janvier 2019

Le Dijon Saiten, la culture nippone en Bourgogne

Fans de mangas, dessinateurs, cosplayeurs ou simples amateurs… tous se réunissent chaque année à ce festival bien connu des amoureux de la culture japonaise.

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
C’est depuis 2005 que le festival organisé  par l’Adma (Association pour la découverte du manga et de l’animation)  fait rayonner le campus dijonnais. Un programme chargé très caractéristique : dédicaces de youtubeurs connus, venues d’artistes japonais pour des concerts rocks endiablés, conférences de speed painting… Sa plus grosse particularité ? Ouvert non-stop du samedi matin au dimanche soir avec des animations aussi organisées la nuit : amusement garanti !
Une vingtaine d’exposants, présents à l’occasion de l’édition 2017, ont pu vendre et présenter leurs produits faits main que sont des goodies, des dessins, des peintures… dans un pôle entièrement réservé à la promotion de créations amateurs ou professionnelles avec dles artistes et boutiques partenaires venant principalement de Dijon et ses alentours.
«Notre principal but est de diversifier et de mélanger les arts et les univers. Notre festival reste très ouvert sur le monde japonais, mais tend de plus en plus à s’ouvrir à d’autres horizons» explique Anaïs Gérard, trésorière de l’association.
Fort de son succès, le festival a quintuplé le nombre d’entrées depuis sa création, comptant aujourd’hui près de 3600 visiteurs.

   Une association impliquée pour ses étudiants

L’Adma compte aujourd’hui parmi les centaines d’associations labellisées de l’Université de Bourgogne. «Elle est gérée par les étudiants, pour les étudiants. Nous organisons ponctuellement des évènements permettant une cohésion certaine entre les membres, où chacun peut prendre des initiatives et participer à la vie de l’association» poursuit la trésorière.
Chaque mois se déroulent des activités à la maison de l’étudiant, participant ainsi au dynamisme associatif : karaoké, manga café, lecture et découverte de mangas, jeux de rôle … dans une ambiance chaleureuse.
D’autres projets, plus ou moins conséquents, sont prévus au cours de l’année scolaire, comme une «Japan party et arts manuels», où de nombreux savoir-faire et arts japonais sont transmis, dont l’art de tresser ou encore d’emballer des objets de manière originale. Des pratiques à la portée de tous, enseignées lors de l’évènement.
Amateurs, passionnés, ou simples curieux sont les bienvenus, là où le partage reste le maître-mot. L’objectif est avant tout de fédérer les étudiants autour de la culture asiatique et de leur en transmettre le goût.
«L’association et le festival ont permis à beaucoup d’entre nous de découvrir de nouveaux univers, parfois inconnus de certains, et de s’initier à ceux-ci, jusqu’à ce que cela devienne une véritable passion. Pour ma part j’ai découvert la K-pop, je ne m’en lasse plus !» s’ enthousiasme Anaïs Gérard.
Fort de son succès, le Dijon Saiten, reviendra en octobre 2019, avec de nouvelles programmations, pour le plus grand bonheur des amateurs.

Cyrielle Le Houezec
En savoir plus
dijon-saiten.fr

facebook

twitter

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Rassemblements geeks


janvier 2019
Principaux événements dans la région :
En février : Necronomi'con (2 et 3 à Andelnans), Troll penché (16 et 17 à Sevenans), Migennes collector (23 et 24). En mars : Kamo Con (23 et 24 à Dijon). En avril : Légendaria (6 et 7 à Dijon), Sayonne'ara (12 et 13 à Sens). En mai : Ludinam (3 au 5 à Besançon), Bloody week-end (du 31 mai au 2 juin à Audincourt). En juin : Gamers gathering (29 et 30 à Dijon). En août : Otak'est (24 et 25 à Pontarlier). En septembre : Little Jura geek parc (14 et 15 à Dole). En octobre : Dijon Saiten. Auxerre galactic days (19 et 20). En novembre : A little country of (2 et 3 à Charnay-lès-Mâcon), Retrogeek festival (à Vesoul).

Cosplay


janvier 2019
Contraction de costume et play, la pratique est née aux Etats-Unis, à la fin des années 30 lorsque le premier cosplayer a fait un costume d’homme de l’espace. Aujourd’hui, elle consiste à jouer le rôle d’un personnage issus de mangas, de films, de jeux vidéo, de comics voire de la réalité en adoptant leurs habits, leurs cheveux, etc. La pratique a été relancée et démocratisée par le succès des mangas ou de Star Wars, deux des principaux pourvoyeurs d’inspiration cosplay.
Voir tout