mai 2016

«Les régimes ne sont jamais bons»

Entretien avec Ophélie Seguin, diététicienne dans un centre de rééquilibrage alimentaire à Vesoul.
Dessin Christian Maucler

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Voyez-vous beaucoup de jeunes en consultation ?
Cela arrive. Je constate en tout cas de plus en plus de cas d’obésité sévère ou modérée à 23 – 24 ans.

Les jeunes se disent-ils que la jeunesse minimise les effets d’une mauvaise alimentation ?
Peut-être mais le problème est que les soucis de diabète, de cholestérol, etc. arriveront par la suite. Plus on a une mauvaise alimentation jeune et plus les pathologies liées risquent d’arriver tôt.

Peut-on bien se nourrir avec peu de moyens ?
Oui. Je parle souvent de surgelés. Les légumes surgelés ne sont pas chers et en termes nutritifs ne sont pas mauvais. Pas aussi bons que le frais mais meilleurs que les boîtes de conserve. Cela permet d’avoir des portions de fibres sans se ruiner - à condition d'avoir la cuisson qui convient. Et même dans les magasins discount, on peut trouver de tout, des fruits et légumes, et bien s’alimenter. L’essentiel est ne pas acheter de plats cuisinés tout prêts.

Les jeunes sont aussi une clientèle de fast-food. Qu’en pensez-vous ?
Il y a un aspect plaisir qu'il ne faut pas interdire mais cela doit rester occasionnel. Et il faut faire attention à ce que l’on dit : le Big Mac est par exemple moins calorique qu’une salade de fast-food. Si l’on y va une fois tous les 15 jours ou 3 semaines, ce n’est pas catastrophique. Et il vaut mieux y aller le midi que le soir.

La tendance à ne pas prendre de petit déjeuner est-elle néfaste ?
C’est le repas le plus important de la journée ! Il devrait être le plus complet, avec des féculents, des produits céréaliers. En tout cas, il ne faut pas le louper. Sinon on risque d’être fatigué, de ne pas tenir parce qu’on n’a pas les calories qu’il faut et de grignoter pour compenser.

En revanche, le repas du soir doit être léger.
Effectivement. Pour bien se reposer, il faut faciliter la digestion de la nuit, donc manger léger en gardant une base de légumes, de produits laitiers.

Pourtant le lait pose actuellement question. Alors qu’à une époque, on véhiculait plutôt  l’image d’un produit sain.
C’est vrai. On peut se demander si ce n’est pas un effet de mode comme pour le gluten. Personnellement, je conseille quand même des produits laitiers chaque jour. Je ne pense pas que ce soit néfaste à petite dose. Dans l’équilibre alimentaire, on a besoin de tout.

Le sucre est lui aussi mis en cause.
Le sucre de table ou saccharose n’est pas du tout essentiel à la santé. On peut s’en passer, mais le sucre qu’on trouve dans les fruits est important.

Autre mode médiatique, celle des régimes. Qu’en pensez-vous ?
Les régimes ne sont jamais bons. Il y a toujours une reprise de poids après. Les régimes que l’on voit dans les journaux sont synonymes de frustration. On enlève des groupes alimentaires que l’on va vouloir retrouver par la suite, mais dans le désordre et en quantité excessive. En tout cas, on ne peut pas en suivre seul, il faut un suivi. En général, il s’agit de petits rééquilibrages.
Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Pass'sport forme


décembre 2018
Le Réseau de prévention et prise en charge de l'obésité pédiatrique a mis en place un Pass'sport forme destiné aux jeunes de 7 à 17 ans qui se trouvent en difficulté à cause de leur poids. Moyennant 30 euros, il leur permet de participer à des ateliers éducatifs sportifs hebdomadaires dans une vingtaine de villes du Doubs, du Jura, de la Haute-Saône et du Territoire de Belfort. +infos 0381219002

#MoisSansTabac


octobre 2018
Sous ce hashtag, un défi collectif : proposer aux fumeurs d’arrêter pendant un mois (voire plus) avec le soutien de leurs proches. Pour cela, une campagne d’information a désormais pris ses habitudes en novembre. Elle est accompagnée de nombreux outils : un kit d’aide à l’arrêt pour mettre toutes les chances de son côté, une appli e-coaching qui sert aussi de rappel quotidien, un numéro de téléphone permettant de joindre des tabacologues du lundi au samedi de 8 h à 20 h (38 89) et des comptes facebook et twitter sur lesquels sont partagés les astuces et conseils des participants. En savoir plus.

Tabac


mai 2018
Pour continuer à lutter contre le tabagisme, le gouvernement vient de décider que deux traitements de substitution nicotinique sont désormais remboursables : des « gommes à mâcher »  depuis le 22 mars 2018 et des « patchs » depuis le 16 mai 2018. Cette prise en charge permet à tous les patients l’accès à ces traitements de substitution,  supprime l’avance de frais, tout en permettant une durée de traitement adaptée à la dépendance.

Drogues


octobre 2017
En France, l'alcool est de loin la plus répandue des substances psychoactives (47 millions d'expérimentateurs, 43 millions d'usagers dans l'année, 9 millions d'usagers réguliers, 5 millions d'usagers quotidiens) devant le tabac (38 milions d'expérimentateurs, 17 millions d'usagers dans l'année, 14 millions d'usagers quotidiens) et le cannabis (17 millions d'expérimentateurs, 1,4 million d'usagers réguliers, 700 000 usagers quotidiens). Cocaïne : 2,2 millions d'expérimentateurs dont 450 000 usagers dans l'année. MDMA/ecstasy : 1,7 million d'expérimentateurs dont 400 000 usagers dans l'année. Héroïne : 600 000 expérimentateurs. Source : observatoire français des drogues et des toxicomanies.

Pass santé jeunes


décembre 2016
Le pass santé jeunes est un site régional qui permet aux 8-18 ans de trouver conseils, astuces, ressources, adresses utiles. Plusieurs espaces donnent des réponses adaptées à chacun en fonction de son âge, de ses interrogations, expériences et inquiétudes. Des quizzes et des jeux sont l'occasion de tester ses connaissances sur tous les sujets : Internet, cannabis, audition, alcool, sexualité, sécurité routière, mal-être... Site, facebook 
Voir tout