février 2018

Octave Fabre, la pâtisserie à la mode passion

Après un bac scientifique et des études de comptabilité, Octave Fabre s’est totalement réorienté. Il s’est plongé dans le monde de la pâtisserie où il suit actuellement un BTM chocolatier au CFA de Belfort.
Photo DR

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
«Pâtissier, c’est un métier où il n’y a pas de chômage : si on veut travailler, on trouvera du boulot, mais on doit se lever tôt, on travaille quand les autres ne travaillent pas… Il ne faut pas trop regarder ses heures, ni son salaire. On débute au smic avec un CAP et à environ 1 700 € net avec un BTM», confie Octave Fabre, originaire de Besançon.
Agé de 25 ans, il est aujourd’hui en apprentissage à Arbois dans l’entreprise de son oncle et il rejoint les cours du CFA de Belfort, une semaine par mois. Son grand-père était également pâtissier-chocolatier. Mais «l’héritage» familial ne s’est pas imposé à lui immédiatement. Il a plutôt suivi «la voie classique, les études» avec un peu de pression de son entourage. «Je n’ai pas trop eu le choix, ne sachant pas vraiment quoi faire à 18 ans.» Et puis un beau jour, l’amour de la pâtisserie a ressurgi. «J’ai toujours aimé ça, créer, travailler avec mes mains et je suis très gourmand», s’amuse-t-il.
Direction Paris pour une année de CAP Pâtissier à l’école Ferrandi, puis une année de CAP chocolatier à l’EPMT (Ecole de Paris des métiers de la table). «En bac général, on parle très peu du CFA parce que cela donne un peu l’image de reculer, mais il faut redorer son image, car c’est vraiment génial. C’est une formation qui devrait être généralisée. Il y a la théorie et la pratique à l’école et l’apprentissage en entreprise est vraiment complémentaire. C’est grâce à cela qu’on peut devenir vraiment professionnel».
Octave veut aussi attirer l’attention sur le monde de l’entreprise : «il faut avoir conscience de l’aspect production. On ne réalise pas un gâteau en une journée, c’est tout une autre organisation : un jour, on fait la base, le lendemain tout le reste. C’est un aspect du métier qu’on ne voit qu’en entreprise. Il y en a beaucoup qui déchantent. Mon patron me disait : 2 jeunes sur 3 ne vont pas au bout». Un aspect passé aussi sous silence dans les nombreuses émissions télé qui font la part belle à la discipline. «La pâtisserie devient vraiment à la mode. Et du coup, le métier est aussi dans l’air du temps.» Octave s’en réjouit mais, lucide, le futur pâtissier-chocolatier n’en démord pas : «c’est génial mais difficile. Il faut être passionné pour réussir».

Simon Daval

En savoir plus
CFA Jackie Drouet
2 rue René Cassin
90000 Belfort
0370048080
cfa.mairie-belfort.com

Ecole Ferrandi
28 rue de l'Abbé Grégoire
75006 Paris
0149542800
ferrandi-paris.fr

Ecole de Paris des métiers de la table
17 rue Jacques Ibert
75017 Paris
0144091200
epmt.fr

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Le service civique ?


octobre 2017
Laura, en service civique au Crous de Besançon : «J’ai développé beaucoup de compétences organisationnelles. J’ai fait passer des entretiens individuels à des étudiants qui cherchaient des emplois. Cela m’a permis de me développer personnellement : j’ai gagné en confiance en moi.»
Rémi, en service civique à la Ville de Besançon : «Mon service civique m’a permis de retrouver le contact humain que je n’avais plus en restant sans activités.Grâce à lui, je fais des rencontres et je me réinsère dans le monde du travail. Je touche à beaucoup de domaines et j’organise des évènements dont je ne connaissais même pas l’existence et auxquels je n’aurais jamais eu l’idée de participer. Je découvre même mieux la ville dans laquelle je vis actuellement.»
Angélique, en service civique au Grand Besançon (service environnement) et étudiante en Master de Psychologie : «Mon service civique me permet de voir un autre domaine que celui dans lequel je suis plongée depuis quatre ans. Même si ce n’est pas en rapport direct avec mes études, je travaille sur l’accompagnement au changement des individus en faveur de l’environnement. Cela m’ouvre d’autres portes et d’autres perspectives auxquelles je n’avais jamais pris le temps de penser.»
Voir tout