spécificité de "la Maison de l’oncle Sam" : elle ne vend que des produits estampillés US – avec peut-être une extension prochaine au Canada, «mais ça reste l’Amérique du nord». Le site propose des produits dans une vingtaine de catégories, de l’épicerie aux objets décoratifs en passant par la quincaillerie, la papeterie ou les jeux. Les plus vendus : mugs pot d’huile, couteaux Old Hickory, décapsuleurs. «La tendance est au vintage. Il y a aussi une forte demande en alimentation, mais c’est un peu plus problématique à faire venir. Il faudrait un grossiste en France».
Tous les produits sont fabriqués artisanalement par des indépendants. Anne et Vincent tiennent à un certain nombre de valeurs. Les notions de mode de vie durable, d’entreprise sociale, de philanthropie ou de respect de l’environnement apparaissent sur le site. «On tient vraiment à des petits objets en petite série, mais ce n’est pas évident car ce n’est pas ce qui est le plus demandé. Les gens cherchent plutôt les grandes marques symboliques de l’Amérique».
En complément du numérique, "la Maison de l’oncle Sam" va participer à des événementiels, comme prochainement le salon vintage de Micropolis (20 et 21 janvier). «Pourquoi pas des boutiques éphémères de temps à autre ? Je pense que les magasins en dur ont encore des beaux jours. Les gens aiment bien voir et toucher le produit concret».
Pour l’instant, la prochaine étape est  le Québec où Anne et Vincent comptent se rendre prochainement pour trouver des fournisseurs en phase avec leurs idées. Histoire de diversifier leurs produits.

S.P.
En savoir plus
lamaisondelonclesam.com

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Installations agricoles


octobre 2018
En Bourgogne-Franche-Comté, on recense environ 850 installations annuelles. Parmi elles, 350 sont le fait de femmes. Pour avoir un ordre d’idée, entre 2010 et 2014, 1300 agricultrices se sont installées à titres principal ou secondaire dans la région.

Transmission agricole


octobre 2018
Les chambres d’agriculture accompagnent la transmission d’exploitation. Le répertoire départ installation met notamment en relation exploitants et porteurs de projets. Pour ces derniers, les offres sont recensées sur repertoireinstallation.com. L’objectif est de favoriser la transmission plutôt que l’agrandissement et le renouvellement des générations (à l’heure actuelle, il varie entre 60 et 70 %). L’accompagnement réalisé vise également à mettre en adéquation les projets. Celle-ci passe par exemple par un stage de parrainage au sein de l’exploitation à reprendre.

Agriculture : aides aux jeunes


octobre 2018
La dotation jeunes agriculteurs  est une aide dont le montant est fixé au niveau régional (en moyenne en France, 27400 euros en 2017). Elle s’adresse aux agriculteurs de moins de 40 ans qui s’installent. Ces derniers bénéficient également d’exonération partielle et dégressive des cotisations sociales durant 5 ans et d’un accompagnement. Pour tout savoir sur les aides à l’installation, c'est ici. Pour constituer un dossier, s’adresser au point accueil installation de votre département.

Création d'entreprises et d'emplois


mars 2018
Initiative France, réseau d'incitation et d'aide à la création et à la reprise d'entreprises, publie son bilan 2017 : 16416 entreprises financées, 43128 emplois créés ou sauvegardés.  En Bourgogne-Franche-Comté, 2391 projets et 2536 emplois. A noter que 57 % des bénéficiaires d'un prêt d'honneur étaient des demandeurs d'emploi.

Formation Managea pour créateurs d'entreprises


décembre 2017
La Chambre de métiers et de l’artisanat de Franche-Comté propose aux porteurs de projet la préparation des fondements de leur future entreprise et l’acquisition des compétences pour devenir un dirigeant efficient. La formation Managea aborde la création d’entreprise dans sa globalité, de l’étude de marché en passant par le business plan et la stratégie commerciale, pour permettre aux futurs dirigeants d’avoir un projet abouti. Comptabilité, fiscalité, droit du travail, informatique, formes juridiques, construction et étude financière du projet, gestion d’entreprise et management sont également étudiés. Les cours auront lieu du 15 janvier au 23 février à la Chambre de métiers et de l’artisanat, à la Nef aux métiers, 101 rue de Vesoul à Besançon. Renseignements, 0381213527 ou h.bibi@artisanat-comtois.fr
Voir tout