octobre 2018

Les voies de l’ingénieur

Aurea technology à Besançon. Une startup qui compte 8 salariés. Une équipe jeune et enthousiaste.
Photo Laurent Cheviet

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Micronora 2018. Parmi les entreprises primes au salon international des microtechniques, Aurea technology a obtenu une mention spéciale du jury des Microns d'or pour «son dispositif de mesure optique composé d’un compteur de photons et d’un microscope confocal». Terminologie qui n’évoque pas grand’chose aux non-spécialistes mais qui séduit les scientifiques et industriels
L’outil primé peut être performant dans la caractérisation de semi-conducteurs, l’analyse de fluorescence d’échantillons biologiques et l’analyse de solutions chimiques. Aurea technology développe, fabrique et commercialise des instruments de mesures optiques de hautes performances, compacts, rapides et faciles d’utilisations qui permettent de mesurer de très faibles intensités lumineuses, jusqu’au photon.
Pour résumer, l’idée de départ était de faire de l’instrumentation scientifique orientée recherche et développement à la croisée de l’électronique et de l’optique en essayant «d’atteindre une clientèle large dans les domaines de la recherche, du biomédical, de la robotique, de la défense et du drone» résume Benjamin Pagès, ingénieur commercial d’Aurea depuis 2 ans.
L’entreprise créée en 2010 par Jérôme Prieur et Johann Cussey est symbolique des startups de la technopole bisontine Temis : issue de Femto et de l’Université, couvée dans l’incubateur et résidente de l’hôtel d’entreprises, elle a grandi à son rythme jusqu'à trouver une clientèle internationale et compter aujourd’hui 8 salariés. Lesquels sont eux aussi représentatifs d’une tendance de l’entreprise moderne à diversifier les profils. Sur le stand de Micronora, outre Benjamin Pagès, on pouvait croiser Olivier Vuillemenot, technicien R&D en électronique, Matthieu Grovel et Loïc Jacquinot, tous deux ingénieurs en développement électronique. Olivier est passé par un BTS informatique industrielle, Matthieu et Loïc ont suivi un cursus universitaire BTS, licence pro pour finir par un master micro électronique systèmes embarqués. Ces parcours montrent que la voie classe prépa / école d’ingénieur suivie par Benjamin n’est plus prépondérante pour devenir ingénieur. Aucun d’eux n’a eu à chercher du travail, intégrant l’entreprise dès la fin de leurs études. «Il y a du boulot, en tout cas dans nos domaines de l’électronique et l’optique».
La demande d’ingénieurs est telle que le critère de choix d'un cursus est d’abord la personnalité de chacun. «A la fac, il faut savoir se débrouiller» estime Matthieu. «Moi, je savais que je n’avais pas le profil pour aller à l’université dit Benjamin. En prépa, on est encadré, c’est un peu l’armée et ça peu rassurer. Mais j’en ai bavé. C’est une voie qui reste très sélective et dure». 
L’entreprise  en bénéficie selon eux : «on ne peut pas être polyvalent à 100 %, alors on se complète les uns les autres.  Ensemble, on est capable de s’adapter, de répondre à beaucoup de problématiques. C’est un avantage, d’autant qu’on est une petite équipe». Savoir travailler collectivement est une qualité indispensable. D’autres leur viennent spontanément à l’esprit : motivation, débrouillardise, capacité à s’adapter et à rebondir. «Comme on est dans une petite entreprise, on a la satisfaction de suivre un projet du début à la fin. Mais cela engendre une certaine pression. A certaines périodes, on ne compte pas nos heures». C’est à peu près le seul inconvénient qu’ils trouvent à leur profession.




En photo
Benjamin Pagès et Johann Cussey avec le dispositif primé à Micronora.

En savoir plus
Temis
Aurea technology
Micronora

Etudes supérieures
BTS électrotechnique
Licence pro microélectronique
Master MIR
Classes préparatoires aux grandes écoles scientifiques

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Métiers et bien-être


mars 2018
La Dares (service études et statistiques du ministère du Travail) vient de publier une enquête "travail et bien-être psychologique" où les professions sont évaluées à partir de 34 variables comme la pénibilité mais aussi l'autonomie, le soutien, la reconnaissance, les conflits éthiques... Bilan : ingénieurs informatique, cadres des transports et de la logistique, employé des services, cadres des services administratifs, personnels d'études et de recherche seraient les 5 métiers les plus favorable au bien-être psychologique. Cuisiniers, employés de l'hôtellerie et de la restauration, aides-soignants, bouchers et boulangers, employés de la banque et de l'assurance sont les moins favorables. L'étude détaillée est à consulter ici.

Aspirations professionnelles


décembre 2017
Le cabinet d'études et de conseils Universum a mené une enquête carrière auprès de 2096 étudiants et 6004 expérimentés issus des filières BTS, DUT et licence professionnels entre octobre 2016 et mai 2017. Pour les étudiants, les employeurs rêvés sont Disneyland, Airbus, Coca-Cola, H&M et la Fnac tandis que les jeunes professionnels privilégient des grands groupes français comme la SNCF ou EDF qui offrent des conditions de travail privilégiées, devant Airbus, Disneyland et Thalè. Leurs critères d'attractivité : ambiance de travail / perpspectives de revenus / diversité des missions pour les étudiants ; ambiance de travail / respect des employés / diversité des missions pour les jeunes professionnels. Dans les deux catégories, sécurité de l'emploi et principes éthiques sont parmi les items les moins retenus. Les étudiants ont également été interrogés sur leurs secteurs favoris : médias et communication arrivent en tête (19,2 %) devant art, divertissements et centres de loisirs (14,7 %) puis tourisme (13,7 %) et services à la santé (13 %).

Europan


mars 2017
Ce concours organisé dans une vingtaine de pays européens est ouvert aux jeunes architectes et urbanistes (moins de 40 ans). Il est relayé et soutenu par la Ville de Besançon et le Grand Besançon qui proposent aux candidats de travailler sur les sites de la Bouloie, de Témis et de Montrapon. Les résultats seront connus en décembre 2017 et seront suivis d’expérimentations sur le site. Informations et inscription : Laurence Fabre, chef de projet aménagement urbain, 0381878035

L'industrie recrute


février 2017
Découvrez tous les métiers de l’industrie lors des journées portes ouvertes de l’apprentissage le 11mars dans les CFAI à Besançon, Dole,  Gevingey, Belfort, Exincourt et Vesoul et lors de la semaine de l’industrie du 20 au 26 mars. Recherche d’emploi : les-industries-technologiques.fr

Devenir surveillant de prison


février 2017
L'administration pénitentiaire recrute en ouvrant 2500 postes en 2017. Pour tout savoir, se préparer au concours et s'inscrire, c'est ici.
Voir tout