juin 2017

«Le digital ne remplace pas l’humain, mais propose un complément»

Ichem Belakri est conseiller et ambassadeur du digital. Il explique la politique de Pôle emploi dans ce domaine.
Photo Laurent Cheviet

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
En quoi consiste le rôle d’ambassadeur du digital ?
Dans chaque agence, nous sommes 1 ou 2 à avoir ce rôle. Il s’agit de développer la culture numérique auprès des demandeurs d’emploi et surtout de nos collègues. On a pris un virage numérique avec emploi store, il faut que chacun puisse s’en servir au mieux. Il y a des services adaptés, Mooc, serious games… qui permettent de s’adresser aux personnes averties comme à celles qui sont en difficulté avec cette culture numérique. Et cela commence dès l’inscription puisqu’elle se fait en ligne. Mais ces services digitaux demeurent des compléments du service "humain à humain".

L’objectif est de gagner du temps ?
Oui mais pas seulement. Tout le monde a pris ce virage numérique, toute l’offre d’emploi est en ligne et pour un demandeur d’emploi, il est nécessaire d’être autonome et réactif. Aujourd’hui, le délai est court. Un chef d’entreprise peut poster une offre à 18 h et avoir 30 candidats le lendemain. Il faut savoir mettre un CV en ligne, il faut être capable de répondre à un entretien en ligne. Nous proposons d’ailleurs des simulations. On peut tout faire en virtuel chez soi. Même si, je le répète, pour approfondir, il faut un conseiller emploi.

Abordez-vous l’image qu’on laisse sur le net ?
J’anime des ateliers 2.0 tous les 15 jours en vue d’une acculturation au digital. On peut tout aborder, l’utilisation d’emploi store comme facebook ou les réseaux sociaux professionnels. On parle de linkedin, viadéo, de ce que l’on peut y mettre et surtout de confidentialité. Les recruteurs vont sur google, sur facebook alors quand on crée un compte, il faut faire attention à l’image qu’on laisse.

Quid d’Emploi store ?
Il a été créé en juillet 2015 avec 100 applications. Aujourd’hui, il y en a beaucoup plus avec de nombreux partenaires. Il a la vocation d’être complet sur la recherche d’emploi. Il inclut de nombreux tutoriels mais il est aussi conçu pour qu’il n’y ait pas besoin d’être ingénieur en informatique pour s’en servir. Au contraire, il doit simplifier les choses. Par exemple "la bonne formation" permet de trouver rapidement une formation par secteur géographique et/ou domaine professionnel, avec un onglet permettant de connaître les financements possibles. "La bonne boîte" est également une appli qui marche très bien puisqu’elle permet d’optimiser l’envoi de candidatures spontanées : elle indique le potentiel d’embauche des entreprises et les adresses mail des recruteurs. Des informations qui étaient plus compliquées à trouver avant. Avec Emploi store, celui qui maîtrise peut aller très vite.

Il est donc avantagé.
Non car ces outils ne remplacent pas les conseillers. Nous répondons à tout le monde, quelle que soit la situation. Sur le plan numérique, on s’attarde moins avec une personne qui maîtrise. On apporte plus à une personne en difficulté dans ce domaine, en contribuant à la former à ces outils.

Recueilli par SP
Retour

Réactions sur la news

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Trouver un emploi


juin 2017
Selon l’enquête menée en octobre/novembre 2016 par Pôle emploi, 18 % des emplois ont été trouvés directement grâce à un outil numérique (12 % par une offre d’emploi déposée sur internet, 2 % par candidature spontanée, 2 % par les réseaux sociaux, 2 % par dépôt de CV en ligne). Les deux principales solutions pour trouver un emploi restent la sollicitation du réseau personnel (37 %) et le placement pas un intermédiaire du marché du travail (26 %).

Outils numériques


juin 2017
D’après une enquête Pôle emploi / Ifop de janvier 2017, 88 % des demandeurs d’emploi utilisent les outils numériques, que ce soit pou trouver des offres, s’informer sur le marché du travail, améliorer leur technique de recherche ou se former.
Sur ceux qui n’utilisent pas du tout internet, la moitié disent soit avoir des problèmes d’accès techniques, soit ne pas savoir comment s’en servir, soit avoir des problèmes de compréhension écrite.

Des perspectives dans la banque et l'assurance


mars 2017
D'après l'Insee, le domaine banque et assurances vit un essor qui offre des perspectives aux jeunes diplômés : en Bourgogne-Franche-Comté, 9000 actifs partiront en retraite entre 2010 et 2020. Ces départs du marché du travail constituent des opportunités de carrière pour les jeunes formés en finance, banque, gestion, commerce et vente. Diplômés du supérieur pour la plupart, ils débutent le plus souvent leur carrière en tant qu'employés ou techniciens. Bien que plus diplômés que leurs aînés, ces jeunes actifs accèdent rarement aux emplois plus qualifiés de cadre en début de carrière, les promotions en interne étant fréquentes dans ce domaine professionnel.

Mobilité et emploi


mars 2017
Selon le cabinet Elabe et les résultats de l’étude "mobilité et emploi", les populations les plus jeunes et socialement les plus fragiles (faible niveau de diplôme et faibles revenus) sont les plus touchées par les problèmes de mobilité et d’accès à l’emploi : respectivement 43 % et 46 % des 18-24 ans déclarent avoir renoncé à un entretien (embauche ou recherche d’emploi) et avoir refusé un travail ou une formation, faute de pouvoir s’y rendre. Globalement, près d’un Français sur cinq (19%) déclare avoir déjà renoncé à se rendre à un entretien d’embauche ou dans un structure d’aide à la recherche d’emploi parce qu’il ne pouvait s’y rendre.


Filière numérique


novembre 2016
Selon le baromètre "People in tech", le secteur des nouvelles technologies va recruter 10 000 personnes en 2017.
Voir tout