avril 2017

«L’important c’est le groove»

Valériane Dubourgeois - ou Gardian pour la scène – joue de la batterie avec talent depuis 12 ans. La jeune femme de Thise apprécie un instrument à la fois rythmique et mélodique.
Photo Ame Quetzalame
«L’important c’est le groove»

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Elle a commencé la batterie à l’âge de 10 ans et dit que l’instrument lui a appris à se canaliser. «Enfant, j’étais assez hyperactive. La batterie, c’est la seule chose que je n’ai jamais bridée». Douze ans plus tard, l’étudiante en licence d’information-communication voit un «rêve» dans l’idée de vivre de la musique, «mais c’est un milieu compliqué». Entre-temps, l’apprentissage a été «long, difficile, demandant patience et acharnement».  Après avoir commencé à la MJC Palente, elle a connu un déclic en rencontrant Niels Larivière, «le prof qui m’a appris à apprécier l’instrument d’un point de vue mélodique et pas seulement rythmique. C’est en le voyant que je me suis dit, «je ne vais pas lâcher». Et vers 15-16 ans, je suis partie en stage d’une semaine à la Music academy international. J’étais la seule fille. J’ai pris une claque, je me suis rendu compte que mon approche manquait d’ouverture. C’était intense, 8 h par jour. Les premiers jours je ne pouvais pas dormir, j’avais les rythmes dans la tête.  Mais j’ai avancé de 6 mois en une semaine, j’ai mûri, j’ai étoffé mon style».

 
 "Hit like a girl"

En 2014, sa participation au concours international "Hit like a girl" prouve que le travail paie : elle termine 1re française et 13e sur 250 candidates. En ce moment, elle travaille pour l’édition 2018 sur un nouveau challenge «compliqué mais enrichissant» : mettre de la batterie sur la musique du "Fabuleux destin d’Amélie Poulain" composée par Yann Tiersen.
C’est d’un autre concours qu’elle a tiré son nom de scène, Gardian. «Ca vient de Blind Guardian, un groupe de metal dont j’étais fan. Un jour j’ai participé à un concours pour un best of et j’ai gagné alors que je ne gagne jamais rien. J’ai gardé ce nom en le francisant. Je trouve qu’il sonne bien, avec un côté protecteur».
Aujourd’hui, Valériane Gardian multiplie les expériences. Celle qui a participé à la scène jeunes talents de la Ville de Besançon en 2015 dans le groupe rock Sweep the Garner est aussi membre du combo rock prog Rude (1) et participe au projet Orchestra Garden Members (musique et humour).  Elle cumule 2 à 3 répétitions par semaine auxquelles s’ajoutent 10 à 15 h d’exercice seule. Elle essaie d’autres styles que le metal d’où elle est partie, s’intéresse au domaine de la chanson et jusqu’aux sons electro «cassants, précis, froids» sur lesquels elle ajoute «du syncopé ou du violent». Elle s’est mise à la basse, à la guitare, au piano car «il est difficile de faire partie d’un groupe et de ne pas s’intéresser aux autres instruments. Si on ne s’ouvre pas, il est difficile de demander des retours sur le sien. Quand j’ai joué de la basse, j’ai compris certaines choses, les notes sur lesquelles il faut que j’appuie en tant que batteur».
Elle compose, écrit, écoute «un peu de tout» et cite Mike Johnston, Mike Portnoy ou Phil Collins car «chanter en jouant de la batterie n’est pas évident».
« J’ai compris que ce qui est important, c’est le groove. Il est impossible à faire ressortir s’il n’y a pas de nuance et la nuance vient de la pluralité des styles que l’on acquiert».

Pour l’avenir, elle espère entrer en master médiation culturelle et pouvoir bouger, si possible en pays anglophone. Toujours pour la musique. «Pouvoir jouer au sein d’une autre culture, avec une autre façon d’aborder la rythmique, voir autre chose musicalement, avoir une plus grande ouverture d’esprit».

S.P.



Qualité
Que faut-il pour être batteur ? «Aimer ce qui est primitif, savoir écouter son instrument, être passionné, être patient. Au début, on est soumis à l’instrument mais un jour on arrive à le soumettre».



(1)
Rude sera en concert le 25 juin à la Rodia dans le cadre de l’hommage à Philippe Moretti.

Retour

Réactions sur la news

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

"Clair obscur"


juillet 2017
Après "Namantius", Great hat production lance un crowdfunding pour un nouveau projet cinéma ("Clair obscur") au sujet de Courbet. Pour les aider, c'est ici.

Kreshendo


septembre 2015
Le rappeur bisontin vient de publier son premier album "Je suis qu'un homme". En vente 10 euros au Forum, en écoute sur deezer. Pour en savoir plus, facebook. A voir, son dernier clip, "Sale trip".

MyTremplin


juillet 2014
Ce dispositif du Conseil général du Jura vise à promouvoir et à aider les formations musicales du département en leur offrant la possibilité de monter sur scène et/ou de disposer d’un accompagnement artistique réalisé par le Moulin de
Brainans. Cette année, 5 lauréats ont été désignés par le jury et bénéficient de ce dispositif : Célia (folk rock), L’Homme s’Entête (chanson), Max Gulliver (pop), The Donuts Machine Band (chanson blues) et Gunther Tarp (rock).


The Wan


juin 2014
Ils étaient à Rolling Saône et on va les retrouver à Saônorités (14 juin), à la fête de la musique à Baume-les-Dames et au festival de la Paille (2 août). En attendant, voyez le dernier clip de ce bon groupe rock d'ici, réalisé par Bertrand Vinsu, sur Besançon.tv.

"Furie" par Clara Yucatan


mai 2014
Le nouveau clip du groupe haut-saônois, réalisé par Vincent Vernier est en ligne ici.
Voir tout