février 2018

Mathilde Poncet : «j'ai toujours dessiné et inventé des histoires»

Du rêve de petite fille à la réalité il n'y a qu'un pas. Mathilde Poncet l'a franchi. Elle est aujourd'hui auteure illustratrice spécialisée dans la bande-dessinée et l'édition jeunesse.
Photo Laurent Cheviet
Mathilde Poncet : «j'ai toujours dessiné et inventé des histoires»

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Chaque histoire a un début. Celle de Mathilde commence à La Pesse, village pittoresque du haut Jura, au sein duquel elle suit ses premiers cours. Suivent ensuite des études d'arts appliqués au lycée Pasteur de Besançon, l'école de l'image d’Epinal puis l’école supérieure d'Art de Metz où elle obtient le diplôme national supérieur d'expression plastique en 2016. «Dès la 3e, je savais que je voulais travailler dans le créatif. Le lycée Pasteur m'a donné un bon savoir et de bonnes bases. Epinal m'a permis de m'évader». Mathilde trace son chemin avec un service civique à l'association la Fraternelle  de Saint-Claude, un espace culturel et artistique. «A la sortie des beaux-arts, le service civique a été un petit sas avant de me lancer». Sa mission : accueillir des artistes et proposer des ateliers de sérigraphie aux enfants. Un tremplin auquel elle rend hommage avec une bande-dessinée autobiographique intitulée "la Maison". «Je parle du lien que j’entretiens avec le lieu, de son histoire, des personnes qui y travaillent et des personnes rencontrées».

   Premier album jeunesse

L'illustratrice réalise ses rêves les plus fous à travers ses personnages. Comme Chipie dans "Chipie décolle… et joue à cache-cache dans la galaxie !", son premier album jeunesse publié en avril 2017 aux éditions l'Agrume dans lequel elle narre l'histoire d'une chatte farceuse qui embarque dans sa nouvelle fusée, à la découverte de planètes. L'humour et l'imagination de l'artiste sont sans limite.  Avec "Terraformage", un quatre livres accordéons imprimé en sérigraphie, elle raconte comment coloniser mars. «C'est inspiré d'un article sérieux que j'ai lu et qui explique, en quatre étapes, comment la Nasa envisage de coloniser Mars. Ça m'a donné envie de faire cette sérigraphie aux couleurs flamboyantes et qui est tirée à 20 exemplaire». A la question «pourquoi la sérigraphie ?», la réponse est intuitive. «Avec ce procédé, j'imprime les couleurs une à une, quand je les superpose, je découvre l'image. Il y a des choses que je ne contrôle pas forcément et je trouve le rendu sympa».
«En micro-édition (1) je gère le travail du début à la fin : l'impression, la conception, le choix du papier.»
Sans le savoir, vous avez peut-être déjà admiré le travail de Mathilde au détour d'un coin de rue puisqu’elle réalise également des affiches de festivals. «Je fais des commandes d'affiches comme pour "les Zestives" un festival d'art de la rue qui se passe à Lavans-lès-Saint-Claude en juin».

   A suivre...

L'auteure travaille sur un carnet de voyage retraçant deux mois passés entre le Canada et les Etats-Unis. «Une grosse aventure que je raconte dans plusieurs carnets de BD. Je suis en train de regarder pour l'éditer».
En parallèle, d'autres projets de livres jeunesse sont en préparation. «Des auteurs m'ont contactée. Ils ont écrit le texte et je réalise les images».
Chaque histoire a également une suite. Celle de Mathilde réserve encore des surprises.

Mona Bouneb
(1)
Ensemble de procédés électroniques et informatiques permettant l'édition de livres à petit tirage.

La suivre
mathildeponcet.com

instagram

facebook

En savoir plus
Lycée Pasteur - section arts appliqués & design - Besançon

Ecole de l'image - Epinal

Ecole supérieure d'art de Metz

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Jury jeune du Fica


novembre 2018
Les candidatures pour être membre du Jury jeune au 25e Festival international des cinémas d’Asie de Vesoul (5 - 12 février 2019) sont ouvertes. Cela consiste à venir voir et juger les 8 films documentaires  en compétition et rencontrer les réalisateurs. La carte de membre du jury permet d’accéder gratuitement à 4 séances de cinéma et  d’assister à la cérémonie de clôture. Elle donne droit à une invitation pour vos parents à la cérémonie de clôture du mardi 12 février au Théâtre Edwige Feuillère. Pour candidater : festival.vesoul@wanadoo.fr ou 0684848746 ou Fica, 25 rue du docteur Doillon, 70000 Vesoul. +Infos.

Great hat persévère


novembre 2018
Après "Namantius", l’association de cinéma bisontine a poursuivi ses activités, en tournant notamment "Clair obscur", un court métrage sur Gustave Courbet lors de son retour à Ornans pour peindre son tableau "Enterrement à Ornans". Originalité du projet, il a été mené en partenariat avec l'école de musique Amuso qui joue la musique en direct lors des projections."Clair obscur" est passé par un financement participatif sur ulule.

"#Quiproquo"


octobre 2018
Un film d'action de 26 mn tourné à Besançon à partir d'une histoire vraie. Le 3e court métrage de Liil Serge Mbeutcha est dans son genre une réussite : scènes d'action très pros, images et montage soigné. Armé de l'enthousiasme et du dynamisme permettant de franchir les obstacles compliqués qui émaillent toute réalisation cinéma, le jeune homme est près pour se lancer dans le long. 

Kreshendo


septembre 2015
Le rappeur bisontin vient de publier son premier album "Je suis qu'un homme". En vente 10 euros au Forum, en écoute sur deezer. Pour en savoir plus, facebook. A voir, son dernier clip, "Sale trip".

MyTremplin


juillet 2014
Ce dispositif du Conseil général du Jura vise à promouvoir et à aider les formations musicales du département en leur offrant la possibilité de monter sur scène et/ou de disposer d’un accompagnement artistique réalisé par le Moulin de
Brainans. Cette année, 5 lauréats ont été désignés par le jury et bénéficient de ce dispositif : Célia (folk rock), L’Homme s’Entête (chanson), Max Gulliver (pop), The Donuts Machine Band (chanson blues) et Gunther Tarp (rock).
Voir tout