novembre 2017

Quarante-huit heures pour la santé

Fin octobre, le Pôle des microtechniques et le Grand Besançon organisaient le 5e hacking health en France. 18 projets de santé ont été soumis à 200 participants, dont de nombreux étudiants. Une première réussie.

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Une chaise de massage pour personnes handicapées et une table d’hôpital sans pied ni roulette, des applis pour aider les diabétiques ou en faveur du don du sang, un appui numérique à la formation initiale des kinés : ce sont quelques-uns des 18 projets proposés lors du premier hacking health organisé à Besançon, le 5e en France. Le concept né à Montréal vise à rapprocher le monde de la santé et celui du numérique pour accélérer l’innovation. Le Grand Besançon, le pôle des microtechniques et le CHRU ont rassemblé 200 participants, professionnels comme étudiants, pour plancher sur les 18 projets pendant 48 h. Ce genre de session géante mêlant formation et recherche se développe actuellemet, à l’image du "crunch time" organisé en mai dernier par l’UTBM. Ou encore, des "32 h de l’innovation" lancés en avril par les lunetiers du Jura avec l’Ensmm.
Des brainstormings utiles ? Les organisateurs du hacking health ont été comblés au-delà des objectifs : pour 14 des 18 problématiques proposées, des solutions «viables et prometteuses ont été élaborées». Plusieurs d’entre elles vont être approfondies afin d’aboutir à des projets concrets en faveur de la santé. Selon une enquête de satisfaction menée par des étudiantes de l’IUT info/com Besançon-Vesoul, 95 % des participants sont prêts à renouveler l’expérience. «Rassembler, mettre en synergie les forces et capacités des uns et des autres, associer les disciplines et les générations permet d’être énergique, créatif et innovant» estime l’un des organisateurs. Pour Christophe Dollet, du Grand Besançon, «c’est aussi une nouvelle manière d’envisager la pédagogie qui parle de plus en plus aux générations qui arrivent. Permettre à des jeunes de participer à des aventures technologiques peut contribuer à redonner goût aux sciences à l’heure où l’on forme 30000 ingénieurs, alors qu’il en faudrait 45000».
Au hacking health, il y avait des étudiants de la fac des sciences et des écoles d’ingénieurs locales (Ensmm, IsiFC, UTBM). Yann Baran, 22 ans, en dernière année à l’Ensmm, l’a vécu, après avoir également participé aux "32 h de l’innovation". Il n’hésite pas : «C’est une très bonne expérience et je le referais volontiers, pas forcément sur la même thématique». Son groupe associant des étudiants de l’Ensmm, de l’IsiFC et de la fac de physique a planché sur l’accélération de la décongélation de plasma sous l'égide de Fanny Delettre de l’Etablissement français du sang. «Cela a donné lieu a une réelle émulation avec des résultats très prometteurs. On a bien révisé la mécanique des fluides» sourit-elle. «C’est très formateur, tant du point de vue humain que technique conclut Yann Baran. Regrouper des personnes d’horizons différents pour qu’elles réfléchissent ensemble à des problématiques pas forcément simples apporte beaucoup. On a généré des solutions et pour nous c’est un plus sur un CV. Mais on sort de là très fatigué !».

S.P.



Retour

Réactions sur la news

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Ecole de la 2e chance


mars 2018
L’Ecole de la deuxième chance du Territoire de Belfort a pour objectif d'aider les jeunes sortis du système scolaire sans qualification à s'insérer dans la société et à trouver un emploi durable. Chaque jeune bénéficie d'un accompagnement personnalisé pour construire son projet professionnel qui est le fil conducteur d'un programme de formation se déroulant en alternance entre l'école et l'entreprise. L'Ecole accueille des filles et des garçons de 18 à 25 ans sans qualification professionnelle, sortis du système scolaire depuis plus d'un an, motivés pour changer leur situation actuelle. Infos E2C90, 17 bis faubourg de Lyon, 90000 Belfort (03 84 27 58 67, e2c90.org).

Résultats des lycées


mars 2018
L'Education nationale a mis en ligne le classement des lycées en fonction de la réussite au bac mais aussi du parcours scolaire des élèves dans les établissements. L'idée est en effet d'évaluer la capacité d'une école à accompagner les élèves et à leur apporter connaissances, méthodes, etc. Le ministère prend soin de préciser que «si un lycée présente une valeur élevée pour un indicateur, c’est peut-être dû au fait qu'il a reçu de bons élèves, dotés de bonnes méthodes de travail, qui ont pu obtenir le baccalauréat sans effort particulier de sa part». Cela dit, les résultats sont consultables ici.

Recrutement pour la banque


mars 2018
Le CFPB, école supérieure de la banque, annonce 230 postes de formation en alternance à pourvoir dans la région (Besançon, Belfort, Dijon, Mâcon, Auxeerre), et 3000 en France. Ouverts aux moins de 30 ans de niveaux bac à bac+4, ils permettent de préparer BTS, licence pro ou master et de devenir conseillier clientèle, chargé d'affaires, conseiller patrimonial. Infos.

JPO apprentissage


février 2018
Le 3 mars, les centres de formation d'apprentis ouvrent leurs portes. Retrouvez les adresses, spécialités, infos pratiques sur apprentissage.
bourgognefranchecomte.f
r.

Des Moocs pour entrer dans les études supérieures


janvier 2018
Ces Moocs proposés par France université numérique (FUN) permettent de tout savoir sur les études de droit, de psychologie et de sport ou de préparer son dossier d'entrée à l'IUT. Sur fun-mooc.fr, n trouve des thèmes tels que :
Le droit, est-ce pour moi ? / Introduction aux Staps / Introduction à la psychologie à l'Université / Entrer à l'IUT : les codes pour booster ton dossier / Mathématiques : préparation à l'entrée dans l'enseignement supérieur / Projet FAC : les recettes pour réussir en sciences humaines
Voir tout