septembre 2018

«Plein d’idées de découvertes»

Trois jeunes femmes installées à Dijon découvrent la carte 2018-2019. «Il y a énormément d’avantages».

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Océane
A 20 ans, cette Dijonnaise étudiante en langues étrangères appliquées découvre la carte Avantages jeunes pour la première fois. «C’est en suivant le Crij sur facebook que j’ai découvert l’existence de cette carte. Au premier abord, ça me plaît, il y a énormément d’avantages. Je pense que ça manquait à Dijon. En regardant les réductions, j’ai déjà noté qu’on a une réduction pour se former aux premiers secours. Il y a aussi l’abonnement en bibliothèque, le bon d’achat en librairie, ce n’est pas négligeable. Je vais découvrir tout le reste au fur et à mesure».

Sophie
Cette Montbéliardaise de 23 ans a vécu en Haute-Saône, déménagé en Bourgogne puis à Belfort et entame cette année un master RH à Dijon. Au cours d’un parcours qui l’a aussi menée en Erasmus en Pologne et en service civique à Lyon, elle a déjà utilisé la carte. L’arrivée de celle-ci à Dijon lui permet de s’y intéresser à nouveau. «Je m'en servais quand j’étais au lycée, notamment pour l’abonnement en bibliothèque et le bon d’achat en librairie. Je l’ai reprise l’an dernier pour les mêmes raisons et pour quelques réductions ponctuelles, des sorties, des festivals. Je trouve que c’est bien pour les jeunes, parce qu’on a besoin de réductions mais aussi parce que ça incite à découvrir. Moi, je suis née en Franche-Comté, mais je ne sais pas trop ce qui s’y fait car j’ai grandi en Bourgogne. La carte me donne un bon aperçu. Et puis comme elle est très complète, chacun y trouve son compte selon ses centres d’intérêt. Pour 8 euros, ce n’est pas cher, surtout qu’on l’utilise toute l’année ».

Inga
Elle a 23 ans et vient de Batoumi en Géorgie pour effectuer un stage Eurodyssée à l’Agence régionale de santé à Dijon, parce qu’elle «adore la France» et pour améliorer son français, qu'elle maîtrise déjà remarquablement. «J’ai reçu une carte Avantages jeunes quand je suis arrivée et je l’ai vite utilisée, notamment pour visiter la Citadelle à Besançon. Je suis encore là deux mois mais je vais quand même profiter de la nouvelle édition. C’est très bien pour les jeunes et encore plus lorsqu’on est étranger : quand on arrive sans connaître la région, la carte donne des idées de découvertes et l’opportunité de les faire à coût réduit !»
Retour

Réactions sur la news

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Le service civique ?


octobre 2017
Laura, en service civique au Crous de Besançon : «J’ai développé beaucoup de compétences organisationnelles. J’ai fait passer des entretiens individuels à des étudiants qui cherchaient des emplois. Cela m’a permis de me développer personnellement : j’ai gagné en confiance en moi.»
Rémi, en service civique à la Ville de Besançon : «Mon service civique m’a permis de retrouver le contact humain que je n’avais plus en restant sans activités.Grâce à lui, je fais des rencontres et je me réinsère dans le monde du travail. Je touche à beaucoup de domaines et j’organise des évènements dont je ne connaissais même pas l’existence et auxquels je n’aurais jamais eu l’idée de participer. Je découvre même mieux la ville dans laquelle je vis actuellement.»
Angélique, en service civique au Grand Besançon (service environnement) et étudiante en Master de Psychologie : «Mon service civique me permet de voir un autre domaine que celui dans lequel je suis plongée depuis quatre ans. Même si ce n’est pas en rapport direct avec mes études, je travaille sur l’accompagnement au changement des individus en faveur de l’environnement. Cela m’ouvre d’autres portes et d’autres perspectives auxquelles je n’avais jamais pris le temps de penser.»
Voir tout