avril 2019

Le jardin, tout un art !

À Belfort, les étudiants de l’école d’art Gérard Jacot entretiennent un jardin sur les fortifications de la ville. Intégré dans leur cursus de formation, ce module ouvre une réflexion autour d’enjeux très contemporains.
Photo Pauline Moiret-Brasier

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Tout a commencé avec des soucis ! Enfin, non… Au préalable, les étudiants ont planté des pois-chiches, des oignons, du houblon, de la vigne et délimité une parcelle maraîchère où poursuivre le travail. Il faut respecter le cycle de la nature. C’est même le point-clef de cet atelier au jardin qui a été imaginé à la suite de la journée nationale du développement durable dans les établissements supérieurs. «Lors de la pratique, j’ai constaté que les étudiants se demandaient à quelle profondeur planter les graines. Je me suis dit qu’il fallait repartir depuis le début : qu’un projet de jardin était indispensable dans un cursus de formation universitaire, ne serait-ce que pour un accomplissement intellectuel», explique Pauline Gillard, intervenante et responsable pédagogique des jardins suspendus de l’école d’art Gérard Jacot.

   Enjeux esthétiques
   et développement durable


L’intérêt est double pour ces étudiants en arts plastiques, visuels et graphiques. «Cela les amène à considérer le vivant comme une matière artistique à part entière», poursuit-elle. Le projet s’ouvre en effet sur des enjeux esthétiques, tels que l’étude des couleurs, des formes, des volumes, l’intégration dans l’environnement. Il devient ainsi le terreau d’une réflexion beaucoup plus large. Suspendu aux fortifications militaires de Vauban sur une surface de 1200 m², le jardin de l’école d’art fait en effet partie intégrante de la ville, de son histoire et de son développement. «On saisit l’opportunité de cette situation urbaine pour sensibiliser aux enjeux environnementaux, interroger notre rapport à l’alimentation, à la nature, à l’agriculture.» Aux étudiants, ensuite, d’en prendre de la graine.

Pauline Moiret-Brasier
Ecole d’art Gérard Jacot
L’Ecole d’art de Belfort est une classe préparatoire aux écoles supérieures d’art (inscription hors parscours sup). Elle dispose de 1900 m2 d’espaces de cours et d’ateliers affectés aux pratiques et à l’enseignement des arts plastiques, d’une bibliothèque et d’espaces d’exposition. Sur la base d’un principe fondamental d’accès aux pratiques artistiques et culturelles pour tous publics, elle offre également des formations couvrant les domaines des arts plastiques et des arts graphiques autour d’ ateliers d’initiation et de pratique artistique ouverts à tous publics volontaires (jeunes publics et adultes) et de formations professionnelles conventionnées par la Région Bourgogne – Franche-Comté. Ces activités bénéficiant à environ 550 élèves par an s’accompagnent d’événements conçus comme autant de supports aux pédagogies mises en œuvre : présentation d’expositions d’art contemporain, rencontres avec des artistes, cycles de conférences, cours d’histoire de l’art, voyages d’étude et visites d’importantes expositions nationales et internationales.
ecole-art-belfort.fr

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Licence pro chef de projet touristique


avril 2019
Le Cnam (conservatoire national des arts et métiers) Bourgogne-Franche-Comté prévoit d'ouvrir une licence professionnelle chef de projet touristique à la rentrée 2020. Ouverte aux bac+2 diplômé ayant un projet professionnel motivé, elle se déroulera au lycée Charles Nodier, à Dole. Pour tout savoir.

Appui de la Région au service civique en milieu rural


mars 2019
Un constat : moins de 10 % des missions de service civique se déroulent en milieu rural. Dans l’optique d’améliorer ce taux, la Région Bourgogne-Franche-Comté a décidé d’apporter son soutien au développement du dispositif dans les zones rurales. Il se traduit par une aide aux communes de moins de 3500 habitants, aux structures intercommunales de moins de 50 000 habitants et aux associations qui y sont implantées : 400 euros pour l’élaboration d’une mission puis 27 euros par mois et par volontaire (soit 25 % de l’indemnité versée par les structures d’accueil aux jeunes volontaires). De la sorte, le Conseil régional apporte son appui à la fois à la jeunesse et aux territoires ruraux.
Les organismes intéressés peuvent se rendre sur bourgognefranchecomte.fr/servicecivique ou contacter le 0363642058

Journées portes ouvertes de l'apprentissage


février 2019
Pour mieux faire comprendre les réalités de l’apprentissage, chaque année, les centres de formation pour apprentis de la Région ouvrent leurs portes en même temps. Organisée le 16 mars, la journée 2019 rassemble 48 CFA qui proposent des formations dans 23 grands domaines, de l’agriculture au transport en passant par des spécialités peut-être moins connues : analyse laboratoire, maintenance, traitement de l’eau, services administratifs, etc. Pour les jeunes qui cherchent une orientation, cette date est à cocher : il ne coûte rien de s’informer. Infos ici.

France 3 et jeunes agriculteurs


octobre 2018
Alice Cunchon et Caroline Guignard font partie des 8 étudiants agricoles suivis au long de leur cursus par Isabelle Brunnarius, journaliste de France 3, dans le cadre d’un documentaire programmé pour 2019. Tourné avec des jeunes de Levier et Dannemarie-sur-Crête, il sera accompagné d’un livre et d’une expo photo. Pour Alice, «il est important pour nous de parler d’agriculture et d’agroécologie. Notre génération est à un tournant». «On nous a suivis pendant 2 ans en cours, chez nous, en stage relate Caroline. C’est intéressant pour faire connaître notre métier et nos études».

Plan santé


septembre 2018
Le gouvernement annonce une réorganisation des formations de santé. Mesure la plus importante, la suppression dès 2020 du numerus clausus qui instituait depuis 1971 un quota d'étudiants autorisés à passer en 2e année. Mais la sélection ne sera pas annulée pour autant : un numerus apertus définira un nombre minimal de places que les universités pourraient faire varier à la hausse en fonction de leurs capacités et des besoins locaux. Des procédures sélectives en fin de 1re, 2e et 3e années seront instaurées dans le cadre de la création de nouvelles licences universitaires pour maintenir «l’excellence de la formation des étudiants». Parmi les autres mesures du plan santé figure la création de 4 000 postes d’assistants médicaux pour aider les médecins à préparer les patients, prendre en charge des actes simples ou assurer le suivi des rendez-vous.
Voir tout