décembre 2016

L’enseignement privé recrute

Un besoin constant et peu de candidatures. Les titulaires d’une licence peuvent postuler toute l’année à des postes de remplaçants. De la maternelle au BTS.
Photo Laurent Cheviet
L’enseignement privé recrute

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
L’enseignement catholique a besoin d’enseignants. A condition d’avoir une licence, il est possible d’être recruté très rapidement. «Toute l’année, nous cherchons des gens pour remplacer les personnes malades ou celles qui partent en formation. En général, j’ai 2 à 3 postes à pourvoir par semaine et parfois, je dois trouver plusieurs personnes d’un coup. Par exemple, fin novembre, 12 enseignants sont partis en formation en même temps» explique Isabelle Faivre, chargée du recrutement dans l’enseignement catholique. «Il m’arrive de devoir trouver quelqu’un pour le lendemain, quand ce n’est pas le matin même». Dans certains cas, mi-novembre, des élèves n’avaient encore pas pu aborder certains cours. Un problème national selon elle. «On le sent depuis plusieurs années. Mais l’an dernier et cette année, c’est devenu vraiment compliqué. Il y a un moment que c’est tendu en maths et en sciences. Désormais cela se généralise au français, aux langues. Aucune discipline n’est épargnée». Pas évident à expliquer, même si Isabelle Faivre pense que «les jeunes sont de moins en moins motivés par ce métier, qui, il faut le dire, n’est pas assez valorisé. Une personne m’a dit qu’elle arrêtait parce qu’elle avait idéalisé la profession et qu’elle n’avait pas trouvé ce qu’elle attendait». Autre élément d’explication, les frais de déplacement ne sont pas remboursés. D’où la nécessité de trouver des personnes proches géographiquement. Pas évident pour les établissements loin des centres urbains.
L’académie de Besançon compte environ 2000 des 130 000 professeurs de l’école catholique en France, répartis en 130 établissements. Ils enseignent de la maternelle au BTS.  Pour postuler en maternelle et primaire, n’importe quelle licence suffit. A partir du collège, il faut qu'elle soit en rapport avec la matière enseignée et que la candidature soit validée par l’inspecteur d’académie, sur dossier et/ou entretien. «Ce sont des CDD mais qui peuvent être longs. Les temps pleins sont de 18 ou 27 h, donc il faut une disponibilité. Ce ne sont pas des jobs d’appoint».
Dès validation, le candidat peut se retrouver devant une classe. Formation ? «C’est directement sur le terrain, en étant fortement accompagné par le chef d’établissement et l’équipe enseignante. On peut aussi mettre la personne en contact avec le titulaire. Peut-être que la première journée ne va pas être évidente mais de toute façon, il faut bien commencer un jour. Nous n’avons jamais eu d’abandon parce qu’une personne s’était retrouvée face à une classe sans être aidée». Reste la question religieuse. «Il n’y a plus de prière dans nos écoles sourit Isabelle Faivre, mais nous avons des ateliers spécifiques autour de Noël et de Pâques. Ce n’est pas rhédibitoire : nous avons des enseignants d’autres religions, des athées. Dès l’instant où il y a respect, tout le monde a sa place».
Ces recrutements ont lieu tout au long de l’année, mais le statut demeure celui de remplaçant. «Nous incitons ces enseignants à passer le concours (1) pour devenir titulaires. Sinon, cela reste précaire et moins bien payé».



En photo
Estelle Guillaume, enseignante à l'école Ste-Colette à Besançon. L'académie compte 130 établissements privés.

(1)
Les conditions sont les mêmes que pour devenir prof dans l’Education nationale. Etre inscrit en master, obtenir le concours qui comporte les mêmes épreuves et le même jury et en cas d’obtention, passer une année de professeur stagiaire. Le choix du public ou du privé se fait au moment de l’inscription au concours. Autre différence, ceux qui sont reçus au concours du privé sont nommés dans l’académie.

Pour postuler
Envoyer CV et lettre de motivation à Isabelle Faivre, service de recrutement, Enseignement catholique, 20 rue Mégevand, 25000 Besançon
0381250191
En savoir plus :
devenir-enseignant.org 
diecfc.org

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Trouver un emploi


juin 2017
Selon l’enquête menée en octobre/novembre 2016 par Pôle emploi, 18 % des emplois ont été trouvés directement grâce à un outil numérique (12 % par une offre d’emploi déposée sur internet, 2 % par candidature spontanée, 2 % par les réseaux sociaux, 2 % par dépôt de CV en ligne). Les deux principales solutions pour trouver un emploi restent la sollicitation du réseau personnel (37 %) et le placement pas un intermédiaire du marché du travail (26 %).

Outils numériques


juin 2017
D’après une enquête Pôle emploi / Ifop de janvier 2017, 88 % des demandeurs d’emploi utilisent les outils numériques, que ce soit pou trouver des offres, s’informer sur le marché du travail, améliorer leur technique de recherche ou se former.
Sur ceux qui n’utilisent pas du tout internet, la moitié disent soit avoir des problèmes d’accès techniques, soit ne pas savoir comment s’en servir, soit avoir des problèmes de compréhension écrite.

Des perspectives dans la banque et l'assurance


mars 2017
D'après l'Insee, le domaine banque et assurances vit un essor qui offre des perspectives aux jeunes diplômés : en Bourgogne-Franche-Comté, 9000 actifs partiront en retraite entre 2010 et 2020. Ces départs du marché du travail constituent des opportunités de carrière pour les jeunes formés en finance, banque, gestion, commerce et vente. Diplômés du supérieur pour la plupart, ils débutent le plus souvent leur carrière en tant qu'employés ou techniciens. Bien que plus diplômés que leurs aînés, ces jeunes actifs accèdent rarement aux emplois plus qualifiés de cadre en début de carrière, les promotions en interne étant fréquentes dans ce domaine professionnel.

Mobilité et emploi


mars 2017
Selon le cabinet Elabe et les résultats de l’étude "mobilité et emploi", les populations les plus jeunes et socialement les plus fragiles (faible niveau de diplôme et faibles revenus) sont les plus touchées par les problèmes de mobilité et d’accès à l’emploi : respectivement 43 % et 46 % des 18-24 ans déclarent avoir renoncé à un entretien (embauche ou recherche d’emploi) et avoir refusé un travail ou une formation, faute de pouvoir s’y rendre. Globalement, près d’un Français sur cinq (19%) déclare avoir déjà renoncé à se rendre à un entretien d’embauche ou dans un structure d’aide à la recherche d’emploi parce qu’il ne pouvait s’y rendre.


Filière numérique


novembre 2016
Selon le baromètre "People in tech", le secteur des nouvelles technologies va recruter 10 000 personnes en 2017.
Voir tout