décembre 2018

Mauvaises nouvelles

Trouver un accord international sur la question du réchauffement est compliqué. La Cop 24 l'a encore prouvé alors que les pays n'arrivent pas à tenir les engagements de la Cop 21.
Dessin Christian Maucler

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
2018 a été l'année la plus chaude en France depuis que les températures sont obsevrées et enregistrées, c'est-à-dire la fin du XIXe siècle. 2018 n’a apporté aucune bonne nouvelle en matière de réchauffement climatique. Les Etats-Unis se sont retirés de l’accord de Paris (Cop 21), l’Australie a annoncé qu’elle ne pourrait tenir ses engagements. Dans l’ensemble, 9 pays sur 180 parviennent à le faire. Dans la zone européenne, seuls 3 pays (Norvège, Macédoine, Monténégro) y arrivent. Ce ne sont pas les plus gros producteurs d’effet de serre. Le rapport du Giec (Groupement d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) annonce un probable réchauffement de 1,5 °C, voire 2°, entre 2030 et 2052 avec des différences selon les régions, l’Arctique se réchauffant par exemple 2 à 3 fois plus vite. Il aura des conséquences négatives sur les vagues de chaleur, sur les espèces vivantes, sur la montée des eaux, sur les phénomènes climatiques extrêmes. Il semblerait que les engagements de la Cop 21 ne suffiraient pas, même s’ils étaient tenus, à maintenir ce cap. Car il existe également un effet d’emballement, les conséquences du réchauffement renforçant les causes. Elles ne sont pas encore toutes là : Jean Jouzel, ancien membre du Giec, pense qu’une fois la montée des eaux engagée, on ne pourra plus l’arrêter tant «l’inertie dans la mise en route de l’énorme machine océanique est grande». Les scientifiques estiment qu’il n’est pas encore tout à fait trop tard. Pendant ce temps, l'Observatoire pyrénéen du changement climatique estime que l'épaisseur de neige dans le massif pourrait diminuer de moitié et les températures augmenter de 1,4° à 3,3° d'ici 2050.
Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Qu’est-ce que l’empreinte carbone ?


décembre 2018
L’équivalent carbone est une unité de mesure permettant de quantifier l’impact d’une activité ou d’un objet sur le climat. Le dioxyde de carbone a été choisi comme étalon parce qu’il est le principal gaz à effet de serre. Cet indicateur a été adopté dans le monde entier. La mesure de l’empreinte carbone d’un objet inclut les matières premières utilisées, la fabrication, l’acheminement, la distribution, l’utilisation les déchets générés. Exemples (approximatifs car l’empreinte dépend aussi de l’utilisation, de la durée, du conditionnement…) : Smartphone : environ 20 kg de CO2. Micro-onde : 15 kg. Réfrigérateur 250 l : environ 35 kg. Ecran d’ordinateur : environ 40 kg. Ordinateur fixe : de 29 à 66 kg. Télévision: 47 à 55 kg. 1 m3 d’eau utilisée : 0,04 tonne de CO2 10 kg de déchet : 0,01 tonne. 1 kg de poulet 3,6 kg de CO2. 1 kg de porc 11,2 kg. 1 kg de viande bœuf 28,1 kg. 1 kg de fruits et légumes 650 g.

Transports et empreinte carbone


décembre 2018
De manière générale, le logement, le transport et l’alimentation génèrent les ¾ de l’empreinte carbone des particuliers. Le cas du transport est compliqué. Difficile de donner des chiffres tant ils varient d’une source à l’autre et d'un mode de calcul à l'autre. Ce dernier dépend de nombreux paramètres tels que le carburant, la distance (une voiture consomme beaucoup plus au démarrage), le nombre de passagers, la spécificité du véhicule. Mais tous sont unanimes en ce qui concerne le classement qui placent le ferry, l’avion et la voiture (avec la palme aux 4x4) comme de très gros producteurs de CO2. A l’opposé, le train et notamment le TGV sont de très loin les moins responsables d’émissions. A la limite peu importe. La question est désormais moins celle du choix des moyens de transport que de leur diminution.

Développement durable : l'exemple du smartphone


décembre 2018
Cet objet est devenu un symbole de consommation mais aussi de la question du développement durable. Parce qu’il pose question à toutes les étapes, l'extraction des matières premières, la fabrication des composants, les transports étant les plus polluantes. Et parce que la tendance est de les renouveler souvent, sans autre raison que l’attrait de l’objet plus neuf. Pour réduire les impacts de ces appareils sur l'environnement, il faut allonger leur durée de vie, en s'en servant plus longtemps, en choisissant des smartphones réparables, qui peuvent être utilisés plusieurs années, en achetant d’occasion, en revendant ou donnant plutôt qu’en jetant.

Qu’est-ce qu’un insecte ?


juin 2015
De façon courante (et abusive en zoologie), on appelle insecte tout animal très petit. En réalité, il faut plutôt parler d’arthropodes dont la définition correspond à ce que l’on entend en général par insecte. A titre d’exemple, les araignées ne sont pas des insectes mais des arachnides et les tiques des acariens. Les arthropodes représentent 80 % de toutes les espèces animales.
Les insectes sont une partie des arthropodes : des invertébrés dont le corps est constitué de 3 segments, une tête, un thorax avec 3 paires de pattes et un abdomen. 

sigogne.org


mai 2015
A consulter pour les amateurs de nature : le portail collaboratif de la biodiversité en Franche-Comté.
Voir tout