février 2019

«Nous avons beaucoup de demandes d’entreprises»

Le CFA transport et logistique Aftral fait partie de ceux qui ouvrent leurs portes le 16 mars. Il symbolise les freins rencontrés par l’apprentissage : méconnaissance et image péjorative. Entretien avec Laura Girardot, l’une des deux développeuses alternance de la région.

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Quelle est votre offre de formation ?
Nous avons 2 sites principaux, à Serre-les-Sapins et à Longvic. Nous proposons un CAP conducteur routier de marchandises et un bac pro logistique en apprentissage ; un bac+2 technicien méthodes et exploitation logistique et un bac+3 responsable en logistique. Il y a également un BTS transport logistique, uniquement à Serre-les-Sapins. Par ailleurs nous développons certaines formations sur d’autres sites pour les décentraliser car il y a une grosse demande : CAP à Lons-le-Saunier et Appoigny, technicien logistique d’entreposage, de niveau IV, à Chalon-sur-Saône et à Montbéliard à la rentrée prochaine.

C’est un secteur qui recrute ?
Enormément. Tous les ans, nous avons des demandes d’entreprise et pas forcément les candidats à mettre en face. Beaucoup prennent des apprentis pour les garder ensuite. Les jeunes qui se forment ont le choix de poursuivre leurs études ou de trouver du travail.

En amont, avez-vous des difficultés à trouver des candidats à la formation ?
Le milieu du transport et de la logistique est très peu connu ou alors péjorativement. Avec ma collègue Fanny Bonnard, basée à Longvic, l’une de nos missions est d’aller sur les forums, dans les établissements pour mieux faire connaître ce domaine. On se rend compte que beaucoup de gens ne savent pas ce qu’est la logistique. Ils pensent qu’il s’agit de préparer des commandes toute sa vie. Or c’est un secteur aux perspectives d’évolution importantes quel que soit le diplôme d’accès.

C’est aussi l’image de métiers très masculins.
Oui, mais ils se féminisent de plus en plus. Ces métiers évoluent avec la technologie, par exemple il y a moins de port de charges. Ils sont totalement accessibles aux filles. On en voit de plus en plus, ce qui est bien car elles apportent des choses différentes.

Que faut-il pour entrer en formation ?
Etre intéressé et ne pas venir par défaut. L’important est d’avoir un projet construit. Nous recevons chaque candidat individuellement pour évaluer son envie, ses acquis, ses souhaits professionnels. Nous sommes-là pour les recevoir – éventuellement avec leurs parents – expliquer les formations, faire visiter les lieux car nous avons des locaux qui reconstituent le milieu professionnel. Cela permet aux jeunes de savoir où ils mettent les pieds. Par la suite, nous les accompagnons pour l’alternance et l’insertion avec des conseils pour la recherche, les lettres de motivation, CV, entretiens d’embauche, des visites d’entreprises, des rencontres professionnelles. Et nous essayons de développer le réseau d’entreprises pour les convaincre de prendre des apprentis. Beaucoup d’entre elles gardent aussi des clichés à ce sujet.

Recueilli par S.P.
En savoir plus
CFA transport logistique de Bourgogne-Franche-Comté de l’Aftral (« Apprendre et se former en transport et logistique »)
0809908908
aftral.com

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Licence pro chef de projet touristique


avril 2019
Le Cnam (conservatoire national des arts et métiers) Bourgogne-Franche-Comté prévoit d'ouvrir une licence professionnelle chef de projet touristique à la rentrée 2020. Ouverte aux bac+2 diplômé ayant un projet professionnel motivé, elle se déroulera au lycée Charles Nodier, à Dole. Pour tout savoir.

Appui de la Région au service civique en milieu rural


mars 2019
Un constat : moins de 10 % des missions de service civique se déroulent en milieu rural. Dans l’optique d’améliorer ce taux, la Région Bourgogne-Franche-Comté a décidé d’apporter son soutien au développement du dispositif dans les zones rurales. Il se traduit par une aide aux communes de moins de 3500 habitants, aux structures intercommunales de moins de 50 000 habitants et aux associations qui y sont implantées : 400 euros pour l’élaboration d’une mission puis 27 euros par mois et par volontaire (soit 25 % de l’indemnité versée par les structures d’accueil aux jeunes volontaires). De la sorte, le Conseil régional apporte son appui à la fois à la jeunesse et aux territoires ruraux.
Les organismes intéressés peuvent se rendre sur bourgognefranchecomte.fr/servicecivique ou contacter le 0363642058

Journées portes ouvertes de l'apprentissage


février 2019
Pour mieux faire comprendre les réalités de l’apprentissage, chaque année, les centres de formation pour apprentis de la Région ouvrent leurs portes en même temps. Organisée le 16 mars, la journée 2019 rassemble 48 CFA qui proposent des formations dans 23 grands domaines, de l’agriculture au transport en passant par des spécialités peut-être moins connues : analyse laboratoire, maintenance, traitement de l’eau, services administratifs, etc. Pour les jeunes qui cherchent une orientation, cette date est à cocher : il ne coûte rien de s’informer. Infos ici.

France 3 et jeunes agriculteurs


octobre 2018
Alice Cunchon et Caroline Guignard font partie des 8 étudiants agricoles suivis au long de leur cursus par Isabelle Brunnarius, journaliste de France 3, dans le cadre d’un documentaire programmé pour 2019. Tourné avec des jeunes de Levier et Dannemarie-sur-Crête, il sera accompagné d’un livre et d’une expo photo. Pour Alice, «il est important pour nous de parler d’agriculture et d’agroécologie. Notre génération est à un tournant». «On nous a suivis pendant 2 ans en cours, chez nous, en stage relate Caroline. C’est intéressant pour faire connaître notre métier et nos études».

Plan santé


septembre 2018
Le gouvernement annonce une réorganisation des formations de santé. Mesure la plus importante, la suppression dès 2020 du numerus clausus qui instituait depuis 1971 un quota d'étudiants autorisés à passer en 2e année. Mais la sélection ne sera pas annulée pour autant : un numerus apertus définira un nombre minimal de places que les universités pourraient faire varier à la hausse en fonction de leurs capacités et des besoins locaux. Des procédures sélectives en fin de 1re, 2e et 3e années seront instaurées dans le cadre de la création de nouvelles licences universitaires pour maintenir «l’excellence de la formation des étudiants». Parmi les autres mesures du plan santé figure la création de 4 000 postes d’assistants médicaux pour aider les médecins à préparer les patients, prendre en charge des actes simples ou assurer le suivi des rendez-vous.
Voir tout