mars 2018

Les métiers de l’industrie ont de l’avenir

Les préjugés ont la vie dure. Pourtant, l’industrie est créatrice de richesse et porteuse d’avenir, qu’on se le dise ! Aéronautique, agroalimentaire, santé, énergies, luxe, lunetterie, microtechniques…, ces secteurs recrutent et les métiers sont sans cesse plus tournés vers le numérique. Mathieu Bauer, 31 ans, technicien de maintenance depuis 2 ans chez John Deere à Arc les Gray (70), détaille les atouts de son métier et les filières d’apprentissage.
Photo David Cesbron / Région Bourgogne Franche-Comté

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Pourquoi avoir choisi un métier dans l’industrie ?
J’ai choisi cette voie car c’est un secteur d’avenir qui offre de larges perspectives d’emplois : il recrute et les métiers y sont variés. La maintenance des parcs machines est complexe mais intéressante.

Quel est votre parcours et quelle formation avez-vous suivie ?
A l’arrivée au lycée, les choix sont parfois compliqués, entre lassitude des bancs de l’école et envie de bouger, de faire quelque chose de ses mains… Je me suis donc orienté vers les métiers de l’industrie, qui offrent la possibilité d’entreprendre un apprentissage avec un emploi à la clef. Entre devenir chaudronnier, électricien, électromécanicien, soudeur, agent de maintenance…, le choix est vaste.
J’ai effectué six années d’apprentissage, en commençant par le BEP électrotechnique. Puis j’ai fait un bac pro électrotechnique et enfin un BTS maintenance industrielle. Cela m’a permis de découvrir différents métiers, aussi bien dans le domaine du bâtiment que de l’industrie, et bien sûr d’avoir le statut d’étudiant et de salarié en étant rémunéré.

L’industrie supporte de nombreux clichés négatifs. Que diriez-vous à un jeune en recherche d’orientation pour le convaincre de se diriger vers les métiers de l’industrie ?
Je lui présenterais mon parcours. L’industrie n’est pas en crise ou en déclin comme certains peuvent le penser. Au contraire, c’est un secteur en pleine mutation. L’industrie recrute avec des profils recherchés très variés. Les nombreux départs en retraite dans les prochaines années devront être remplacés. J’entends souvent dire qu’on a du mal à trouver un technicien de maintenance dans l’industrie… Je conseille sans nul doute l’apprentissage à un jeune. C’est la voie royale vers un job. Cela permet de découvrir le secteur et de se spécialiser dans le domaine qu’il désire.

Parlez-nous d’une expérience réussie, une réalisation ou une mission particulière qui vous aurait été confiée et dont vous êtes fier…
Dans mon métier, je dirais que chaque jour est une expérience réussie : rechercher des pannes, comprendre le pourquoi, remonter le fil et faire repartir la machine, c’est gratifiant. C’est une fierté personnelle. Des opérations de maintenance sont nécessaires au quotidien, du changement d’un simple capteur à un recalage d’un robot dû à une collision... Ou plus grave encore, le changement d’un axe robot, qui est une tâche délicate.

Est-ce que la réalité du métier correspond à ce que vous imaginiez ?
Oui, cela correspond à mes attentes et à ce que j’ai appris. Je remarque juste que la technologie progresse et que les systèmes sont de plus en plus complexes et nécessitent bien souvent une formation complémentaire en robotique. L’outil informatique est de plus en plus indispensable pour communiquer avec les machines. On constate que l’industrie est entrée dans une nouvelle ère, pendant laquelle le technicien de maintenance pourra s’épanouir largement.
Tous IN'dustrie
La Région lance le 28 mars une campagne destinée à valoriser les métiers de l’industrie. Des spots seront diffusés dans  198 salles de cinéma de Bourgogne-Franche-Comté jusqu’au 10 avril. Des affiches habilleront les murs des collèges, des lycées, des missions locales et des agences pôle emploi. Outre une présence sur Facebook et Youtube, les filières seront présentées sur une page web, avec des portraits vidéos et photos des jeunes, d’adultes et de chefs d’entreprise.
«Notre première responsabilité, avant même de financer des formations, est de faire de la sensibilisation aux métiers de l’Industrie. L’entreprise d’aujourd’hui n’est plus celle de Zola. Belle et lumineuse, elle innove, se numérise et crée de l’emploi ! Il faut convaincre les parents, les professeurs et les jeunes qu’il y a un avenir dans ces métiers. C’est notre combat en Bourgogne-Franche-Comté.»
Marie-Guite Dufay, présidente de la Région Bourgogne-Franche-Comté.
Plus d’infos sur bourgognefranchecomte.fr

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Métiers et bien-être


mars 2018
La Dares (service études et statistiques du ministère du Travail) vient de publier une enquête "travail et bien-être psychologique" où les professions sont évaluées à partir de 34 variables comme la pénibilité mais aussi l'autonomie, le soutien, la reconnaissance, les conflits éthiques... Bilan : ingénieurs informatique, cadres des transports et de la logistique, employé des services, cadres des services administratifs, personnels d'études et de recherche seraient les 5 métiers les plus favorable au bien-être psychologique. Cuisiniers, employés de l'hôtellerie et de la restauration, aides-soignants, bouchers et boulangers, employés de la banque et de l'assurance sont les moins favorables. L'étude détaillée est à consulter ici.

Aspirations professionnelles


décembre 2017
Le cabinet d'études et de conseils Universum a mené une enquête carrière auprès de 2096 étudiants et 6004 expérimentés issus des filières BTS, DUT et licence professionnels entre octobre 2016 et mai 2017. Pour les étudiants, les employeurs rêvés sont Disneyland, Airbus, Coca-Cola, H&M et la Fnac tandis que les jeunes professionnels privilégient des grands groupes français comme la SNCF ou EDF qui offrent des conditions de travail privilégiées, devant Airbus, Disneyland et Thalè. Leurs critères d'attractivité : ambiance de travail / perpspectives de revenus / diversité des missions pour les étudiants ; ambiance de travail / respect des employés / diversité des missions pour les jeunes professionnels. Dans les deux catégories, sécurité de l'emploi et principes éthiques sont parmi les items les moins retenus. Les étudiants ont également été interrogés sur leurs secteurs favoris : médias et communication arrivent en tête (19,2 %) devant art, divertissements et centres de loisirs (14,7 %) puis tourisme (13,7 %) et services à la santé (13 %).

Europan


mars 2017
Ce concours organisé dans une vingtaine de pays européens est ouvert aux jeunes architectes et urbanistes (moins de 40 ans). Il est relayé et soutenu par la Ville de Besançon et le Grand Besançon qui proposent aux candidats de travailler sur les sites de la Bouloie, de Témis et de Montrapon. Les résultats seront connus en décembre 2017 et seront suivis d’expérimentations sur le site. Informations et inscription : Laurence Fabre, chef de projet aménagement urbain, 0381878035

L'industrie recrute


février 2017
Découvrez tous les métiers de l’industrie lors des journées portes ouvertes de l’apprentissage le 11mars dans les CFAI à Besançon, Dole,  Gevingey, Belfort, Exincourt et Vesoul et lors de la semaine de l’industrie du 20 au 26 mars. Recherche d’emploi : les-industries-technologiques.fr

Devenir surveillant de prison


février 2017
L'administration pénitentiaire recrute en ouvrant 2500 postes en 2017. Pour tout savoir, se préparer au concours et s'inscrire, c'est ici.
Voir tout