novembre 2017

Malo' cultive sa sensibilité entre France et Australie

Jeudi 7 décembre, le Duo Scènes culturelles du Crous de Besançon et le Bruit qui pense font venir au Café International un artiste pour qui l'international, justement, prend tout son sens. Malory Legardinier alias Malo'.
Photo Andrew Whitton

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Vous avez sans doute déjà entendu le morceau "I believed". Derrière cette voix douce et intense se cache un jeune homme de 23 ans originaire de Caen. Quelques questions pour faire plus ample connaissance.

Ton premier album "The old way" et "Be/Être"  sorti il y a quelques mois ont été l'occasion de faire plusieurs rencontres, quelles ont été les plus marquantes ?
"The Old Way" est un album que je considère comme un premier carnet de dessins, me permettant de tourner en Australie mais "Be/Être" est le premier album studio "pro". J'ai eu la chance de travailler avec de super personnes, les plus marquantes étant Jean-Louis Aubert et Charlie Winston. Ils m'ont aidé à écrire et à donner le meilleur de moi-même.

Quel sens donnes-tu à "Be/Être" ? Quelles ont été tes différentes inspirations pour composer les titres ?
"Be/Être" reflète une double culture, ma vie scindée en deux car je suis franco-australien. "Être" représente l'âge où je suis en train de m'affirmer, de prendre confiance en tant qu'adulte et ce depuis que j'ai commencé à écrire à l'âge de 16 ans.
Mes inspirations sont assez personnelles. Elles viennent des retrouvailles avec ma mère que j'ai rencontrée à l'âge de 15 ans en Australie, de toutes les questions que je me suis posées plus jeune : «pourquoi je n'ai jamais grandi avec elle ? Pourquoi elle ne m'a jamais donné aucun signe de vie ?». De cette liberté que j'ai pu avoir pour apprendre à me débrouiller seul. D'un amour que j'ai vécu entre 18 et 20 ans, c'est la chanson "La colline".

  «Je fais de la musique pour partager
   et passer un bon moment avec les gens
»

Que ressens-tu lorsque tes écrits, tirés de ta vie, sont partagés avec le public ?
Pour moi c'est quelque chose de très fort, surtout après avoir passé 4 ans à peaufiner le disque en studio. Entre temps, j'ai fait la première partie de Jean-Louis Aubert en 2013, à 18 ans. J'ai eu la chance de faire un duo "Paradise" avec une artiste belge, Noa Moon. Je suis parti en tournée avec Charlie Winston et on a collaboré sur nos disques respectifs. J'ai voyagé pendant 1 an avant de terminer mon album. Il était important de prendre mon temps. Et c'est en commençant à chanter, à démarrer la tournée que j'ai vu que les gens connaissaient les chansons. C'était très émouvant de voir l'impact dans certaines vies avec des histoires similaires.

Un mot pour définir ce que tu vis en ce moment ?
Je vis quelque chose de fantastique. J'ai toujours voulu faire de la musique et je pense que je ne suis fait que pour ça, c'est pourquoi je m'implique à cent pour cent.

Quelles sont tes aspirations pour la suite ?
Je pense que je continuerai à réaliser des albums. Mais le plus important c'est de me consacrer maintenant à faire une belle tournée, de belles dates et continuer à écrire de belles chansons.

Le mot de la fin pour Besançon...
J'ai hâte d'être à Besançon, c'est toujours cool pour moi de découvrir de nouveaux lieux et encore plus à travers la musique.

Recueilli par Mona Bouneb
Le suivre
Site officiel Malo'
Facebook
Instagram
Twitter 
Youtube

A venir avec le Duo et le Bruit qui pense
Malo'

Le Duo Scènes culturelles du Crous de Besançon 

Le Bruit qui pense

Retour

Réactions sur la news

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Catfish


mars 2016
Catfish, duo jurassien rock, s'active pour sortir son deuxième album "Dohyō" en octobre prochain. Pour le successeur de l'excellent "Muddy shivers", le groupe a opté pour une campagne de financement participatif via la plateforme Ulule. Contributions possibles à partir de 5 euros sur ulule.com/catfishofficiel

La grosse radio


janvier 2016
Une radio web à écouter en permanence qui en regroupe en réalité 3, puisque le site propose une radio rock, une metal et une reggae. Archivées, les émissions et les enregistrements live acoustique peuvent être réécoutées. Il est également possible de faire une recherche par artiste et de voter pour eux. Les musiciens peuvent également proposer leurs oeuvres. Enfin des jeux et des forums viennent agrémenter le site. Rendez-vous sur lagrosseradio.com

Musique à découvrir


octobre 2015
Adecouvrirabsolument.com est un site qui met l’accent sur des artistes émergents et/ou indépendants. Comme dans tous ceux de ce genre, il est composé de chroniques, de coups de pouce, d’interviews et de liens vers des musiciens ou des labels recommandables. Mais le plus d’“ada”, c’est la possibilité de se rendre compte sur pièce des talents mis en avant, par l’intermédiaire de compilations téléchargeables gratuitement. Les responsables en sont à leur 37e, fruit de leur veille musicale. Touche dominante, l’indie pop mélancolique.

Reggae à l'est


octobre 2015
Un site veut regrouper tout ce qui se chante, se dit, se fait autour du reggae dans le grand Est, de Strasbourg à Dijon, de Reims à Besançon. Il fédère les artistes et les programmeurs mais délivre également des infos, des actions et un agenda des concerts. Il y a de la musique et des vidéos mais aussi des articles sur la culture reggae. Objectifs : mieux médiatiser cette scène, renforcer les échanges et “prouver que le reggae dans le grand Est est plus que vivant”. reggae-est.fr

"Happiness" par Clotilde Moulin


octobre 2015
La chanteuse bisontine publie son 3e album qu'elle qualifie "d'histoire polyphonique d’un chagrin d’amour. C’est de la poésie plus que du texte, et du chant plus que de la chanson". Cet album ne sera pressé qu’à 1000 exemplaires, parmi lesquels une édition limitée de 50 exemplaires dont la pochette aura été imprimée en sérigraphie et numérotée à la main. Si vous souhaitez acquérir l’un d’eux, mieux vaut donc se manifester rapidement. La sortie est prévue début décembre, mais il est possible de la commander en prévente (envoyer un chèque de 10 euros par CD souhaité à Ofam productions, 27 rue Alfred Sancey, 25000 Besançon). Infos ici.
Voir tout