février 2019

Maîtriser les techniques de construction durable

A Auxerre, l'IUT génie civil forme une cinquantaine d’élèves aux nouvelles réalités du BTP.
Photo Laurent Cheviet
Maîtriser les techniques de construction durable Maîtriser les techniques de construction durable Maîtriser les techniques de construction durable

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
L’IUT génie civil auxerrois est neuf. La première promotion a été diplômée l’an dernier. Son intitulé «construction durable» illustre le changement d’un métier. «On est dans un secteur en train de se transformer explique David Joannic, chef de département (photo 3). Avec les enjeux environnementaux, la nouvelle réglementation qui a un impact sur la façon de travailler. La technologie et la numérisation ont également des effets importants». En réalité, ce n’est pas l’IUT qui est nouveau mais sa spécialité.
Les Instituts universitaires de technologie ont été créés il y a 51 ans, dans une optique de souplesse et d’adaptation. Patrick Danaudière, directeur de l’IUT de Dijon-Auxerre, illustre cette idée : «l'intitulé génie civil - construction durable est un changement de spécialité qui correspond aux besoins des entreprises locales et qui est beaucoup plus attractive pour les jeunes. D’ailleurs nous avons un effectif plein, d’environ 50 élèves. Pour répondre à l’attente de certains d'entre eux, nous avons également développé des licences pros : ceux de cette spécialité ont la possibilité de poursuivre en conduite de projets en aménagements et travaux publics ou en acoustique vibrations. Nous envisageons également de créer un cursus d’ingénieur porté par l’Institut supérieur de l’automobile et des transports de Nevers».


   
Formation possible
   par apprentissage


Avant cela, il y a le DUT, en 2 ans après le bac, diplôme initialement destiné au marché de l’emploi. L'IUT génie civil forme des techniciens supérieurs destinés à exercer aux niveaux de la maîtrise d’ouvrage (programmation de travaux), de la maîtrise d’œuvre (bureaux d’études) ou des travaux eux-mêmes (entreprises de construction). Selon la plaquette de l’IUT, les compétences acquises couvrent l’ensemble des techniques de construction, des fondations aux questions de confort thermique, acoustique et visuel. «Il y a des besoins d’emplois qui ne peuvent pas être délocalisés» indique Patrick Danaudière. 
«La spécialité est l’une des plus «rémunératrices», ce qui souligne qu’il y a un besoin de personnel formé estime David Joannic. Il y a un panel de débouchés important entre les grands groupes du BTP, les bureaux d’études, l’encadrement des chantiers, voire les collectivités. Sans compter les départs en retraite, nombreux dans les années à venir». Le chef de département insiste sur les projets de formation mené en partenariat avec les fédérations professionnelles et l’apprentissage ouvert à une partie des élèves. Eléments qui assurent aux étudiants une proximité avec l’économie locale. «Les chiffres montrent que l’insertion est encore plus importante par l’apprentissage» signale-t-il. «Les apprentis sont déjà dans l’entreprise, déjà salariés. Mais on ne peut pas offrir cette possibilité à tous. Les 15 premiers qui trouvent eux-mêmes leur contrat ont retenus». Cette sélection n'est pas anodine selon lui : «certains élèves sont déjà demandeurs d’aller en entreprise, de connaître ce monde. Ils sont dans un projet professionnel, déjà dans une logique de recrutement et les entreprises le vivent comme ça».
Le chef de département a tout lieu d’être satisfait de la première promotion : 100 % de diplômés, plusieurs élèves poursuivant en licence pro (exemple de Lucas Jacquot) et un en école d’ingénieurs.  La grande majorité d’entre eux vient de bac général S, de bac technologique STI2D et à un degré moindre de bacs professionnels du secteur. «Mais c’est d’abord la motivation qui nous intéresse assure-t-il. Le meilleur moyen de réussir, c’est d’avoir envie d’aller vers la filière. Ensuite, il faut des acquis solides en sciences, avec beaucoup d’enseignements attachés à la physique. Et puis, il faut être capable de travailler en groupe, car la formation comme les métiers sont énormément constitués de travaux collectifs par projets».

S.P.
Le DUT génie civil – construction durable dans la région



IUT de Dijon/Auxerre
route des Plaines de l’Yonne
89000 Auxerre
0386492820.

IUT de Belfort-Montbéliard
19 av. du Maréchal Juin
BP 527
90016 Belfort cedex
0384587791

Lire aussi
Je suis en formation génie civil

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Journées portes ouvertes de l'apprentissage


février 2019
Pour mieux faire comprendre les réalités de l’apprentissage, chaque année, les centres de formation pour apprentis de la Région ouvrent leurs portes en même temps. Organisée le 16 mars, la journée 2019 rassemble 48 CFA qui proposent des formations dans 23 grands domaines, de l’agriculture au transport en passant par des spécialités peut-être moins connues : analyse laboratoire, maintenance, traitement de l’eau, services administratifs, etc. Pour les jeunes qui cherchent une orientation, cette date est à cocher : il ne coûte rien de s’informer. Infos ici.

France 3 et jeunes agriculteurs


octobre 2018
Alice Cunchon et Caroline Guignard font partie des 8 étudiants agricoles suivis au long de leur cursus par Isabelle Brunnarius, journaliste de France 3, dans le cadre d’un documentaire programmé pour 2019. Tourné avec des jeunes de Levier et Dannemarie-sur-Crête, il sera accompagné d’un livre et d’une expo photo. Pour Alice, «il est important pour nous de parler d’agriculture et d’agroécologie. Notre génération est à un tournant». «On nous a suivis pendant 2 ans en cours, chez nous, en stage relate Caroline. C’est intéressant pour faire connaître notre métier et nos études».

Plan santé


septembre 2018
Le gouvernement annonce une réorganisation des formations de santé. Mesure la plus importante, la suppression dès 2020 du numerus clausus qui instituait depuis 1971 un quota d'étudiants autorisés à passer en 2e année. Mais la sélection ne sera pas annulée pour autant : un numerus apertus définira un nombre minimal de places que les universités pourraient faire varier à la hausse en fonction de leurs capacités et des besoins locaux. Des procédures sélectives en fin de 1re, 2e et 3e années seront instaurées dans le cadre de la création de nouvelles licences universitaires pour maintenir «l’excellence de la formation des étudiants». Parmi les autres mesures du plan santé figure la création de 4 000 postes d’assistants médicaux pour aider les médecins à préparer les patients, prendre en charge des actes simples ou assurer le suivi des rendez-vous.

Ecole de la 2e chance


mars 2018
L’Ecole de la deuxième chance du Territoire de Belfort a pour objectif d'aider les jeunes sortis du système scolaire sans qualification à s'insérer dans la société et à trouver un emploi durable. Chaque jeune bénéficie d'un accompagnement personnalisé pour construire son projet professionnel qui est le fil conducteur d'un programme de formation se déroulant en alternance entre l'école et l'entreprise. L'Ecole accueille des filles et des garçons de 18 à 25 ans sans qualification professionnelle, sortis du système scolaire depuis plus d'un an, motivés pour changer leur situation actuelle. Infos E2C90, 17 bis faubourg de Lyon, 90000 Belfort (03 84 27 58 67, e2c90.org).

Résultats des lycées


mars 2018
L'Education nationale a mis en ligne le classement des lycées en fonction de la réussite au bac mais aussi du parcours scolaire des élèves dans les établissements. L'idée est en effet d'évaluer la capacité d'une école à accompagner les élèves et à leur apporter connaissances, méthodes, etc. Le ministère prend soin de préciser que «si un lycée présente une valeur élevée pour un indicateur, c’est peut-être dû au fait qu'il a reçu de bons élèves, dotés de bonnes méthodes de travail, qui ont pu obtenir le baccalauréat sans effort particulier de sa part». Cela dit, les résultats sont consultables ici.
Voir tout