mars 2018

Sensibilisation par le dessin de presse

Au programme des "fabriques citoyennes" cette année, des interventions du dessinateur Rodho. Il était au collège de Bletterans le 27 février.
Photo Yves Petit
Sensibilisation par le dessin de presse Sensibilisation par le dessin de presse

  • commentercommenter
  • envoyerenvoyer
  • imprimerimprimer
  • caractèrePLUSMOINS
Réaliser un dessin illustrant un préjugé. Nathan, Aloïs, Sélène, Sylvio n’ont pas mis longtemps à trouver une idée : «on pense dessiner un homme qui exerce le métier de nounou et des parents qui croient s’être trompé de maison en le découvrant. On pense que c’est une situation qui peut déranger certaines personnes». Pour ces 4 élèves de 4e A du collège du Parc à Bletterans (39), il s’agit d’un préjugé. Ils peuvent même l’expliquer : «les gens pensent qu’une femme est plus calme, plus douée pour ça…». Et dans la situation des parents, que feraient-ils ? «Ah oui, on ne sait pas si on confierait notre enfant à un homme…»
Tout n’est pas simple dans le domaine des discriminations et des préjugés. C’est pour aider les élèves à mieux le comprendre que le réseau IJ de Haute-Saône mène depuis 2014 des actions de sensibilisation, désormais étendues à toute la région. Le collège de Bletterans est l’un des établissements participants cette année. Il accueille Rodho (photo 2), dessinateur de presse, qui aide les élèves à réfléchir au sujet à partir de sa spécialité. Rien de tel que d’imaginer une situation et la réaliser pour réfléchir au sujet. «Ne vous préoccupez pas de savoir dessiner ou non rassure Rodho. Des dessins de presse peuvent très bien être faits avec des traits simples. Ce qui compte, c’est l’idée.  Essayez de trouver quelque chose d’original. Je ne veux plus voir de dessin d’homme assis devant un match de foot pendant que sa femme est à la cuisine». Soupirs. Quelques collégiens avaient apparemment déjà opté pour l’idée toute faite.
Après avoir défini quelques grands domaines où s’exercent les discriminations (travail, maison, sport…), les élèves planchent par groupes, aidés et conseillés par le dessinateur mais aussi Maricha Genemaux, Clara Sondey et Juliette Müller, respectivement principale adjointe, documentaliste et professeure d’histoire-géo (photo 3). «Faites attention à différencier un préjugé et une discrimination. L’un est une idée que l’on se fait, l’autre une action».
 

   Dessiner pour réfléchir

«L’action d’Information jeunesse est bien tombée car je cherchais justement quelque chose qui pouvait impliquer les élèves dans ce domaine explique Maricha Genemeaux. Et notamment au sujet des discriminations envers les femmes, car cela implique 50 % de l’humanité. C’est la première des impostures sociales qui, à mes yeux, induit toutes les autres. Je souhaitais également des interventions extérieures venant de personnes pouvant apporter un autre regard que celui de l’Education nationales». Le côté ludique, expérimental apporté par l’intervention de Rodho change les élèves de leur quotidien. «Le fait de créer un dessin, ils s’en rappelleront. C’est une petite lumière qu’on allume». 
«Le fait d’en parler les fait réfléchir estime Juliette Müller. Dans l’ensemble, j’ai l’impression que les choses évoluent. Hier, j’ai travaillé avec eux sur les publicités sexistes. Ils ont conscience que c’est un problème et ils l’identifient assez bien».

S.P.

Initiative du CIj de Haute-Saône. Contact, 0384970090

Retour

Commentaires

Afin de poster un commentaire, identifiez-vous.

Se connecter S'inscrire

articles

express

116 006


décembre 2018
Le numéro d’aide aux victimes qui permet à toute personne qui s’estime victime d’une infraction (atteintes aux biens, aux personnes, accidents de la circulation, événements collectifs, attentats) ou d’une catastrophe naturelle d’être aidée par un professionnel de manière anonyme. Les Français à l’étranger y ont accès en composant le 0033180523376. Le 116 006 est gratuit ouvert 7 jours sur 7, 365 jours par an, de 9 h à 19 h. Ses missions sont d’accueillir et diriger toutes les victimes vers le réseau associatif d’aide aux victimes et les services spécialisés, mais également de diriger les victimes d’actes de terrorisme et d’accidents collectifs vers les numéros et structures d’information et de prise en charge spécialement mis en place par les pouvoirs publics.

Médi'coeur


novembre 2018
Dans le cadre d'un projet scolaire de mini-entreprise, des élèves de 3e du collège Abel-Minar à Tonnerre se sont lancés dans l'élaboration de Médi'coeur, avertisseur de prise de médicaments. Un projet solidaire en faveur des personnes âgées, sur lequel ils planchent 3 h par semaine.

Banque alimentaire cherche bénévoles


mai 2018
La Banque alimentaire permet d’apporter des produits de nécessité aux plus démunis mais aussi de lutter contre le gaspillage alimentaire. Pour cela, elle a besoin de bénévoles participant au ramassage, au tri, au conditionnement, à la distribution, en particulier pendant l’été puisque les entrepôts continuent de fonctionner. Contacts et renseignements, B de Franche-Comté 0381809606.

Lutte contre la discrimination


janvier 2018
Une question sur la discrimination ?
A Besançon, la mission lutte contre les discriminations saura vous répondre. Elle tient des permanences au centre Nelson Mandela (13 avenue de l’Ile-de-France) le 1er mardi de chaque moi de 17 h à 19, à la maison de quartier de Montrapon Fontaine-Ecu (1 place Pierre de Coubertin) le 1er mercredi de chaque mois de 9 h 30 à 11 h 30 et à la MJC du quartier de Clairs-Soleils (67 E rue de Chalezeule) le 1er mercredi de chaque moi de 16 h à18 h.

Le savez-vous ?


décembre 2017
78 % des 13 – 19 ans possèdent un compte facebook
Voir tout