mai 2018

(Re)découvrir les savoir-faire du Consortium

Au programme de l'Almanach 18, 3e biennale internationale d'art contemporain qui se tiendra du 22 juin au 14 octobre à Dijon : expositions, films, publications, concerts et performances.
(Re)découvrir les savoir-faire du Consortium (Re)découvrir les savoir-faire du Consortium (Re)découvrir les savoir-faire du Consortium

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Après avoir soufflé sa 40e année et dans le cadre de l'Almanach 2018, le centre d'art contemporain dijonnais expose la palette de ses savoir-faire au sein de ses 4 000m2, autrefois investis par l'usine de fabrication de crème de cassis "L'Héritier-Guyot".
Salomé Joineau qui fait partie du service de communication décrit les temps forts. «La biennale ouvre le vendredi 22 juin à partir de 17 h avec une performance de Cécilia Bengolea. Le samedi à 16 h, vernissage de l’exposition de photographies de Jean Baudrillard à l’Académie Conti (1) (Vosne-Romanée)».
L'exposition perdure jusqu'au 14 octobre. Au menu, une dizaine d'artistes (un par salle) présentent leurs œuvres à travers un large éventail allant de la sculpture à la photographie en passant par la peinture et le design. Une librairie éphémère dessinée par Matali Crasset, designer qui a collaboré avec Ikéa, mettra en avant la maison d’édition du Consortium "les Presses du réel". Également : promotion des nouvelles œuvres acquises par le centre, notamment grâce aux dons des artistes et diffusion des films d'Anna Sanders (2), dans une ambiance de salon de cinéma. Une belle occasion pour (re)découvrir le monde de l'art contemporain et du Consortium.
«C'est intéressant pour le public car dans chaque salle est représenté un univers différent où chacun peut retrouver des affinités. Les personnes qui vont venir pour la première fois  auront tout de suite un aperçu de tout ce qui peut se passer au Consortium» ajoute Salomé.


   "L'avenir est brillant"

Tout a commencé dans les années 70. En 1977 plus exactement, lorsqu'une bande d'étudiants en histoire de l'art crée l'association "le Coin du miroir" qui gère aujourd'hui le Consortium. Cinq ans plus tard, ils obtiennent le label centre d'art. Franck Gautherot, l'un des fondateurs, nous en dit plus :

A quoi aspiriez-vous en créant le Consortium ?
A inventer une vie en dehors des normes, de l'histoire de l'art et des musées... A faire ce que bon nous semble avec sérieux et labeur. 

Quels ont été les temps forts pour vous depuis sa création ?
Sa création, quelques expositions qui ont changé ma perception de l'art, des artistes qui nous ont troublés : On Kawara, Pierre Huyghe, Philippe Parreno... La disparition de mes amis cofondateurs Eric Colliard en 1995 et Xavier Douroux en 2017. Mais aussi la construction du nouveau bâtiment avec Shigeru Ban en 2011.

L'avenir du Consortium, qu'est-ce-que cela vous évoque ?
Ma retraite, la muséification de l'affaire ou sa disparition dans les poubelles de l'histoire, allez savoir. L'avenir, il est brillant par définition.

Mona Bouneb



En photo
1 - Thomas Schütte, "Frau Nr. 17", 2009.

2 - Thomas Schütte, "Fratelli", 2012 - 2017.

3 - Jay De Feo, 2018.

4 - Marina Faust, 2017.

Notes
(1) ancien site des ducs de Bourgogne, aujourd’hui l'un des plus beaux domaine viticole du monde et un espace d'exposition.
(2) société de production cinématographique créée dans les années 80 par les fondateurs du consortium et d'autres artistes.

En savoir plus
leconsortium.fr
37 rue de Longvic
21000 Dijon
03 80 68 45 55
contact@leconsortium.fr
Ouvert du mercredi au dimanche de 14 h à 18 h, le vendredi de 14 h à 20 h

Retour

Réactions sur la news

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

Naturalium de la Citadelle


juin 2017
Inauguré en mai, ce nouvel espace de la Citadelle de Besançon est consacré à la biodiversité. Par une scénographie immersive, il prend la forme d’un parcours permettant au visiteur de trouver des réponses à des questions : comment évolue le vivant ? Quels sont les liens de parenté entre espèces ? Qu’est-ce que la biodiversité ? Il est constitué de pièces issues des collections zoologiques, botaniques et paléontologiques du muséum, d’un arbre phylogénétique, de maquettes, de vidéos, de dispositifs interactifs. Ce naturalium constitue désormais une introduction à l’ensemble du muséum de la Citadelle. citadelle.com

Lac de Bouverans


septembre 2016
Le site aménagé du lac de Bouverans et du marais du Varot fait partie du réseau des Espaces naturels sensibles du Doubs. Il concentre une palette de milieux naturels : tourbières, prairies humides, marais, cours d’eau. Il abrite de nombreuses espèces animales et végétales remarquables. Pour que chacun puisse découvrir ce lieu d’intérêt écologique, le Département du Doubs et la communauté de communes du plateau de Frasne et du Val du Drugeon ont aménagé un espace de promenade le long des rives du lac en 5 points (accès au site et stationnement, plage et les blocs d’assise "les pieds dans l’eau", observatoire des oiseaux, ponton des libellules et pointe du lac), agrémenté de panneaux d’interprétation. Infos

Les lieux les plus visités en Franche-Comté


octobre 2015
Le Comité régional du tourisme a établi le palmarès 2014. Sans surprise, c'est la Citadelle de Besançon qui a reçu le plus grand nombre de visiteurs (299168), suivie du binôme Dino zoo/gouffre de Poudrey (150 000), de la cathédrale St-Jean de Besançon (122 798), de la Citadelle de Belfort (100 751) et de la saline royale d'Arc-et-Senans (95 974). Menée conjointement avec le CRT de Bourgogne dans le cadre de la prochaine fusion, l'enquête établit que ces 5 sites sont les seuls francs-comtois du top 20 BFC. La Citadelle bisontine est devancée par 4 sites bourguignons (basilique Ste-Marie Madeleine à Vézelay, 850 000 visiteurs, basilique du Sacré Coeur à Paray-le-Monial, hospices de Beaune et circuit de Nevers Magny-Cours). Pour en savoir plus.

La Suisse roule


septembre 2015
Sous cet intitulé des vélos de ville et des vélos électriques à des conditions attrayantes, la plupart du temps en prêt gratuit. Moyennant une pièce d'identité et un chèque de caution, on peut ainsi se déplacer sans frais dans certaines villes. Zürich (dès 1994), Neuchâtel, Genève et Lausanne ont été les premières a lancé ce système. Elles ont été suivies par Berne, La-Chaux-de-Fonds, Le Locle et même 15 communes du Valais regroupées dans Valaisroule. Toutes les infos sur schweizrollt.ch

Baignade


septembre 2015
Chez nos voisins Suisses, il y a de très belles plages aménagées au bord des lacs, dans le respect de la population qui bénéficie d'équipements telles que toilettes propres et gratuites et d'un environnement aménagé favorisant repos et baignade. Les plages du Sentier au lac de Joux et d'Yverdon sont remarquables et très agréables. Il est aussi possible de se baigner à Neuchâtel et à Lausanne. A Bâle, on peut faire l'expérience de se baigner dans le Rhin, tradition très pratiquée. L'office de tourisme offre un sac dans lequel les baigneurs mettent leurs habits et leurs linges. Fermés hermétiquement et gonflés, les sacs vont flotter et accompagner les baigneurs  qui pourront sortir de l'eau au gré du courant et récupérer ainsi leurs vêtements et se sécher à l'endroit de leur sortie.
Voir tout