septembre 2017

Noces autour du monde : «la plus belle chance de notre vie !»

Marine et Nicolas Wendé ont réalisé leur rêve : parcourir le monde. De retour de leur 13 mois d’aventure à la découverte des cultures et des habitants de 18 pays, ils nous racontent leurs souvenirs et nous parlent de leur avenir.
Photo peripleties.fr

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Au bord des palmiers au Vietnam, sur un salar en Bolivie, avec vue sur le Machu Picchu au Pérou, au pied des montagnes en Argentine, à l’entrée d’un temple en Birmanie ou encore sur le sable d’une plage paradisiaque au Mexique… Lors de leur tour du monde, Marine et Nicolas ont multiplié les photos "artes postales"… en tenue de mariés ! Des images qui ont fait le bonheur de leurs followers sur les réseaux sociaux. Mais côté coulisses, la réalisation n’a pas forcément été toujours simple. «Il fallait transporter nos habits dans nos sacs à dos et le matériel photo. Une fois le lieu choisi, on devait se changer… Et dans les lieux touristiques, c’était difficile d’éviter la foule !» expliquent les deux globe-trotters, originaires de Montbéliard. Autant dire que les anecdotes ne manquent pas : «en Inde, vis-à-vis de l’éthique, c’était très compliqué. On a essayé de faire une photo devant le Taj Mahal, mais la séance s’est terminée avec deux gardes». À Angkor au Cambodge, on leur a demandé 300 dollars pour la journée, au Pérou, c’est un lama qui est venu s’immiscer dans la prise de vue.

   Du rêve à la réalité

Au-delà, des images, Marine et Nicolas se sont surtout lancés dans cette aventure pour découvrir d’autres cultures. «On n'était pas de grands voyageurs, confie Marine, j’avais passé 9 mois à Montréal en Erasmus, Nicolas m’avait rejoint pour quelques semaines et on avait cette idée de repartir un jour».
«C’était un rêve plus ou moins conscient, on voulait partir à l’aventure, se tester, rencontrer différentes populations, s’ouvrir au monde. Il est tellement grand que ce serait trop dommage de rester au même endroit !» Les deux Francs-Comtois en ont profité c’est sûr. Ils ont multiplié les activités comme le saut en parachute en Australie, la plongée en Thaïlande, «mais ce qui reste du voyage, ce sont les rencontres qu’on a faites». Une panne de scooter aux Philippines qui se termine dans une fête de famille avec karaoké et cochon de lait, le sauvetage d’une Bolivienne en barque percutée par un bateau, leur blog raconte au travers de leurs carnets de voyages tous ces souvenirs humains qui les ont marqué à tout jamais.

   Revenir pour mieux repartir ?

Le couple est revenu, il est installé depuis peu à Orléans. Marine suit une formation de qualité de vie au travail et Nicolas recherche un poste en comptabilité. Mais ces rencontres résonnent encore en eux : «On nous a donné beaucoup sans qu’on ait pu donner grand chose en échange, on éprouve un peu un sentiment de culpabilité». Repartir les titille déjà. «La société nous formate, on retombe un peu dans nos travers, on voudrait repartir pour faire de l’humanitaire». Leur tour du monde les a sensibilisés encore plus à l’environnement, à la protection des animaux… Ce voyage, c’était «la plus belle chance de [leur] vie» mais il n’a pas été tout rose. Ils ont été confrontés aux réalités du monde : «ses contrastes, ses inégalités, la pauvreté, le travail des enfants, le business de l’eau, la place de la femme…».
Aujourd’hui, Marine et Nicolas veulent se sentir utiles. Alors à les écouter, on le sait, ces deux là repartiront, c’est certain. Mais cette fois, sans costume et sans robe de mariée.

Simon Daval - peripleties.fr

En savoir plus
nocesautourdumonde.fr

facebook

Retour

Réactions sur la news

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

"Deux nanas chez Bouddha"


juin 2017
Pauline et Tiffany sont 2 jeunes franc-comtoises ayant le projet de partir en mission humanitaire en Birmanie dans un monastère bouddhiste. Leurs missions seront principalement l’aide au bon fonctionnement du monastère autogéré par les moines, l’aide à la communauté locale, les travaux divers et l’enseignement de l’anglais aux plus jeunes. Pour le mener à bien, elles organisent des collectes de dons, par exemple le 10 juin au marché de Champagnole, place de la Mairie et le 11 au vide-grenier de Champagnole organisé par l'association Emal, parking de l'Intermarché. Besoins (non exhaustifs) : habits légers pour enfants de 5 à 15 ans (pas de short ni de débardeurs en raison de leur religion), matériel éducatifs, jeux et ballons. En savoir plus : facebook ; projet.

Voir tout