avril 2018

Olympiades des métiers, c’est (re)parti !

420 candidats ont concouru, du 1er mars au 5 avril 2018, aux sélections régionales organisées par la Région et Worldskills France. 50 d’entre eux porteront haut les couleurs de la Bourgogne-Franche-Comté pour la 45e édition du plus grand concours des métiers au monde.
Photo Vincent Arbelet

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Ils sont apprentis, lycéens, étudiants, salariés de moins de 23 ans, et ont décidé de se mesurer autour de leur savoir-faire dans plus de 45 métiers issus de différents secteurs : industrie, BTP, végétal, communication et numérique, service, alimentation... Avec une série d’épreuves techniques à réaliser en public, 420 jeunes ont concouru lors des sélections régionales organisées par la Région. Pour la première fois, celles-ci se sont déroulées dans les salons de l’apprentissage, de l’alternance ou des métiers, "Apprentissimo" à Dijon (21), "Fiers d’être apprentis" à Auxerre (89) et Vesoul (70), "Smile" à Andelnans (90), ou dans les établissements avec le concours des centres de formation et lycées, et de nombreux partenaires (chambres consulaires, branches professionnelles…).
«Les Olympiades des métiers sont une formidable opportunité de montrer au plus grand nombre le talent de nos jeunes, la diversité des métiers et toute la palette de formations existantes. C’est le cas notamment de l’apprentissage qui est une voie de réussite, et dont le développement reste pour la Région une priorité pour qu’elle devienne un choix», explique Stéphane Guiguet, vice-président en charge des lycées et de l’apprentissage.

  Une passion

Les premiers de chaque métier ont été sélectionnés pour former l’équipe régionale (voir encadré), comme Guillaume Toubin, chaudronnier, salarié depuis peu au sein de l’entreprise de mécanique générale CFPS (90) après un bac pro. Une deuxième chance qu’il ne compte pas laisser passer : «L’objectif cette fois est de gagner l’étape nationale et d’aller le plus loin possible, tout en rencontrant du monde et en continuant d’échanger avec le public sur mon métier encore trop méconnu. Chaudronnier, ce n’est plus ce qu’on imagine. Plus qu’un métier, c’est une passion : on touche à tout, il y a une super ambiance dans la profession et en plus il y a du travail.» Pour lui comme pour les 49 autres membres de l’équipe, l’heure est à présent à l’entrainement technique et à la préparation mentale et physique pour espérer remporter le titre national parmi 650 candidats à Caen, du 28 novembre au 1er décembre 2018 et intégrer l’équipe de France des Métiers. Une étape qui leur ouvrira les portes de la compétition internationale WorldSkills Competition à Kazan en 2019 en Russie ou de la compétition européenne EuroSkills en 2020 à Graz en Autriche.
En photo
Guillame Toubin (au centre) chaudronnier, qualifié dans l'équipe régionale.

En savoir plus
bourgognefranchecomte.fr

you tube

L'équipe Bourgogne-Franche-Comté 2018
Ils seront donc 50 de la Région à se rendre aux finales nationales en décembre prochain. Ils représentent 46 spécialités et 7 pôles de formation (alimentation, automobile, BTP, communication & numérique, industrie, service, végétal). Leurs statuts : 21 apprentis, 9 lycéens, 8 salariés en CDD ou CDI et 7 en contrat de professionnalisation, 5 étudiants.

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Licence pro chef de projet touristique


avril 2019
Le Cnam (conservatoire national des arts et métiers) Bourgogne-Franche-Comté prévoit d'ouvrir une licence professionnelle chef de projet touristique à la rentrée 2020. Ouverte aux bac+2 diplômé ayant un projet professionnel motivé, elle se déroulera au lycée Charles Nodier, à Dole. Pour tout savoir.

Appui de la Région au service civique en milieu rural


mars 2019
Un constat : moins de 10 % des missions de service civique se déroulent en milieu rural. Dans l’optique d’améliorer ce taux, la Région Bourgogne-Franche-Comté a décidé d’apporter son soutien au développement du dispositif dans les zones rurales. Il se traduit par une aide aux communes de moins de 3500 habitants, aux structures intercommunales de moins de 50 000 habitants et aux associations qui y sont implantées : 400 euros pour l’élaboration d’une mission puis 27 euros par mois et par volontaire (soit 25 % de l’indemnité versée par les structures d’accueil aux jeunes volontaires). De la sorte, le Conseil régional apporte son appui à la fois à la jeunesse et aux territoires ruraux.
Les organismes intéressés peuvent se rendre sur bourgognefranchecomte.fr/servicecivique ou contacter le 0363642058

Journées portes ouvertes de l'apprentissage


février 2019
Pour mieux faire comprendre les réalités de l’apprentissage, chaque année, les centres de formation pour apprentis de la Région ouvrent leurs portes en même temps. Organisée le 16 mars, la journée 2019 rassemble 48 CFA qui proposent des formations dans 23 grands domaines, de l’agriculture au transport en passant par des spécialités peut-être moins connues : analyse laboratoire, maintenance, traitement de l’eau, services administratifs, etc. Pour les jeunes qui cherchent une orientation, cette date est à cocher : il ne coûte rien de s’informer. Infos ici.

France 3 et jeunes agriculteurs


octobre 2018
Alice Cunchon et Caroline Guignard font partie des 8 étudiants agricoles suivis au long de leur cursus par Isabelle Brunnarius, journaliste de France 3, dans le cadre d’un documentaire programmé pour 2019. Tourné avec des jeunes de Levier et Dannemarie-sur-Crête, il sera accompagné d’un livre et d’une expo photo. Pour Alice, «il est important pour nous de parler d’agriculture et d’agroécologie. Notre génération est à un tournant». «On nous a suivis pendant 2 ans en cours, chez nous, en stage relate Caroline. C’est intéressant pour faire connaître notre métier et nos études».

Plan santé


septembre 2018
Le gouvernement annonce une réorganisation des formations de santé. Mesure la plus importante, la suppression dès 2020 du numerus clausus qui instituait depuis 1971 un quota d'étudiants autorisés à passer en 2e année. Mais la sélection ne sera pas annulée pour autant : un numerus apertus définira un nombre minimal de places que les universités pourraient faire varier à la hausse en fonction de leurs capacités et des besoins locaux. Des procédures sélectives en fin de 1re, 2e et 3e années seront instaurées dans le cadre de la création de nouvelles licences universitaires pour maintenir «l’excellence de la formation des étudiants». Parmi les autres mesures du plan santé figure la création de 4 000 postes d’assistants médicaux pour aider les médecins à préparer les patients, prendre en charge des actes simples ou assurer le suivi des rendez-vous.
Voir tout