décembre 2018

Médecins : une installation à la campagne

Pauline Tervel et Johanna Previtali ouvrent leurs cabinets à la Maison de la santé de Maîche. Quand les conditions sont réunies, la désertification médicale n’est pas une fatalité.
Photo Yves Petit

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Elles viennent de signer leur installation en tant que généralistes à la Maison de la santé de Maîche et leur première année de fac est déjà loin. Les études de médecine demeurent un parcours long. Difficile ? «La première année, c’est dur, on ne fait que ça. L’une comme l’autre sommes passées par des cours en parallèle de la fac relate Johanna. Cela s’ajoute mais ça motive et ça aide à s’organiser».  L’année en question est souvent sujette à caution : concurrence, cours perturbés, coups bas entre étudiants. «On n’a pas du tout vécu ça !» rient-elles. «On a plutôt des super souvenirs des études, dit Pauline. On s’est fait des amis, on révisait en groupe. On n’a pas de fait de soirées étudiantes la première année, mais on s’est rattrapé après. Mais je pense que c’est plus difficile à vivre pour quelqu’un qui reste dans son coin».
A 30 et 28 ans elles rejoignent la Maison de la santé après y avoir été collaboratrices pendant un an. Mais dans un parcours de médecin, c’est loin d’être des débuts. Auparavant, elles ont fait des remplacements. Et pendant leur cursus, beaucoup de pratique. «Les études, ce ne sont pas des études pures précisent-elles. L’internat, ce n’est quasiment que des stages». Apprendre à devenir médecin passe par beaucoup d’exercice en conditions professionnelles. En 2e et 3e année, c’est 12 semaines minimum. Pendant l’externat (années 4, 5, 6), les étudiants sont salariés de l’hôpital et multiplient stages et gardes. Le classement en fin de 6e année donne priorité sur le choix des spécialités et du lieu d’exercice de l’internat, phase de 3 à 6 ans selon les spécialités, assortie là encore d’une présence constante en milieu professionnel.
Pauline et Johanna ont suivi leurs études à la fac de Besançon. Au cours de leur cursus, les passages à Noidans-le-Ferroux, Morteau ou Devecey leur ont permis de voir la région. «C’est surtout pour voir les différents aspects du métier que ce soit en libéral ou à l’hôpital. En stage, on passe par de nombreux services».

   Installation volontaire
   à la campagne


Aujourd’hui, l’installation en milieu rural est un choix. Un retour aussi car elles sont toutes deux originaires de Damprichard. Mais ce n’est pas ce qui les a déterminées. «Evidemment, on vient de là, on connaît le coin, ça aide. Je pense que le fait de ne pas connaître peut être un frein. Je ne serais pas allée au fin fond de la Creuse» avoue Johanna. Une partie de l’explication des déserts médicaux ? «Quand il faut aller dans des endroits où il y a peu ou pas de collègues, avec des périodes de garde fréquentes, des nuits profondes (gardes de minuit à 6 h), on réfléchit. En ville, il n’y a pas ces inconvénients. On ne se serait pas installées seules quelques part. Ici, les conditions sont excellentes».
La bonne humeur qui règne à la Maison de santé le confirme. Le bâtiment est récent, spacieux, fonctionnel. «Nous sommes 5 médecins, quand on a un doute on peut s’appuyer sur un collègue. Nous avons du matériel en commun, une secrétaire décrit Pauline. Quand on est seul, ce n’est pas possible, il faut assurer le secrétariat soi-même». Ces conditions ont favorisé le choix, mais ce dernier vient d’ailleurs : «C’est la diversité. Ici on a toutes les situations. On fait les sutures, les plâtres. On est gynéco, on suit les bébés, on les voit grandir. On connaît vraiment les gens». Elles vont suivre la formation de médecin coordinateur du Smur (service mobile d’urgence et de réanimation) pour compléter un parcours presque similaire. Seul le point de départ diffère. Il montre qu’une  orientation peut se décider à tout moment. «Je voulais être médecin depuis toute petite» indique Pauline. «Moi je me suis déterminée tard, en terminale déclare Johanna. J’avais envie d’études longues et je voulais aider les gens».

Stéphane Paris
En savoir plus
medecine-pharmacie.univ-fcomte.fr

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Talents des cités


décembre 2018
Ce concours récompense les créateurs d'entreprises et porteurs de projets installés dans les quartiers prioritaires de la politique de la Ville. Cette année, le jury régional a récompensé deux lauréats en Bourgogne-Franche-Comté, dont Julien Tripard, 25 ans, créateur de Sporthopeo à Motnbéliard. L'autre lauréat est Masoud Nezamabadi, 44 ans, pour son projet de micro-tamisage à Besançon. +infos

Romain Laroche et Jonathan Troppy récompensés par Pepite


juillet 2014
En 2013, ils ont créé le projet Saac, entreprise qui propose un outil organisationnel de recrutement pour l'animation périscolaire. Le premier était étudiant en BTS commerce à l'IMT d'Etupes, le second bachelier et tous deux figurent parmi les 50 lauréats nationaux du concours "Pepite tremplin entrepreneuriat étudiant" organisé par le ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche. Leur projet, comme 4 autres retenus au niveau régional, bénéficiera d'un appui spécifique du Pôle étudiant ITE Bourgogne Franche-Comté.

LimpidMarket, gagnant du concours Numérica 2013


décembre 2013
Limpidmarket, start-up basée à Montbéliard, a remporté le premier prix de l’édition 2013 du concours Numérica. Ce concours valorise la création d'entreprises innovantes dans le domaine des TIC en Franche-Comté. LimpidMarket a reçu 20000€. L'entreprise propose un comparateur de solutions de paiement aux commerçants, qui peuvent choisir celle des solutions d’encaissement par carte bancaire qui correspond le mieux à ses besoins tout en réduisant ce poste de dépense. Infos, limpidmarket.fr

Hassan Belhadj, lauréat Talent des cités


septembre 2013
Entrepreneur en catégorie "émergence", il a été récompensé par le jury régional. Son projet, concrétisé depuis avril 2013 : l'ouverture dans le quartier de Planoise, à Besançon, du salon Coiffure Ino. A 25 ans, il s'agit de son 3e salon après ceux ouverts à Vesoul et Besançon. Son idée : permettre aux habitants du quartier de disposer d'un salon de coiffure de proximité où il propose des coupes hommes originales.
Voir tout