avril 2018

Organes

Interstitium, Arnaud Beltrame, fraude, Stéphane Gatignon.
Dessin Christian Maucler
Organes Organes Organes

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
1 - Intersitice. Une étude menée par des chercheurs américains conclut à la présence d'une structure interstitielle, jusqu'ici inconnue, qui pourrait être considérée comme le quatre-vingtième organe du corps humain. Cette structure serait "interstitielle", située entre les tissus humains, ce qui lui a valu d'êtrenommée "l'interstitium". Cependant, ceci reste non officiel car pour qu'une partie du corps devienne officiellement un organe, un consensus doit d'abord se développer autour de l’idée à mesure que d'autres chercheurs l'étudient.

2 - Don de soi. La France honore Arnaud Beltrame, le gendarme qui s'est substitué à une otage lors d'un attentat terroriste à Trèbes et qui a succombé à ses blessures après qu'il a voulu désarmer le terroriste. Il est promu colonel à titre posthume.

3 - Name and shame, c'est chanmé. Le gouvernement annonce projet de loi espérant renforcer la lutte contre la fraude fiscale qui soustrait chaque année 60 milliards d'euros minimum à l'Etat. Nouveautés envisagées : mise en place de sanctions pour les intermédiaires, tels les cabinets d'avocat qui favorisent l'évasion fiscale, recours accru au renseignement, mise à l'index publique des tricheurs (procédé "name and shame"), création d'un service d'enquête spécialisé de «police fiscale», création d'une procédure de plaider coupable our les fraudeurs disposés à reconnaître leurs torts, accroissement de l'usage du «data mining» (exploration de données) pour détecter les dossiers à risques, création d'un guichet pour faciliter les démarches de régularisation engagées par les entreprises de bonne foi.

4 - Renoncement. Stéphane Gatignon, maire de Sevran depuis 2001, annonce sa démission et renonce à "faire péter le ghetto", se disant "usé" et dénonçant le "mépris de l'Etat pour les banlieues". Le maire écologiste UDE de cette commune de Seine-Saint-Denis déclare au journal Le Monde que l'"on continue à faire de la banlieue un monde parallèle, structuré comme une société précaire qui ne s'en sort que grâce aux solidarités, à la débrouille, à la démerde. Je pense aujourd'hui que cette situation arrange tout le monde". "Je ressens de la fatigue, de l'usure par rapport aux blocages qui viennent d'en haut".
Retour

Réactions sur la news

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire