février 2019

«On applique rapidement ce que l’on apprend en cours»

A 16 ans, Pierre Moingeon est en CAP jardinier paysagiste au CFA de Saône-et-Loire. Une orientation choisie que ce jeune homme de Meursault entend poursuivre au moins jusqu’au bac.
Photo Laurent Cheviet

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Comment t’es-tu orienté ?
Mon père a créé une entreprise de jardinerie paysagiste il y a 11 ans.  Depuis tout petit je connais ça, parfois je l’aidais le week-end, j’étais là pour des bricoles. Arrivé en 4e, je savais à peu près ce que je voulais faire. Le métier m’intéressait, je préfère travailler dehors qu’à l’intérieur et j’avais l’opportunité d’être apprenti dans l’entreprise, alors je n’ai pas beaucoup hésité. C’était soit ça, soit la mécanique qui m’attirait aussi, mais j’ai fait un stage qui ne m’a pas plu tant que ça. Cela dit, en jardinerie, il y a aussi de la mécanique pour le petit matériel, ce qui permet de diversifier les tâches. Ensuite, j’avais le choix entre deux CFA, celui de Quétigny et celui de St-Marcel. J’ai préféré le second car il est plus près et surtout plus familial.

Tu veux t’arrêter au CAP ou poursuivre ?
Je pense partir en bac pro. Je n’ai pas de souci à l’école alors je préfère continuer à apprendre pendant que j’y suis. Je veux acquérir le plus de connaissances possible. Après, on verra.

Penses-tu rester dans ce CFA ?
Oui. Comme je l’ai dit, c’est familial, avec une bonne ambiance. Il n’y a que des formations de paysagiste et d’horticulteur. On est une cinquantaine d’élèves, c’est peu et c’est sympa. Tout le monde connaît tout le monde, on peut prendre le temps de discuter et de poser des questions aux profs. Bref, ça se passe bien.

Que penses-tu du système de l’apprentissage ?
Certains s’y orientent parce qu’ils n’aiment pas les cours. Moi, je le vois plus comme un moyen d’appliquer rapidement sur le terrain ce que l’on apprend en classe. Les deux aspects se complètent. J’ai toujours voulu travailler dehors, mais je vois bien que les cours apportent quelque chose. Et puis ça fait plaisir d’avoir un salaire quand on est jeune. Même si ce n’est pas ce qui nous a décidé, c’est un plus. On peut mettre des sous de côté.

Maintenant que tu exerces ce métier, a-t-il des inconvénients ?
Physiquement, c’est parfois dur. Les postures ne sont pas toujours bonnes pour le dos, mais on fait de plus en plus attention. Le temps perturbe également le travail. Par exemple aujourd’hui il neige, alors on ne peut pas faire grand-chose.

Penses-tu qu’on trouve facilement du travail ?
Dans l’entreprise de mon père, je vois bien qu’il y a du boulot, avec une clientèle de proximité. On a beaucoup d’appels. Il faut dire qu’il y a deux activités : l’une propose des services aux particuliers et l’autre s’adresse aux entreprises, avec des plus gros travaux. C’est aussi un métier où beaucoup se mettent à leur compte.

C’est ton optique ?
Mon but serait de reprendre l’entreprise de mon père. Il est d’accord. Mais je ne m’avance pas, c’est quand même encore loin !

Recueilli par S.P.
En savoir plus
CFA de Saône-et-Loire
site de St-Marcel
28 rue du Rosoy
71380 Saint-Marcel
03 85 42 22 66
epl-fontaines.fr

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Licence pro chef de projet touristique


avril 2019
Le Cnam (conservatoire national des arts et métiers) Bourgogne-Franche-Comté prévoit d'ouvrir une licence professionnelle chef de projet touristique à la rentrée 2020. Ouverte aux bac+2 diplômé ayant un projet professionnel motivé, elle se déroulera au lycée Charles Nodier, à Dole. Pour tout savoir.

Appui de la Région au service civique en milieu rural


mars 2019
Un constat : moins de 10 % des missions de service civique se déroulent en milieu rural. Dans l’optique d’améliorer ce taux, la Région Bourgogne-Franche-Comté a décidé d’apporter son soutien au développement du dispositif dans les zones rurales. Il se traduit par une aide aux communes de moins de 3500 habitants, aux structures intercommunales de moins de 50 000 habitants et aux associations qui y sont implantées : 400 euros pour l’élaboration d’une mission puis 27 euros par mois et par volontaire (soit 25 % de l’indemnité versée par les structures d’accueil aux jeunes volontaires). De la sorte, le Conseil régional apporte son appui à la fois à la jeunesse et aux territoires ruraux.
Les organismes intéressés peuvent se rendre sur bourgognefranchecomte.fr/servicecivique ou contacter le 0363642058

Journées portes ouvertes de l'apprentissage


février 2019
Pour mieux faire comprendre les réalités de l’apprentissage, chaque année, les centres de formation pour apprentis de la Région ouvrent leurs portes en même temps. Organisée le 16 mars, la journée 2019 rassemble 48 CFA qui proposent des formations dans 23 grands domaines, de l’agriculture au transport en passant par des spécialités peut-être moins connues : analyse laboratoire, maintenance, traitement de l’eau, services administratifs, etc. Pour les jeunes qui cherchent une orientation, cette date est à cocher : il ne coûte rien de s’informer. Infos ici.

France 3 et jeunes agriculteurs


octobre 2018
Alice Cunchon et Caroline Guignard font partie des 8 étudiants agricoles suivis au long de leur cursus par Isabelle Brunnarius, journaliste de France 3, dans le cadre d’un documentaire programmé pour 2019. Tourné avec des jeunes de Levier et Dannemarie-sur-Crête, il sera accompagné d’un livre et d’une expo photo. Pour Alice, «il est important pour nous de parler d’agriculture et d’agroécologie. Notre génération est à un tournant». «On nous a suivis pendant 2 ans en cours, chez nous, en stage relate Caroline. C’est intéressant pour faire connaître notre métier et nos études».

Plan santé


septembre 2018
Le gouvernement annonce une réorganisation des formations de santé. Mesure la plus importante, la suppression dès 2020 du numerus clausus qui instituait depuis 1971 un quota d'étudiants autorisés à passer en 2e année. Mais la sélection ne sera pas annulée pour autant : un numerus apertus définira un nombre minimal de places que les universités pourraient faire varier à la hausse en fonction de leurs capacités et des besoins locaux. Des procédures sélectives en fin de 1re, 2e et 3e années seront instaurées dans le cadre de la création de nouvelles licences universitaires pour maintenir «l’excellence de la formation des étudiants». Parmi les autres mesures du plan santé figure la création de 4 000 postes d’assistants médicaux pour aider les médecins à préparer les patients, prendre en charge des actes simples ou assurer le suivi des rendez-vous.
Voir tout